Les hommages habituels aux dirigeants mondiaux et aux milliers de participants pour marquer le débarquement en Normandie, le début d'une bataille qui a marqué la fin de la Seconde Guerre mondiale, ont eu lieu cette année sans participants pour empêcher la propagation du coronavirus.

Le nombre croissant d'infections à coronavirus est enraciné sur le continent américain alors que la région et la plupart des pays touchés dans le monde se dirigent vers un plus grand manque de confiance. La désescalade s'accompagne de soupçons envers plusieurs pays américains.

En Amérique latine, l'épicentre se poursuit au Brésil, dont le gouvernement a menacé de se dissocier de l'Organisation mondiale de la santé bien qu'il soit le troisième pays avec le plus de décès dans le monde et le Pérou, devenu le neuvième pays avec le plus d'infections, dépassant dans ce index à l'Allemagne.

Selon le traqueur de l'Université Johns Hopkins, plus de 6 772 000 personnes ont été infectées dans le monde et 395 459 ont perdu la bataille contre le virus. Pendant ce temps, le nombre de personnes récupérées continue de dépasser considérablement celui des décès et s'élève à plus de 2 778 000.

Voici les principales nouvelles de ce 6 juin sur le Covid-19:

  • Le 76e anniversaire du débarquement en Normandie, sans assistants à cause de la pandémie

La crise sanitaire mondiale due au nouveau coronavirus a également marqué la célébration du 76e anniversaire du débarquement en Normandie, qui unit traditionnellement les nations alliées qui se sont battues contre l'Allemagne nazie et qui avec cette bataille, commencée le 6 juin 1944, ont réussi à changer le cours de la guerre pour vaincre l'armée d'Hitler.

Contrairement aux célébrations massives qui ont eu lieu l'année dernière pour marquer le 75e anniversaire du début de la bataille de Normandie et auxquelles ont assisté de nombreux chefs d'État, la cérémonie de cette année s'est tenue à huis clos et sans public en un peu plus d'une heure.

Image de fichier. Un homme, vêtu de l'uniforme de la Seconde Guerre mondiale, se dresse sur la plage de Vierville-sur-Mer, l'une des plages du débarquement. Normandie, France, 2 juin 2014.
Image de fichier. Un homme, vêtu de l'uniforme de la Seconde Guerre mondiale, se dresse sur la plage de Vierville-sur-Mer, l'une des plages du débarquement. Normandie, France, 2 juin 2014. © Joel Saget / AFP

En raison de la pandémie, aucun ancien combattant ne sera présent et les membres de leur famille non plus. La Patrouille de France, l'armée de l'air française, a fait un spectacle de pirouettes, comme d'habitude lors de cette commémoration, cependant, la préfecture du Calvados, qui cherche à éviter les réunions, a prévenu qu'il ne s'agissait pas d'un "spectacle".

Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'État auprès du ministre des Forces armées, était en charge de l'événement et neuf ambassadeurs représentant divers pays, dont les États-Unis, étaient présents. États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Danemark, Pologne et Allemagne. Les journalistes présents ont dû porter un masque et couvrir leur micro lors de la conférence de presse.

Les cimetières militaires américains seront ouverts, avec une restriction sur le nombre de visiteurs, a annoncé l'American Battle Monuments Commission. À Bayeux, le Mémorial de la Bataille de Normandie rouvrira à partir du 13 juin, tandis que le Mémorial de Caen ne rouvrira que le 20 juin.

La plupart des cérémonies seront diffusées sur Twitter et Facebook.

  • L'Italie enregistre 72 décès et 300 personnes quittent les soins intensifs

Au cours du premier week-end où les mouvements entre les différentes régions sont autorisés et où l'Italie a ouvert ses frontières aux touristes de l'Union européenne, le pays méditerranéen a ajouté 72 nouveaux décès par coronavirus, enregistrés au cours des dernières 24 heures.

Le pays a pris la décision d'autoriser les mouvements, ainsi que l'entrée des citoyens européens afin de relancer le tourisme, un secteur qui représente 13% du produit intérieur brut de l'économie italienne et qui a été fortement affecté par le confinement et annulations massives de voyage et d'hébergement.

