La France

La langue française pourrait-elle être moins sexiste?

Les efforts visant à lutter contre les préjugés sexistes enracinés dans la langue française ont fait face à une résistance classique cette semaine à la suite d’une pétition des législateurs pour opposer leur veto à l’écriture «non sexiste». Mais les experts disent que la dernière tentative n’est pas étayée par l’histoire ou ajustée à l’époque actuelle.

Après avoir suscité des débats houleux sur la «gauche islamique» dans les universités et des déjeuners sans viande dans les cafétérias scolaires, le parti français au pouvoir est tombé pour une autre cause célèbre dans le camp conservateur: défendre le statu quo de la langue française, sans équivoque sexiste.

Selon la grammaire française, tous les pronoms, noms et adjectifs portent le sexe de l’objet ou de la personne auxquels ils se réfèrent. Il n’y a pas de pronom de genre neutre comme «ils», en anglais, et le masculin est considéré comme la forme prédominante du pluriel. De cette façon, les femmes françaises forment un groupe de «Françaises», (Français) mais s’il n’y a qu’un seul homme elles deviennent «Français», Français.

Jusqu’à récemment, de nombreux postes n’avaient même pas de forme féminine, du moins pas pour l’Académie française, l’institution policière à majorité masculine qui, il y a deux ans, a renoncé à insister pour appeler les femmes présidentes «  Madame le président  » (Madame la Présidente).

Les féministes soutiennent depuis longtemps que ce biais flagrant est un désavantage pour les femmes, car il favorise également les inégalités entre les sexes dans d’autres domaines. Mais sa lutte de plusieurs décennies pour rendre le langage plus neutre s’est heurtée à une vive résistance à chaque tournant.

Mercredi, les législateurs du parti au pouvoir LREM et de l’opposition Les Républicains ont présenté un projet de loi proposant de s’opposer à l’utilisation de mots neutres – connus sous le nom de «langage inclusif» – entre les représentants du gouvernement et les travailleurs civils.

La proposition intervient trois ans après qu’une circulaire gouvernementale a conseillé aux ministres de ne pas utiliser «l’écriture inclusive» (langage inclusif), que l’Académie française avait précédemment décrit comme une «aberration» qui, à son avis, met le langage en «danger de mort» « .

En défense du projet, le législateur de la LREM François Jolivet a déploré une forme d ‘«activisme» linguistique qui «ne joue en aucun cas en faveur de la juste cause» de l’égalité des sexes. Au lieu de cela, a-t-il affirmé, l’écriture neutre ne ferait que rendre la langue plus difficile à apprendre.

Comme les critiques qui se sont moqués de lui n’ont pas tardé à le souligner, Jolivet a été victime de sa propre invention, car il a écrit sur Twitter qu’il n’avait aucun problème avec la traditionnelle phrase de salutation « Chères collègues, chers collègues » (chers et chers collègues), une forme basique de langage inclusif.

‘Français es’, une forme neutre qui suscite la polémique

Eliane Viennot, historienne et professeur de littérature à l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, affirme que les contradictions du législateur étaient un échantillon de débats mal informés, en grande partie mêlés à ce qu’elle qualifie de «conservateurs accrochés à un bastion de domination masculine».

« Nous avons nourri l’idée que les règles du langage sont sacrées et que les féministes sapent notre culture », a déclaré Viennot dans une interview à France 24. « C’est le genre de discours qui suscite des réactions émotionnelles mais ne résiste tout simplement pas à un examen minutieux. . « .

Comme le souligne Viennot, le général Charles de Gaulle, ancien président et héros de la Résistance – souvent invoqué par les conservateurs français – était lui-même un champion incontesté du langage inclusif, s’adressant au public avec ses fameux «Françaises, Français» (français, français) .

En tant que premier président français élu au suffrage universel, de Gaulle avait toutes les raisons de reconnaître ses électrices. Pour ce faire, il a souvent été grondé par des membres de l’Académie, qui ont souligné qu’il lui suffisait de dire «Français» pour désigner à la fois les femmes et les hommes.

