Economie

Les offres d’emploi aux États-Unis « se sont refroidies » en juin

Aux États-Unis, les postes vacants ont le plus chuté en un peu plus de deux ans en juin et la demande de travailleurs a été réduite dans les secteurs du commerce de détail et de gros, bien qu’en général le marché du travail reste tendu, permettant à la Réserve fédérale de poursuivre ses hausses de taux d’intérêt.

Malgré la baisse des postes vacants annoncée par le ministère du Travail dans son rapport « Job Openings and Labour Turnover Survey », le marché du travail dans ce pays reste solide.

En juin, au moins 4,2 millions de travailleurs ont volontairement quitté leur emploi alors que les licenciements diminuaient. Les offres d’emploi sont l’un des indicateurs que les responsables de la Réserve fédérale surveillent de près et qui nous font repenser la théorie de la récession qui suggère la baisse négative pendant deux trimestres consécutifs.

« Le marché du travail est peut-être en train de se refroidir, mais la baisse de température est loin d’être un crash », a déclaré Nick Bunker, directeur de la recherche économique chez Indeed Hiring Lab à Washington. « Les perspectives de croissance économique ne sont peut-être pas aussi roses qu’elles l’étaient il y a quelques mois, mais il n’y a aucun signe de danger imminent sur le marché du travail », a-t-il ajouté.

Les offres d’emploi, une mesure de la demande de main-d’œuvre, ont chuté de 605 000 à 10,7 millions en juin, le moins depuis septembre 2021, selon le rapport. La baisse est la plus importante depuis avril 2020, lorsque l’économie était sous le choc de la première vague de la pandémie.

De leur côté, les employeurs ont ajouté en moyenne 457 000 emplois par mois en 2022 ; alors que le chômage est proche de son niveau le plus bas depuis 50 ans.

« Si l’économie est en récession, il semble que le marché du travail n’ait toujours pas reçu le mémo fin juin », a déclaré Stephen Stanley, économiste en chef chez Amherst Pierpont Securities. état de surchauffe épouvantable, mais c’est à peu près tout ce que j’irais dans l’évaluation des conditions du marché du travail », a-t-il déclaré.

Le chômage devrait rester à 3,6 % pour le cinquième mois consécutif

D’ici vendredi, le rapport sur l’emploi du ministère du Travail pour juillet devrait montrer que les employeurs ont ajouté 250 000 emplois supplémentaires le mois dernier, ce qui est considéré comme un nombre sain en temps normal mais serait le plus bas depuis décembre 2020.

Selon une enquête de la société de données FactSet, les économistes s’attendent à ce que le chômage se maintienne à 3,6 % pour le cinquième mois consécutif.

Les économistes interrogés par Reuters avaient prévu 11,0 millions de postes vacants. La Réserve fédérale tente de freiner la demande d’emplois et l’économie en général pour ramener l’inflation à son objectif de 2 %.

La semaine dernière, l’émetteur a relevé son taux d’intérêt officiel de trois quarts de point de pourcentage supplémentaires. Depuis mars, ce taux a augmenté de 225 points de base. Les actions à Wall Street étaient mitigées, le dollar augmentant par rapport à une douzaine d’autres devises alors que les prix des bons du Trésor américain chutaient.

Avec Reuters et AP