Les employés de la société Vueling désinfectent un avion pour sa prochaine mise en service à partir du 6 juin après la réactivation des vols entre l'Europe et le reste de l'Union européenne. Rome, Italie, 4 juin 2020.
Les employés de la société Vueling désinfectent un avion pour sa prochaine mise en service à partir du 6 juin après la réactivation des vols entre l'Europe et le reste de l'Union européenne. Rome, Italie, 4 juin 2020. © Remo Casilli / Reuters

La mesure a été approuvée grâce à des chiffres favorables à la pandémie, qui montrent que sa propagation reste sous contrôle, bien que la maladie soit toujours présente dans le pays. Selon le dernier bilan officiel, 270 nouvelles infections ont été enregistrées, dont 140 en Lombardie. Au total, il y a 165 078 cas confirmés dans le pays depuis le début de l'urgence.

Le dernier jour a également révélé qu'un total de 1 297 personnes ont surmonté la maladie au cours des dernières 24 heures et que 165 078 ont été guéries dans le pays. Un autre fait positif est que les hospitalisations continuent de diminuer, ainsi que le nombre de patients en soins intensifs, qui a diminué de 300.

  • Le Chili bat à nouveau le record de décès avec 93 morts le dernier jour

Le pays du sud continue de battre son record quotidien de décès par coronavirus. Le ministère de la Santé a signalé 93 autres décès au cours de la dernière journée, au cours desquels 5 246 nouvelles infections ont également été enregistrées. Au total, le pays compte désormais 1 541 décès et 127 745 cas.

Le sous-secrétaire à la santé, Paula Daza, a annoncé qu'il y a actuellement 1 524 personnes en soins intensifs, dont 1 294 sont reliées à une ventilation mécanique et 353 sont dans un état grave. Selon Daza, il y a encore 312 fans disponibles.

Un agent de santé ferme l'entrée de l'hôpital public de San José au milieu de la propagation du nouveau coronavirus à Santiago du Chili, le 28 mai 2020.
Un agent de santé ferme l'entrée de l'hôpital public de San José au milieu de la propagation du nouveau coronavirus à Santiago du Chili, le 28 mai 2020. © Ivan Alvarado / Reuters

La région métropolitaine, dans laquelle se trouve Santiago, la capitale chilienne, concentre 76% du total des décès dus à la pandémie et rassemble 80% des cas accumulés. Pour contenir cette situation, Santiago, ainsi que six de ses autres agglomérations, est en quarantaine totale depuis trois semaines, une mesure qui durera au moins jusqu'au 12 juin.

Selon la compilation indépendante de l'Université Johns Hopkins, le Chili continue d'être le troisième pays avec le plus grand nombre d'infections en Amérique du Sud, avec seulement 60000 cas de moins que ceux confirmés au Pérou, qui, avec 187000 positifs, se classe deuxième parmi tous les pays de la région.

  • Le Brésil enregistre plus d'un millier de décès dus à Covid-19 pour le quatrième jour consécutif

Le dernier jour, 1 005 nouveaux décès dus à Covid-19 ont été enregistrés au Brésil, le pays avec le plus d'infections dans la région et le troisième au monde avec le plus de décès. La nation accomplit ainsi quatre jours consécutifs avec plus de mille décès par jour dus à la maladie. Le total des personnes décédées s'élève à 35 026, selon le décompte officiel.

Cependant, le bilan des morts enregistré le dernier jour est le plus bas de ces derniers jours, avec 1 262 décès mardi, 1 349 mercredi et 1 473 vendredi.

Un agent de santé dans un hôpital de campagne créé pour traiter des patients atteints de Covid-19 à Guarulhos, État de São Paulo, Brésil, le 12 mai 2020.
Un agent de santé dans un hôpital de campagne créé pour traiter des patients atteints de Covid-19 à Guarulhos, État de São Paulo, Brésil, le 12 mai 2020. © Amanda Perobelli / Reuters

Selon le ministère de la Santé, au cours des dernières 24 heures, 30 830 nouveaux cas de la maladie ont été enregistrés, légèrement en dessous des 30 925 nouvelles infections de la veille, avec lesquelles le nombre cumulé de cas est passé à 645 771, ce qui place Le Brésil comme deuxième pays avec le plus de cas seulement après les États-Unis USA, avec 1.894.753.

