Ecologie

Le renseignement américain met en garde contre les tensions mondiales provoquées par le changement climatique

Pour la première fois dans l’histoire, tous les services de renseignement des États-Unis ont mis en garde dans un rapport conjoint contre les multiples menaces que le changement climatique fait peser sur la sécurité mondiale et, par conséquent, sur la nation. Sécheresses, accès à l’eau, migrations et manque de coopération sont parmi les principaux défis des prochaines décennies.

C’est face à un événement crucial, la COP 26 – une conférence mondiale sur le climat dirigée par les Nations Unies qui se tiendra plus tard ce mois-ci et début novembre à Glasgow (Royaume-Uni) – que les services de renseignement américains ont mis sur la table un avertissement sans précédent.

Le rapport rassemble les opinions de 18 agences nationales de renseignement et a été présenté par le Bureau du directeur du renseignement national. Toutes les agences ont conclu que le changement climatique est à l’origine de plus de tensions et que cela est dû en partie à la façon dont les pays répondent aux demandes d’action climatique, tout en essayant de « protéger leurs propres intérêts économiques », selon le rapport.

Concernant la situation des Etats-Unis dans ce scénario, le rapport indique que le changement climatique « exacerbera de plus en plus une série de risques pour les intérêts de sécurité nationale », qui incluent « des impacts physiques qui pourraient devenir des défis de sécurité », a-t-il déclaré à la Maison Blanche à un résumé du rapport de renseignement conjoint.

« Avec plus de 85 % des émissions mondiales provenant d’au-delà des frontières des États-Unis, nous ne pouvons à nous seuls résoudre ce défi. Nous avons besoin du reste du monde pour accélérer sa progression », a déclaré un haut responsable américain cité par l’AFP, qui a demandé à ne pas être nommé, dans des déclarations qui montrent la tension croissante sur l’action climatique.

Un militant écologiste fait irruption dans un rassemblement pour le président élu Joe Biden, alors candidat démocrate, le 9 octobre 2020, à Manchester, New Jersey, États-Unis.
Un militant écologiste fait irruption dans un rassemblement pour le président élu Joe Biden, alors candidat démocrate, le 9 octobre 2020, à Manchester, New Jersey, États-Unis. © Scott Eisen / AFP

« Un risque pour la stabilité financière des États-Unis » et une menace de se prémunir contre

Après la révélation du rapport, la Maison Blanche a annoncé qu’elle intégrerait ces risques climatiques dans sa planification, une annonce qui ne passe pas inaperçue, puisqu’elle est accompagnée d’une autre du Pentagone, qui a affirmé qu’elle tiendrait compte du changement climatique « du tout niveaux » et que ce « Il sera essentiel de s’entraîner, de combattre et de gagner dans un environnement de plus en plus complexe. »

Pour sa part, la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a assuré que le document place le changement climatique « directement au premier plan de l’agenda » et, dans un rapport séparé, le Conseil de surveillance de la stabilité financière du pays a défini le risque climatique comme « un nouveau menace pour la stabilité financière des États-Unis.

Et c’est qu’en pleine crise climatique, on s’inquiète de plus en plus des tensions qui pourraient se créer dans d’autres nations, comme la Chine, principal concurrent des États-Unis et qui fait actuellement face à de grands risques climatiques comme la désertification, les grands inondations, élévation du niveau de la mer. ou migration d’espèces qui constituent la base alimentaire de la population. Avec un concurrent comme la Chine dans une situation de plus en plus complexe, le plan géostratégique pourrait devenir de plus en plus tendu.

La Chine s'est engagée à mener le virage vers les énergies renouvelables et à abandonner l'énergie carbonée, bien qu'elle soit actuellement fortement dépendante de ce type d'énergie.
La Chine s’est engagée à mener le virage vers les énergies renouvelables et à abandonner l’énergie carbonée, bien qu’elle soit actuellement fortement dépendante de ce type d’énergie. AFP / Fichier

Onze pays particulièrement touchés par le changement climatique

Le rapport met en évidence la situation de onze nations où les populations sont gravement menacées en raison de leur exposition au manque d’eau, de nourriture et d’énergie dans les années à venir et surtout en raison de leur capacité limitée à faire face à ces risques.

C’est une pénurie qui pourrait provoquer des flambées de violence dans ces territoires et leur manque de capacité financière pour répondre à cette situation pourrait créer ou accentuer des conflits internes et générer des vagues de migration irrégulière vers d’autres territoires, une question qui préoccupe particulièrement les États-Unis. États.

Ces pays comprennent plusieurs d’Amérique latine, dont quatre d’Amérique centrale –Guatemala, Haïti, Honduras et Nicaragua–, mais aussi de Colombie, en Amérique du Sud.

Des migrants haïtiens et centraméricains marchent vers les bureaux d'immigration de Tapachula, dans le sud du Mexique, pour demander des documents
Des migrants haïtiens et centraméricains marchent vers les bureaux d’immigration de Tapachula, dans le sud du Mexique, pour demander des documents CLAUDIO CRUZ AFP / Archives

En Asie, l’Afghanistan, l’Inde, le Myanmar, le Pakistan et la Corée du Nord sont également menacés, et l’Irak et d’autres pays africains sont parmi les principaux touchés par les changements climatiques sur la planète, générés par le réchauffement excessif de la température mondiale dû, principalement, à l’utilisation de combustibles fossiles depuis le début de l’ère industrielle.

Au milieu de cette situation, le rapport met également en garde contre le risque que certains pays commencent à utiliser des technologies artificielles, telles que les particules dans l’atmosphère qui produisent des effets de refroidissement ou l’utilisation de produits chimiques pour refroidir certaines parties de l’océan.

Des pays comme les États-Unis, la Chine, la Russie ou l’Inde explorent déjà ces alternatives, qui pourraient entraîner non seulement des altérations plus profondes du climat, mais aussi une plus grande tension géostratégique.

Face à un tel défi mondial, le rapport, qui est désormais au centre de la sécurité nationale des États-Unis, indique qu’une plus grande coopération entre les pays est nécessaire pour faire face à un problème qui affectera les générations futures de tous les coins de la planète, ainsi que le reste des êtres vivants qui l’habitent.

Avec l’AFP