Economie

Mexique: une loi controversée exige l’enregistrement des données biométriques des utilisateurs de téléphone

Le Mexique aura un registre des utilisateurs de téléphones portables qui comprendra des indicateurs biométriques, en plus de leurs données personnelles. Le gouvernement croit qu’il y aura une plus grande sécurité, mais l’opposition y voit une violation de la vie privée.

Ce qui pour le gouvernement mexicain est un outil de lutte contre le crime organisé, pour l’opposition et les groupes de défense des droits de l’homme n’est rien de plus qu’un élément d’espionnage.

Le mardi 13 avril 2021, le Sénat mexicain a approuvé, avec un vote restreint de 54 voix pour, 49 contre et 10 abstentions, une réforme de la loi fédérale sur les télécommunications et la radiodiffusion.

La nouvelle loi crée le Registre national des utilisateurs de téléphones mobiles (PNUTM), une grande base de données qui contiendra le numéro de ligne, la date et l’heure d’activation, le nom complet de l’utilisateur et les données biométriques de ceux qui ont des lignées cellulaires, entre autres informations .

Les téléphones portables sont un instrument utilisé dans certains des crimes ayant le plus grand impact au Mexique, tels que l’extorsion ou les enlèvements, et à de nombreuses reprises, des appels criminels sont lancés depuis les prisons, a utilisé l’exécutif.

Sécurité ou espionnage?

Les données resteront à la disposition des autorités de sécurité et de justice, facilitant ainsi la lutte contre certains crimes, selon le gouvernement. Cependant, pour Luis Fernando García, directeur du Réseau de défense des droits numériques (R3D), « cette mesure est démagogique, dangereuse et autoritaire ».

« C’est démagogique car il est complètement absurde de croire que des criminels utiliseront des lignes de téléphonie mobile enregistrées à leur nom et leurs données biométriques pour commettre des crimes », a déclaré García, cité par l’agence AP.

La loi, qui entrera en vigueur après sa promulgation par l’Exécutif, établit un délai de deux ans pour les utilisateurs qui disposent déjà d’une ligne pour enregistrer leurs données, et de six mois pour ceux qui acquièrent de nouvelles lignes.

Les partis d’opposition, le Parti d’action nationale (PAN), le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), le Parti travailliste (PT) et le Parti de la révolution démocratique (PRD), avaient proposé des modifications visant, entre autres, à éliminer le registre des données biométriques. Cependant, la majorité officielle de Morena a rejeté les modifications.

Maintenant, l’opposition a déjà annoncé qu’elle étudie des moyens de faire appel du règlement.

Avec AP et EFE

gestioninclusive@gmail.com