Economie

Récession américaine : simple terminologie ou possible réalité ?

L’économie américaine s’est contractée à un taux annuel de 0,9 % entre avril et juin, a estimé le Bureau of Economic Analysis le 28 juillet 2022. Deux trimestres négatifs consécutifs sont condamnés par les économistes comme une récession technique, mais l’administration Joe Biden, le Trésor et la Réserve fédérale affirment que la définition d’une récession ne correspond pas à la réalité actuelle de ce pays.

Pas de vue dégagée. Les États-Unis plongent dans le territoire que les économistes définissent comme une récession technique, lorsque le Produit intérieur brut se contracte deux trimestres de suite, bien qu’un terme rejeté par le gouvernement de Joe Biden, qui s’accroche à d’autres données, comme l’emploi, et a le discussion à une guerre sémantique.

La contraction de 0,2% du produit intérieur brut au deuxième trimestre par rapport au précédent a réveillé le gouvernement, qui s’est aventuré à contrer les données avec son discours optimiste, bien que les experts consultés craignent qu’il puisse y avoir un scénario de récession qui se consolide à la fin d’année.

« Je pense que nous devrions éviter une bataille sémantique », a déclaré cette semaine la secrétaire au Trésor américaine, Janet Yellen, lors de l’évaluation des données du PIB.

Ainsi, bien que le pays serait en récession technique selon l’économie traditionnelle, pour la Maison Blanche, la Réserve fédérale et de nombreux analystes, la définition d’une récession ne correspond pas, du moins pour l’instant, à la réalité du pays.

« Lorsque vous regardez l’économie, la création d’emplois se poursuit et les finances des ménages restent solides », a déclaré Yellen, qui a rappelé que l’autorité pour définir une récession est le Bureau national de recherche économique, NBER, qui statuera dans les prochaines semaines.

L’organisme indique que la récession « implique une diminution significative de l’activité économique qui se propage à l’ensemble de l’économie et dure plus de quelques mois » et répond à trois critères, « la profondeur, la diffusion et la durée » de cette chute économique.

« Pour vraiment parler de récession, il faudrait que l’économie connaisse une baisse significative de l’activité économique, qui influence l’ensemble de l’économie et pas seulement certains secteurs », a déclaré Jorge Hernando García Castro, expert en marchés financiers.


L'économie américaine s'est contractée pendant deux trimestres consécutifs, il y a donc des récits contradictoires quant à savoir s'il y a ou non une récession dans le pays.
L’économie américaine s’est contractée pendant deux trimestres consécutifs, il y a donc des récits contradictoires quant à savoir s’il y a ou non une récession dans le pays. ©France 24

Atterrissage en douceur, le défi de la Fed

Selon García, « le défi auquel est confrontée l’économie américaine est de trouver un atterrissage en douceur. C’est-à-dire un ralentissement de l’économie qui parvient à freiner les prix, mais sans déclencher de récession.

Malgré les tentatives de la Réserve fédérale américaine, l’inflation annuelle en juin a atteint un nouveau plus haut en 40 ans : 9,1 %. Les États-Unis continuent de s’accrocher à la vigueur de leur marché du travail, mais celui-ci pourrait être affecté dans les mois à venir et la récession, selon les experts, pourrait inévitablement arriver au second semestre.

« Compte tenu de l’inflation élevée, des problèmes persistants de la chaîne d’approvisionnement et de la baisse de la confiance, je dirais qu’une récession sera probablement reconnue plus tard cette année », a déclaré Charles Lichfield, économiste au groupe de réflexion Atlantic Council.

Une idée appuyée par Edward Moya, du cabinet Oanda, avertissant que le marché du travail « se refroidit et que la consommation baisse » bien que tous deux restent en « territoire positif ». Moya considère qu' »il est probable que l’économie entre en récession à la fin de l’année ou au début de la suivante ».

Les récessions surviennent rarement lorsque le chômage, qui aux États-Unis est actuellement à un creux d’un demi-siècle de 3,6 %, est en baisse. L’économie n’est généralement pas en récession si presque tous ceux qui veulent un emploi en ont un.

avec EFE