Ecologie

Les catastrophes climatiques ont quintuplé au cours des 50 dernières années, selon l’ONU

Les catastrophes climatiques ont quintuplé au cours des 50 dernières années et ont causé des dégâts importants, même si l’amélioration des systèmes d’alerte a permis de réduire le nombre de décès, a rapporté l’ONU dans un rapport le 1er septembre.

Genève (AFP)

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) des Nations Unies a étudié la fréquence, la mortalité et les pertes économiques causées par les catastrophes liées aux événements météorologiques extrêmes entre 1970 et 2019.

« Le nombre de ces événements extrêmes est en augmentation. En raison du changement climatique, ils seront plus fréquents et plus graves dans de nombreuses régions du monde », a déclaré le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, dans un communiqué.

Au total, plus de 11 000 catastrophes attribuées à ces événements extrêmes ont été enregistrées dans le monde depuis 1970. On estime qu’elles ont causé plus de deux millions de morts et des pertes matérielles dépassant les 3 640 milliards de dollars.

115 décès quotidiens

Selon l’OMM, on pourrait dire qu’il y a eu en moyenne une catastrophe climatique chaque jour depuis 50 ans, qui a causé la mort de 115 personnes et des pertes matérielles de 202 millions de dollars par jour.

L’organisation a précisé que plus de 91% des décès sont survenus dans les pays en développement.

Le lit de la lagune de Suesca, asséché en raison d'une grave sécheresse causée par le changement climatique depuis 2012, selon les autorités environnementales, dans une image prise le 9 mars 2021 dans la municipalité de Cucunabá, dans le centre de la Colombie
Le lit de la lagune de Suesca, asséché en raison d’une grave sécheresse causée par le changement climatique depuis 2012, selon les autorités environnementales, dans une image prise le 9 mars 2021 dans la municipalité de Cucunabá, dans le centre de la Colombie Raúl Arboleda AFP / Archives

Les sécheresses ont été responsables des drames les plus graves en termes de vies humaines au cours de cette période, avec quelque 650 000 morts, tandis que les tempêtes ont fait plus de 577 000 morts.

Les inondations ont fait quelque 59 000 morts au cours des 50 dernières années et les températures extrêmes ont causé près de 56 000 décès, selon le rapport.

Dans le même temps, le rapport a révélé que malgré l’augmentation de ces événements météorologiques extrêmes, le nombre de décès causés par ceux-ci a considérablement diminué.

Le bilan est passé de plus de 50 000 décès par an dans les années 1970 à moins de 20 000 vers 2010, selon l’OMM.

C’est-à-dire qu’aux alentours de 1970 et 1980, une moyenne de 170 décès quotidiens liés à des phénomènes climatiques ont été signalés, le chiffre est tombé à 90 dans les années 1990 et à 40 dans les années 2010.

Taalas a noté que les progrès des systèmes d’alerte et de gestion ont réduit les décès. « Nous sommes tout simplement mieux préparés que jamais pour sauver des vies », a-t-il déclaré.

Plus de personnes exposées

Pourtant, l’OMM a averti qu’il reste beaucoup à faire car seulement la moitié des 193 pays membres de l’organisation disposent de systèmes d’alerte.

Il a également mis en garde contre la nécessité d’améliorer les réseaux d’observation météorologique dans les pays africains, dans certaines régions d’Amérique latine et sur les îles du Pacifique et des Caraïbes.

Mami Mizutori, directrice du bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, s’est félicitée dans la déclaration pour les vies qui ont été sauvées grâce aux systèmes d’alerte.

Mais il a averti que « le nombre de personnes exposées à des risques augmente en raison de la croissance de la population dans les zones susceptibles de subir des catastrophes et d’une intensité et d’une fréquence croissantes de ces phénomènes ».

Une femme fait du canoë sur une route inondée pour apporter des provisions à ses voisins après les inondations causées par l'ouragan Harvey le 30 août 2017 à Houston, dans le sud des États-Unis.
Une femme fait du canoë sur une route inondée pour apporter des provisions à ses voisins après les inondations causées par l’ouragan Harvey le 30 août 2017 à Houston, dans le sud des États-Unis. Brendan Smialowski AFP / Archives

Et si les systèmes d’alerte précoce sauvent des vies, ils ne protègent pas des conséquences économiques de ces catastrophes.

En effet, les pertes signalées entre 2010 et 2019 atteignent 383 millions de dollars par jour, sept fois plus que les 49 millions de dollars par jour enregistrés dans les années 70.

Sept des 10 catastrophes les plus coûteuses des 50 dernières années se sont produites après 2005, dont trois en 2017.

Il s’agit des ouragans Harvey, qui ont causé des dommages de près de 97 000 millions de dollars, María, avec des dommages de 70 000 millions de dollars, et Irma, avec près de 60 000 millions de dollars de pertes.