Ecologie

Le mois dernier a été le mois de juin le plus chaud en Amérique du Nord

L’Amérique du Nord a connu son mois de juin le plus chaud en 2021, marqué surtout par une canicule historique au Canada, a annoncé le 7 juillet le programme européen Copernicus sur le changement climatique (C3S), le citant comme un exemple clair de réchauffement climatique.

Paris (AFP)

« Juin 2021 a été le mois de juin le plus chaud d’Amérique du Nord » depuis que ce type de mesures a été effectué, a indiqué l’agence dans un communiqué. Au cours du mois dernier, la moyenne pour la période 1991-2020 a été dépassée de 1,2°C, et les températures enregistrées en juin 2012 ont été dépassées, jusqu’ici les plus chaudes d’Amérique du Nord, a indiqué à l’AFP Carlo Buontempo, directeur du C3S.

« Ces vagues de chaleur ne viennent pas de nulle part. Elles surviennent dans un climat mondial en surchauffe qui les rend plus probables », a déclaré Julien Nicolas, un collègue analyste.

« Les vagues de chaleur que nous avons vues le mois dernier en Amérique du Nord, dans l’ouest de la Russie et dans le nord de la Sibérie ne sont que les derniers exemples en date d’une tendance continue liée au réchauffement », a-t-il ajouté.

Lors d’une canicule historique qui a débuté fin juin, le Canada a battu à plusieurs reprises son record absolu de température, qui a finalement été établi à 49,6°C à Lytton le 30 juin. Cette petite communauté à 250 km au nord-est de Vancouver est devenue le symbole de cette crise : après avoir battu le record de chaleur, elle a été victime d’incendies qui ont dévasté 90 % de son territoire.

Feux de forêt près du lac Sparks, en Colombie-Britannique, le 29 juin 2021. Des dizaines d'incendies causés par une vague de chaleur sans précédent ont ravagé l'ouest du Canada.
Feux de forêt près du lac Sparks, en Colombie-Britannique, le 29 juin 2021. Des dizaines d’incendies causés par une vague de chaleur sans précédent ont ravagé l’ouest du Canada. © BC Wildfire Service via AFP

« Ce qui s’est passé au Canada représente un énorme bond par rapport au record précédent… Ce que nous pouvons dire, c’est que ces records de chaleur sont un rappel puissant de l’impact que le changement climatique peut avoir sur nos vies », a déclaré Carlo Buontempo.

L’augmentation et l’intensification des vagues de chaleur dans le monde sont les manifestations les plus évidentes du réchauffement climatique, lié aux activités humaines.

Le monde a déjà gagné au moins +1,1°C par rapport à l’ère préindustrielle, favorisant la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes. L’Accord de Paris cherche à contenir ce réchauffement en dessous de +2°C, et si possible +1,5°C.

En Europe, juin 2021 a été le deuxième juin le plus chaud de l’histoire, derrière 2019, selon Copernic, qui a souligné des températures particulièrement élevées en Finlande et dans l’ouest de la Russie, ainsi que dans l’Arctique sibérien.

Dans le monde, juin 2021 égalait juin 2018, derrière 2016, 2019 et 2020.

gestioninclusive@gmail.com