La France

Londres et Paris conviennent de continuer à travailler « pour attaquer » ceux qui financent « l’approche agressive » de la Russie

Vivre | Crise en Ukraine

Le Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, et le président français, Emmanuel Macron, se sont mis d’accord mercredi pour continuer à travailler « pour attaquer » les personnes et entités qui financent « l’approche agressive » du président russe, Vladimir Poutine. .

Johnson a abordé les sanctions que le Royaume-Uni a imposées à Moscou pour la reconnaissance par la Russie de l’indépendance des régions de Donetsk et de Lougansk, qu’il a décrites comme une « violation grave » du droit international. En outre, il a estimé que l’envoi de troupes dans l’est de l’Ukraine violait les accords de Budapest et de Minsk.

Dans un communiqué, l’administration britannique a indiqué que Johnson et Macron ont convenu que les actions de la Russie « non seulement menacent la souveraineté de l’Ukraine », mais constituent « une atteinte manifeste à la liberté et à la démocratie ».

Tous deux ont également réitéré leur intention de renforcer les frontières de l’Europe et de défendre la sécurité du continent face à « l’agression croissante de la Russie ». Ils resteront en contact étroit et se reparleront dans quelques jours.

L’administration Johnson a annoncé l’imposition de sanctions économiques contre cinq banques russes et trois personnes « très riches » en réponse à la reconnaissance des régions voyous.

La Russie a reconnu lundi l’indépendance de Donetsk et de Lougansk et a ordonné quelques heures plus tard l’entrée des forces armées russes dans celles-ci dans le cadre d’une « mission de maintien de la paix », des décisions durement critiquées par la majeure partie de la communauté internationale.