Economie

Les ventes des géants de l’alimentation brillent : les consommateurs stressés achètent au prix fort

Dans un contexte de forte inflation généralisée, les consommateurs réduisent leurs achats de vêtements et d’articles de sport, mais augmentent leurs achats de nourriture et d’autres produits de première nécessité. Les ventes de géants tels que Coca-Cola, McDonald’s et Unilever ont brillé au deuxième trimestre.

Les économistes parlent de « demande inélastique », ce qui décrit avec justesse ce qui semble se passer à l’échelle mondiale dans un contexte de coût de la vie anormalement élevé : la demande de certains produits augmente, malgré le fait que les prix continuent d’augmenter obstinément.

Ce concept est généralement associé aux nécessités de base telles que la nourriture, le carburant ou les produits de nettoyage. En témoignent les résultats financiers de certaines des grandes multinationales, dont les résultats du deuxième trimestre ont dépassé les attentes de Wall Street.

Les géants de la consommation font état d’augmentations de leurs ventes, même lorsqu’il en est de même des prix de leurs produits.


Les multinationales de la consommation ont augmenté leurs ventes au deuxième trimestre 2022.
Les multinationales de la consommation ont augmenté leurs ventes au deuxième trimestre 2022. ©France 24

Unilever, propriétaire de plus de 400 marques bien connues telles que le bouillon Knorr, les savons Dove ou la mayonnaise Hellmann’s, a augmenté ses ventes de 8,8% au deuxième trimestre, malgré une hausse de ses prix de 11,2% en moyenne.

De son côté, Coca-Cola a fait état d’une croissance de ses revenus de 8% et de 12% de ses prix mondiaux. En outre, il est d’accord avec son concurrent Pepsi Co sur le fait que la demande continue d’augmenter et qu’il est possible que les prix continuent de s’ajuster à la hausse.

Le directeur général de Coca-Cola, James Quincey, a déclaré que la société augmenterait encore les prix sur les marchés où les coûts augmentaient et viserait à en répercuter la plupart sur les consommateurs en cas de récession.

Au cours du trimestre se terminant en juin, McDonald’s a annoncé que ses ventes mondiales avaient augmenté de 10 % et son PDG a reconnu qu’il envisageait d’ajouter plus d’options de menu à prix réduits, car l’inflation pousse certains consommateurs à acheter des articles moins chers.

Plus de nourriture et moins de vêtements

Alors que les investisseurs surveillent de près les résultats des entreprises à la recherche de signes indiquant que les économies se dirigent vers la récession, les consommateurs envoient des signaux mitigés.

Walmart a émis un avertissement lundi : d’une part, ses clients américains font leurs courses et d’autres produits de première nécessité, mais d’autre part, ils sautent des allées remplies de vêtements et d’autres produits non essentiels.

« La hausse des niveaux d’inflation des aliments et du carburant affecte la façon dont les clients dépensent. Nous prévoyons désormais une pression accrue sur les marchandises générales au second semestre », a déclaré Doug McMillon, PDG de la société.

Pour cette raison, le plus grand détaillant américain s’est engagé à réduire les prix des vêtements et des marchandises générales de manière plus agressive afin de réduire l’accumulation des stocks au printemps.

avec Reuters