Les statistiques des cas et des décès sont produites à un moment où plusieurs gouvernements régionaux et municipaux du Brésil ont lancé des processus graduels de désescalade des mesures de paralysie économique tout au long de la semaine et ont commencé à assouplir les lignes directrices en matière de distanciation sociale.

Ces processus ont été largement critiqués par les spécialistes et les scientifiques, qui mettent en garde contre les risques d'allégement des mesures de confinement de la pandémie alors que le pays est encore loin d'atteindre le pic de sa courbe de contagion, prévu en juillet, ce qui conduit à des risques d'effondrement de l'infrastructure sanitaire.

  • L'Espagne fête ses 12 semaines alarmées par l'épidémie presque maîtrisée

L'état d'alarme décrété par le gouvernement espagnol a 12 semaines à un moment où tout le pays progresse déjà dans sa désescalade. Il y a eu trois mois de limitations pour la population tant dans ses déplacements que dans ses activités sociales, économiques et familiales, ainsi que dans les activités culturelles, sportives et de loisirs.

Quelque 25 millions d'habitants, soit un peu plus de la moitié de la population totale du pays, se préparent à entamer la dernière phase de manque de confiance tandis que la région de Madrid et la ville de Barcelone le font également, quoique plus lentement, en raison les endroits les plus infectés de sa population.

Les visiteurs regardent la peinture de Guernica de Pablo Picasso lors de la réouverture du musée Reina Sofía. Madrid, Espagne, 6 juin 2020.
Les visiteurs regardent la peinture de Guernica de Pablo Picasso lors de la réouverture du musée Reina Sofía. Madrid, Espagne, 6 juin 2020. © Juan Medina / Reuters

Ce 6 juin, trois des plus importants musées du pays ont ouvert leurs portes, le Prado, la Reina Sofía et le Thyssen, à Madrid et peu à peu la petite entreprise est réactivée, ainsi que le secteur de l'hôtellerie. Le tourisme, l'un des piliers de l'économie, reste en pause et ce n'est que jusqu'au 1er juillet que les visiteurs étrangers y entreront.

Cependant, les chiffres montrent que l'épidémie reste sous contrôle. Le dernier jour, le ministère de la Santé n'a signalé qu'un seul décès dû au nouveau coronavirus. Jusqu'à présent, 27 134 personnes sont décédées sur le territoire espagnol des suites de la maladie, sur un total de 240 978 diagnostiqués positifs.

  • Russie: les temples orthodoxes de Moscou ouvrent leurs portes

Avec des restrictions de jaugeage et l'utilisation obligatoire de masques faciaux, Moscou a rouvert presque tous ses temples orthodoxes, qui avaient été fermés depuis le 13 avril dernier comme l'une des mesures établies pour arrêter la propagation du nouveau coronavirus. Cette mesure a été approuvée par le Patriarcat de Moscou et les autorités sanitaires.

La réouverture a lieu la veille du jour de la Sainte Trinité. "Cette décision a évité une situation qui pourrait être très grave, car des centaines de milliers de Moscovites étaient prêts à se déplacer pour prier dans les temples de la province de Moscou", a déclaré Sergey Gavrilov, représentant au Congrès des affaires sociales et religieuses.

D'autres mesures imposées pour la réouverture des centres religieux et l'introduction de changements dans les traditions orthodoxes imposées pour empêcher la contagion à l'intérieur des temples est que les fidèles doivent garder la distance de sécurité entre eux et ne pourront pas embrasser les mains des papes après avoir avoué, comme d'habitude.

Les chiffres officiels indiquent que la Russie a enregistré un total de 458 698 cas positifs pour le coronavirus et qu'un total de 5 725 citoyens sont morts de la maladie, dont 197 au cours des dernières 24 heures. Moscou, avec plus de 12 millions d'habitants, reste le principal foyer d'infection dans le pays, avec 193 061 cas confirmés et 2 864 décès.

Avec EFE et AFP