Ecologie

Migrants de ferraille à Barcelone, le visage invisible du recyclage (4/6)

Des milliers de migrants sans papiers, pour la plupart subsahariens, parcourent les rues de cette ville espagnole à la recherche de métaux recyclables et de déchets électroniques. Plus d’un cinquième de la ferraille recyclée en Catalogne provient de leurs mains, mais leur travail, qui pourrait être considéré comme essentiel, n’est pas valorisé. Ils sont le maillon le plus vulnérable d’un secteur qui déplace des millions d’euros, 1% du PIB espagnol. Certaines voix appellent à sa formalisation, comme cela s’est produit avec les ramasseurs de déchets dans certaines villes d’Amérique latine.

Le 27 juin 2006, Karim, « le plus célèbre », comme il se dit, est parti dans un bateau de la région sénégalaise de Kasamansa, au sud du pays africain. Sur sa route vers l’Europe, le bateau a passé 15 jours en mer jusqu’à ce qu’il atteigne la côte canarienne de Tenerife. Là, il a commencé un voyage à travers les centres de détention pour étrangers et diverses villes espagnoles qui s’est terminé à Barcelone, où il s’est finalement installé.

À son arrivée à Barcelone, Karim a commencé à collecter de la ferraille. C’est le seul travail que l’on puisse faire sans documents: «Avant de voler, on préfère faire ça», dit-il. La tâche consiste à consacrer plus de 12 heures par jour à parcourir jusqu’à 30 kilomètres en traînant un chariot de supermarché pouvant peser 300 kilos. Tout pour gagner cinq, dix ou 15 euros (entre six et 18 dollars). Pas plus.

Karim dit qu’en 2006, on pouvait vivre de la ferraille parce qu’il n’y avait pas beaucoup de gens qui collectaient. Aujourd’hui, des milliers de recycleurs informels se rassemblent dans les rues de Barcelone, pour la plupart des immigrants subsahariens sans papiers qui, comme Karim, sont venus en Europe à la recherche d’une vie meilleure. Tout le monde les voit et pourtant ils sont invisibles.

Karim est un Sénégalais de 43 ans arrivé en Espagne en 2006 pour un voyage maritime tortueux.  Il a commencé à collecter de la ferraille dans la rue et aujourd'hui il a sa propre casse.
Karim est un Sénégalais de 43 ans arrivé en Espagne en 2006 pour un voyage tortueux à travers la mer. Il a commencé par ramasser de la ferraille dans la rue et aujourd’hui, il a son propre dépotoir. © Judit Alonso

Pour Federico Demaria, professeur d’écologie politique à l’Université autonome de Barcelone, la collecte des déchets recyclables est un métier essentiel mais personne ne veut le reconnaître. «Sans les recycleurs informels, beaucoup de ferraille irait à la décharge, c’est pourquoi ils sont clairement un acteur de l’économie circulaire. Les recycleurs rendent un service à la société et un service environnemental en recyclant qu’ils font gratuitement », souligne l’expert du recyclage informel dans le monde. «Les entreprises privées facturent à l’administration la collecte, le transport et le recyclage de ces matériaux; tandis que les recycleurs informels font quelque chose de similaire sans rien facturer à l’État ».

Demaria, avec une équipe de son université, dirige un projet de recherche sur les ramasseurs informels de déchets dans la capitale catalane, dont, dit-elle, on en sait très peu. «Nous ne savons pas combien il y a de recycleurs ni combien de matériaux ils collectent. Leur contribution financière n’est pas non plus pour le travail qu’ils font, mais il n’est pas difficile d’imaginer que s’il y en a des milliers et qu’ils collectent des milliers de tonnes de matériel par jour, ce matériel a un prix. Et en faisant une simple multiplication, on parlerait de quelques millions d’euros », précise-t-il.

Peu d’utilisation des déchets

3 239 336 habitants vivent à Barcelone et dans sa région métropolitaine. Chacun a généré en moyenne 445 kilos de déchets en 2017, selon les données de la gestion des déchets de la zone métropolitaine de Barcelone (AMB). Parmi ceux-ci, 90% pourraient être recyclés ou réutilisés, mais l’Agence catalane des déchets souligne que seuls 35% sont utilisés: un sur trois kilos. Loin des objectifs de recyclage fixés par l’Union européenne, atteindre 50% en 2020 et 65% en 2030.

Le modèle catalan de collecte sélective a cinq conteneurs dans chaque bloc pour déposer les déchets séparément: plastique, verre, papier, organique et le soi-disant «reste», où tout ce qui ne peut pas être recyclé est déposé. Il y a aussi les points verts dits fixes et les points verts mobiles, où les citoyens doivent emporter les déchets pour lesquels il n’y a pas de système de collecte à domicile ou de conteneurs spécifiques. Ce sont des objets électroniques, des métaux, des ampoules, des peintures, des matelas, des vêtements, etc.

Les recycleurs trouvent la plupart des matières recyclables à côté des poubelles de la ville après avoir été éliminées par les citoyens.
Les recycleurs trouvent la plupart des matières recyclables à côté des poubelles de la ville après avoir été éliminées par les citoyens. © Javier Sulé

Entre 2013 et 2017, 344 millions de tonnes de ferraille ont été collectées dans ces équipements, selon les statistiques 2018 de l’AMB. Et pour les déchets les plus volumineux, les citoyens ont une autre option: le soi-disant «Junk Day». Une fois par semaine, selon le quartier, les résidents peuvent laisser les meubles et les matelas dans la rue pour qu’un camion municipal les récupère. C’est une journée très rentable pour les ramasseurs de déchets en général, qui ont tendance à être attentifs à tout ce qui reste à l’extérieur avant le passage du camion de la mairie.

Quelque chose qui se produit surtout depuis la crise économique de 2008, où de nombreuses personnes se sont retrouvées sans emploi et ont également commencé à fouiller dans les rues pour trouver quelque chose à vendre.

* Cet article fait partie de la série de publications résultant de la subvention de productionn périodeStatistiques sur le recyclage inclusif, réalisées avec le soutien de la Fondation Gabo et Latitud R. Couverture complète en www.distintaslatitudes.net

gestioninclusive@gmail.com