Image de l'ancien président français Charles de Gaulle.
Image de l’ancien président français Charles de Gaulle. © France 24

Rejetant le conservatisme de l’Académie, les tenants du langage inclusif proposent d’utiliser les deux mots, comme l’a fait de Gaulle, ou de rechercher des alternatives à la neutralité de genre, comme «la population française». Une autre option consiste à utiliser des points médians, une virgule flottante au milieu du mot, pour inclure les deux formes du genre, telles que Français · es.

Comme prévu, cette dernière option a été celle qui a suscité le plus d’étonnement. Les critiques l’ont qualifiée de stratégie grammaticale considérée comme «laide», «ridicule» et «barbare».

Malgré le scandale, Viennot rappelle que des contractions similaires sont depuis longtemps fréquentes dans les documents français, en particulier les documents d’identité, qui utilisent la forme «Né (e)» -born (a) – pour indiquer la date de naissance.

« Les critiques sont obsédées par une abréviation – le terrain d’entente – que les féministes n’ont même pas inventé », a soutenu Viennot. « La contribution féministe est d’avoir cherché un symbole plus approprié, car l’utilisation de parenthèses implique une moindre importance. »

Effacer les femmes

Viennot affirme que le point médian est une alternative appropriée aux parenthèses: dérivé du grec ancien, il n’a pas de connotation particulière en français. Il note que d’autres aspects du langage inclusif qui sont maintenant largement acceptés ont provoqué une fracture similaire à l’époque.

Dans les années 1980, il y avait une forte opposition aux tentatives de féminisation de certaines professions, comme dire «la chirurgienne» (le chirurgien) au lieu de «le chirurgien». En 2014, un législateur conservateur a même déclenché une dispute au Parlement en refusant de se référer à sa collègue de manière féminine. Fidèle à ses coutumes, l’Académie a été la dernière à capituler, en 2019, plus de trois décennies plus tard.

«Aujourd’hui, les titres de poste féminisés sont largement acceptés, bien qu’il y ait encore des gens qui ne supportent pas certains mandats», a déclaré Viennot. En acceptant le changement, l’Académie a simplement accepté de restaurer la langue parlée il y a des siècles, a-t-il soutenu, soulignant qu’une grande partie de la langue inclusive considérée aujourd’hui si étrange existait au début des temps modernes.

Ainsi, au XIVe siècle, il n’était pas étrange que les adjectifs et les participes concordent avec les noms féminins au lieu du masculin, si ce dernier était plus proche. Il était possible d’écrire «les garçons et les filles sont heureuses» (garçons et filles sont heureux), par opposition à la forme masculine «heureux» qui est maintenant enseignée dans les écoles.

«À partir du XVIIe siècle, ces pratiques ont été progressivement éradiquées à mesure que les formes masculines devenaient obligatoires», a expliqué Viennot. «Les termes féminins comme« doctoresse »et« philosopheuse »ont été laissés de côté, les professions devenant le territoire exclusif des hommes.

Au lieu des formes féminines, l’Académie a statué que la forme masculine compterait également comme un terme neutre, une pratique que ses 736 membres, dont une remarquable minorité de dix femmes au sein de l’institution, ont depuis défendu.

«iel»

Dans une circulaire de 2017 aux collègues du cabinet, l’ancien Premier ministre Édouard Philippe a fait valoir que «le masculin (forme) est une forme neutre qui devrait être utilisée pour les termes applicables aux femmes.» Mais ce n’est pas «neutre». En fait, plusieurs études ont montre qu’actuellement, la langue française ne fait qu’accroître les inégalités entre les sexes.

Selon la récente enquête d’un article publié dans «The Conversation», un groupe de linguistes français a constaté qu’un grand nombre de femmes se sentaient découragées par les offres d’emploi qui n’utilisaient que des formes masculines. Au contraire, il a été prouvé que l’utilisation d’un langage inclusif augmente la confiance des femmes pour postuler à des offres d’emploi ou pour étudier dans un domaine de connaissances spécifique.

