La France

Un rapport commandé par le Rwanda dénonce la France pour « ne rien faire pour arrêter » le génocide contre les Tutsis

MADRID, 19 ANS (EUROPA PRESS)

Un rapport commandé par le gouvernement rwandais et préparé par un cabinet d’avocats américain, Levy Firestone Muse, dénonce la France pour « ne rien faire pour arrêter » le génocide perpétré dans ce pays africain en 1994 et attribue à Paris « une responsabilité importante » dans la même.

Plus précisément, il note que la France a maintenu son «soutien inconditionnel» à ses alliés alors qu’elle savait que des massacres étaient en préparation dans un document de 600 pages qui considère même Paris comme un «collaborateur» du régime extrémiste hutu qui a orchestré la mort de quelque 800 000 personnes. la plupart sont des Tutsis.

Des millions de documents et témoignages de plus de 250 témoins oculaires ont été traités pour la préparation du rapport. Cependant, il n’a trouvé aucune preuve que des fonctionnaires ou du personnel français étaient directement impliqués dans les meurtres.

Il explique que dans les années qui ont précédé le génocide, «les responsables français ont armé, conseillé, formé, équipé et protégé le gouvernement rwandais et ignoré la déshumanisation du régime (du président rwandais Juvénal) Habyarimana qui cherchait à détruire et assassiner les Tutsis au Rwanda. « 

Par ailleurs, les autorités françaises ont défendu « les intérêts de la France, en particulier le renforcement et l’expansion de sa puissance et de son influence en Afrique » au point qu’en avril et mai 1994, au plus fort du génocide, les autorités françaises « ont fait non ils n’ont rien fait pour arrêter « les massacres.

« La dissimulation se poursuit même dans le présent », indique le rapport commandé par le gouvernement rwandais, affirmant que les autorités françaises ont refusé de coopérer à l’enquête et de fournir des documents clés y relatifs.

RAPPORT FRANÇAIS

Le mois dernier, un rapport d’historiens commandé par le président français Emmanuel Macron reconnaissait une certaine « cécité » et une « indifférence » des Français face à ce qui se passait au Rwanda. L’enquête indique que bien qu’il y ait une « responsabilité écrasante » et « intellectuelle » de Paris, pas donc une « complicité », comme l’indique le rapport publié ce lundi.

Après la publication des deux rapports, le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, a assuré que son pays était prêt à entamer «une nouvelle relation» avec la France.

« Le plus important dans ce processus est peut-être que les deux commissions ont analysé les faits historiques, les fichiers disponibles et sont parvenues à une conclusion commune sur le passé. De là, nous pouvons construire une relation solide », a-t-il indiqué.

Le ministère français des Affaires étrangères a également évoqué le rapport: «La France salue une nouvelle étape qui conduit progressivement vers une compréhension historique partagée et ajoute à la volonté exprimée par les autorités rwandaises de construire un nouveau chapitre dans les relations entre la France et le Rwanda». .

Environ 800 000 Rwandais, dont la grande majorité étaient des Tutsis et des Hutus modérés, ont été tués par des extrémistes hutus pendant environ trois mois en 1994. Des fosses communes sont toujours découvertes aujourd’hui, d’autant plus que les condamnés qui ont purgé leur peine ont reçu des informations sur le lieu où leurs victimes ont été enterrées ou abandonnées.

Les racines du conflit entre Hutus et Tutsis remontent à plusieurs générations, mais le génocide a été déclenché après la mort du président Juvénal Habyarimana, victime de la chute de son avion présidentiel – dans lequel voyageait également le président burundais Cyprien Ntaryamira – avec un missile sur 6 avril 1994.

Après la mort du président, la milice Interahamwe a lancé une campagne d’exécutions qui a duré 100 jours, déchirant à plusieurs reprises ses victimes dans leurs maisons, dans des églises, des stades de football ou sur des barricades.

gestioninclusive@gmail.com