Economie

Le ticket de métro et les autres services ne sont plus gratuits au Venezuela

Le président Nicolás Maduro a insisté ces dernières semaines sur la nécessité d ‘«honnêtement» les tarifs des services publics, considérant que les citoyens sont prêts à payer pour leur amélioration.

Le métro de Caracas, utilisé quotidiennement par un million de personnes dans la capitale vénézuélienne, fonctionnait gratuitement depuis 2019. Tout a changé ce lundi 1er mars 2021.

Le système de transport souterrain a commencé à vendre ce qu’il appelait des «cartes à puce», avec lesquelles les utilisateurs peuvent accéder à leurs 20 premiers voyages pour un prix de 900 000 bolivars, soit 0,50 $.

Le prix de la carte équivaut à la moitié de ce que quelque dix millions de personnes au Venezuela reçoivent chaque mois sous forme de salaire minimum ou de pension.

Une fois ce quota utilisé, le prix sera plus bas: 20000 bolivars ou l’équivalent de 0,01 centime US pour chaque trajet à bord de ses trains, dans le cadre du plan gouvernemental qui prévoit une augmentation progressive des tarifs du service public, dont certains ont été libre depuis des années.

« Tout le monde, tout le monde, tout le monde doit payer pour les services publics »

« Les tarifs au Venezuela sont absolument favorables », a déclaré le président vénézuélien Nicolás Maduro, réitérant le message de février dernier: « les gens veulent que les services publics s’améliorent et sont prêts à les payer (…) Vous devez facturer des prix. Équitable dans les services publics pour les améliorer ».

Sans entrer dans les détails, Maduro a annoncé que les nouveaux tarifs du métro de Caracas constitueraient un test pour une augmentation ultérieure du système de transport de surface, également avec recharge électronique. Son ministre des Transports, Hipólito Abreu, l’a confirmé sur son compte Twitter.

Bien que les factures de l’État pour l’électricité, le gaz, Internet et l’eau potable soient inférieures à dix dollars par mois, au moins pour un usage résidentiel, ces services connaissent des pannes quotidiennes qui ont provoqué de nombreuses manifestations dans tout le pays.

Avec EFE