Le même article suggère qu’il n’y a aucune preuve pour étayer les arguments d’un effet défavorable sur la capacité des lecteurs à comprendre des textes qui utilisent un langage inclusif. Cependant, les auteurs ont déclaré que d’autres études devraient être menées sur l’utilisation spécifique des points médians.

Gwenaëlle Perrier, chercheuse à l’Université Paris 13, spécialiste de la politique, de la langue et du genre, affirme que les étudiants sont généralement à l’aise avec les formes de base du langage inclusif, comme les noms féminisés. Il a également constaté que les étudiants universitaires sont réceptifs à certains néologismes qui ont été largement ridiculisés, comme le terme «iel» (une contraction des termes français pour «il» et «elle»).

« Souvent, les nouveaux mots provoquent la surprise et le choc, tout comme ils le faisaient avec les formes féminisées des titres de poste il y a seulement quelques décennies », a déclaré Perrier dans une interview à France 24. « Mais les preuves montrent que les mots et autres coutumes ils sont adoptés rapidement lorsqu’ils sont utiles et sensés ».

Si les critiques de la langue inclusive étaient vraiment intéressés par le débat sur les questions pédagogiques, a soutenu Perrier, ils parleraient de certaines des règles les plus impénétrables – et franchement absurdes – de la grammaire française, plutôt que de faire des tentatives ridicules pour s’assurer que la langue est plus harmonieuse. avec la société.

En fait, le langage inclusif est largement plus simple et plus logique que la plupart des règles existantes, a noté Perrier, ajoutant: « Cela a certainement plus de sens pour les étudiants que la domination du masculin. »

L’énigme des chirurgiens

L’utilisation de mots comme «iel» et «toustes» (une contraction des termes masculin et féminin pour «tout» et «tout») signale un nouvel horizon pour un langage inclusif qui va au-delà de la tentative originale de féminiser la langue française.

« Ces mots ont un but politique, car ils sont une porte pour des représentations transgenres et non binaires, et un but pratique, par exemple, d’utiliser des termes neutres lorsque l’identité d’une personne n’est pas connue », a déclaré Perrier.

Jusqu’où le langage inclusif devrait-il aller pour répondre à ces préoccupations et quelles innovations devraient être adoptées sont les sujets d’un débat intense parmi les partisans du langage inclusif, un débat salué par de nombreux linguistes en France.

Le débat couvre plusieurs aspects pratiques, y compris la discussion sur la question de savoir si les formes masculine et féminine doivent avoir un ordre particulier – par exemple, écrire «étudiantes, étudiants» (étudiantes, étudiants masculins) ou «Français, Françaises», basé sur une l’ordre au lieu de la politesse condescendante de de Gaulle, ou s’ils doivent être arrangés au hasard.

Perrier dit qu’elle n’est pas surprise d’entendre des critiques affirmer que d’autres questions devraient être prioritaires, telles que la lutte contre la violence sexiste et les inégalités économiques. Cependant, il soutient que « le pouvoir performatif du langage n’a plus besoin d’être testé ».

Il a évoqué un sondage fréquemment mentionné, dans lequel des étudiants ont visité la ville de Lyon pour demander au public de résoudre l’énigme suivante: «Un homme meurt dans un accident de voiture et son fils blessé est transporté à l’hôpital. En entrant aux urgences, le meilleur chirurgien de l’hôpital est choqué et s’exclame: «Je ne peux pas opérer mon propre fils». Comment cela est-il possible? ».

Les passants confus ont offert une réponse possible: le fils blessé avait deux parents. Certains ont suggéré que « le chirurgien » (le chirurgien) pourrait être le beau-père ou même l’amant de la mère. Éduqués, comme les générations précédentes, sous la prémisse grammaticale que «le masculin prédomine», peu ont pensé à la réponse la plus évidente: le chirurgien était la mère.

* Cet article a été adapté de son original en anglais

gestioninclusive@gmail.com