Economie

L’Allemagne réactive le charbon face à la crise énergétique et regarde la Colombie comme un fournisseur possible

Bien que l’Allemagne ait proposé de réduire autant que possible l’utilisation du charbon, elle a maintenant à nouveau ses centrales électriques basées sur ce minerai, tout en utilisant l’approvisionnement réduit en gaz provenant de Russie comme réserve pour l’hiver. Berlin a commencé sa recherche de pays fournisseurs de charbon et voit une option en Colombie, même s’il examine de près l’impact socio-environnemental que cette décision peut générer.

Malgré le fait qu’il veut se passer des combustibles fossiles, le gouvernement allemand a été contraint de réactiver une centrale à charbon qui était en situation de réserve au moment même où la Russie a décidé de couper l’approvisionnement en gaz qui arrive par le gazoduc Nord Stream 1 et alors que le continent se prépare à la saison la plus froide de l’année.

Le ministère allemand de l’Economie et du Climat avait approuvé le 14 juillet un plan permettant à une usine de Basse-Saxe, dans le centre du pays, de reprendre ses activités après une période de pause.

Dans le cadre de cet objectif, l’Allemagne avait déjà commencé à fermer ses plus grandes centrales nucléaires d’ici la fin de 2021 ; mais sans la source atomique et sans charbon, et ne recevant que 20% de la capacité du plus grand transporteur de gaz russe vers l’Europe, le pays espère maintenant non seulement avoir à nouveau ce minerai, qui a été classé comme nocif pour l’environnement l’environnement, mais le Parti libéral (FPD) et le ministre des Affaires étrangères Olaf Scholz ont également proposé d’activer au moins trois centrales nucléaires qui ont été désactivées.

Le défi de produire de l’énergie sans nuire à l’environnement

Avec très peu d’options et un objectif de neutralité climatique d’ici 2050, l’Allemagne s’est lancée dans une course pour trouver qui l’approvisionnerait en charbon.

La Colombie, en tant que pays possédant la plus grande mine de charbon à ciel ouvert d’Amérique latine, a été l’un des candidats pour faire des affaires énergétiques avec la nation européenne, mais bien que cela semble être un accord dont les deux parties bénéficieront, l’exploitation du Les combustibles fossiles ont un impact considérable sur la population et l’environnement.



Des membres du Parlement allemand se sont rendus à La Guajira, dans le nord de la Colombie, pour analyser la faisabilité d’acheter du charbon à ce pays d’Amérique du Sud.

« La mine a un impact important sur la région en termes d’approvisionnement en eau potable et aussi de pollution de l’air. La compagnie minière me dit bien sûr que tout est parfait et qu’ils l’ont sous contrôle, mais lors de notre visite ils n’ont pas miné. (…) Comme je suis fan du sujet, je connais la différence », a déclaré Kathrin Henneberger, représentante du Parti vert allemand.

L’une des conclusions de la mission porte sur la préoccupation concernant les répercussions environnementales et les plaintes de la communauté liées à l’exploitation minière.

« Avant, nous avions toute l’eau dont nous avions besoin. Depuis que l’entreprise est là, nous manquons d’eau. Nous manquons de nourriture. Beaucoup d’enfants sont morts de faim et de soif », a déclaré Leobardo Sierra, leader de la communauté Wayuu qui s’est confié à France 24. Et le fait est que la mine dispose de 24 millions de litres d’eau par jour pour arroser les routes et envoyer du charbon, des litres de rare l’eau dans une région semi-désertique qui a des problèmes humanitaires constants en raison du manque de liquide.

Face à l’investiture de Gustavo Petro, premier président de gauche de l’histoire de la Colombie, le dirigeant défend la construction d’une transition énergétique tout en renflouant les caisses de l’Etat.

Tant que l’extraction du charbon restera une option énergétique pour l’Allemagne et la Colombie, tout indique que les deux pays bénéficieront d’une négociation qui pourrait surgir dans le cadre du rationnement du gaz en Europe.

avec EFE