Première modification: Dernière modification:

La décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole de prolonger les réductions actuelles pour un mois supplémentaire a été annoncée ce samedi 6 juin et souligne que les nations qui n'ont pas respecté la baisse convenue de l'extraction doivent compenser entre les mois de juillet et septembre différence entre les frais fixes et ce qu'ils ont pompé.

Ce 6 juin, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a accepté de prolonger les réductions actuelles de l'approvisionnement en pétrole brut pour un mois, tel que rapporté par l'agence officielle russe TASS et divulgué par l'agence EFE.

Les informations fournies par TASS montrent que la phase susmentionnée de réduction des extractions, initialement convenue pour mai et juin, durera jusqu'au 31 juillet et qu'elle impliquera une réduction des approvisionnements équivalant à 9,7 millions de barils par jour. .

Compte tenu de l'extension, les nations qui n'ont pas respecté les coupes d'extraction devront compenser, entre les mois de juillet et septembre, la différence entre le quota fixe et ce qu'ils ont pompé.

Par le biais de son compte Twitter, le ministère iranien du Pétrole a confirmé l'accord et a précisé qu'il continuerait de couper 9,7 millions de barils par jour "tant que des alliés non membres emboîteraient le pas".

Dans le cadre de l'inauguration de la première conférence virtuelle tenue par les membres de l'OPEP, Mohamed Arkab, le ministre algérien de l'Énergie, a assuré qu'au cours du premier semestre 2020, l'augmentation des réserves mondiales de pétrole était "sans précédents ".

On estime que près de 60% de l'approvisionnement mondial en pétrole brut est sous la responsabilité de l'alliance OPEP +, qui, compte tenu de l'impact économique provoqué par la propagation de Covid-19, a déclenché la coupure entrée en vigueur le 1 Mai afin de contenir la précipitation des prix.

Avec EFE