Ecologie

le premier projet exprime « l’alarme », les écologistes le qualifient d' »insuffisant »

Alors que le jour 11 du sommet des Nations unies sur le climat se concentre sur la pollution causée par les transports, la présidence de la réunion a publié un premier projet d’accord final dans lequel elle exprime sa préoccupation face aux dommages déjà causés à la planète. En outre, le document préconise la réduction des gaz polluants de 45 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010. Diverses organisations environnementales ont déclaré s’attendre à plus.

Le premier projet d’accord issu des pourparlers du sommet sur le climat COP26 signale « l’inquiétude et l’inquiétude ».

Le document publié ce 10 novembre, met en évidence les manquements aux engagements antérieurs pour freiner le réchauffement climatique, tout en reprenant les objectifs fixés dans l’Accord de Paris de 2015.

Le texte reconnaît « avec regret » que les pays riches n’ont pas tenu leur promesse de fournir conjointement 100 milliards de dollars par an d’ici 2020, aide financière à laquelle ils se sont engagés il y a plus d’une décennie. L’objectif de ces fonds est d’aider les nations les plus pauvres à atténuer les conséquences du changement climatique.

En outre, la publication préliminaire réaffirme la nécessité d’atteindre les objectifs fixés depuis 2015 dans l’Accord de Paris, en limitant principalement le réchauffement climatique à 2 degrés Celsius – depuis l’époque préindustrielle – en vue d’atteindre un objectif plus strict de maintien de l’augmentation de la La température de la Terre pour ce siècle de 1,5 degrés.

En ce sens, les négociateurs demandent au monde de réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’environ la moitié, de 45 %, d’ici 2030, par rapport à 2010.

De même, le rapport préconise d’atteindre « zéro émission nette » de CO2 d’ici 2050. Pour ce faire, explique-t-il, les pays ne pompent dans l’atmosphère que la quantité de gaz à effet de serre pouvant être à nouveau absorbée par des moyens naturels ou artificiels.

Soulignant le défi d’atteindre ces objectifs cruciaux, le document « exprime son inquiétude et son inquiétude quant au fait que les activités humaines ont déjà causé environ 1,1 °C de réchauffement climatique à ce jour et que les impacts se font déjà sentir dans toutes les régions ».

Les écologistes qualifient le premier projet d’« insuffisant »

« Nous venons d’avoir une étude marquante montrant que nous nous dirigeons vers un réchauffement de 2,4 °C. Le travail de cette conférence a toujours été de ramener ce chiffre à 1,5°C, mais avec ce texte, les dirigeants mondiaux parient jusqu’à l’année prochaine. Si c’est le mieux qu’ils puissent imaginer, il n’est pas surprenant que les enfants d’aujourd’hui soient furieux contre eux », a déclaré la directrice exécutive de Greenpeace International, Jennifer Morgan, après avoir pris connaissance du document.

En revanche, le coordinateur énergie et climat de l’ONG espagnole Ecologistas en Acción, Javier Andaluz, a expliqué qu' »un projet de texte aussi minimal que celui présenté ce matin est irrecevable ».

Irene Rubiera, déléguée d’Ecologists in Action à Glasgow, a déclaré à EFE que si ce projet d’accord devenait le résultat final de la COP26, « la communauté internationale aura à nouveau perdu l’occasion de prendre des mesures conformes aux indications scientifiques, à un moment clé de la lutte contre l’urgence climatique ».

Négociations autour des transports

Le rapport a été publié un jour où les dirigeants ont discuté de la question de la pollution générée par les transports, notamment terrestres.

Un accord mondial sur les véhicules électriques est également sur la table des négociations, mais les Etats-Unis, la Chine et l’Allemagne, gros producteurs de voitures traditionnelles, résisteraient à un pacte en la matière, selon des informations de la presse locale.

Un communiqué du gouvernement britannique, hôte de l’événement, a déclaré mercredi que six grands constructeurs automobiles signeraient un document pour s’engager à éliminer progressivement les voitures à moteur à combustion interne (ICE) sur les principaux marchés d’ici 2035 et dans le monde d’ici 2040. .

Ola Kallenius, directeur général de la multinationale automobile allemande Daimler AG, a déclaré que si la société s’était engagée à conclure un accord pour éliminer progressivement les voitures émettant des combustibles fossiles aux dates indiquées, il ne pensait pas que les interdictions totales étaient la réponse au problème. .

« Ce qu’il dit, c’est que nous travaillerons pour parvenir à une conduite sans émissions sur les principaux marchés d’ici 2035. C’est exactement ce que nous faisons. Nous ne devrions pas parler d’interdictions. »

Daimler a précédemment annoncé qu’il produirait exclusivement des voitures entièrement électriques d’ici 2030 si les conditions du marché le permettaient, et rendrait sa production neutre en carbone d’ici 2039.

Cependant, l’exécutif a souligné que la pénurie mondiale de puces, un produit de l’arrêt de travail pendant la pandémie de Covid-19 et qui a touché différentes industries, pourrait retarder la réalisation de cet objectif.

Quelles seront les prochaines étapes à suivre ?

Les négociateurs des différents pays participant au sommet devront remettre le projet de texte global à leurs gouvernements pour identifier les domaines dans lesquels ils sont prêts à changer.

Une étape de discussions est attendue avec les pays qui utilisent leurs cartes de négociation pour renforcer ou affaiblir la formulation des fragments qui touchent le plus leurs propres intérêts.

«Bien que le texte appelle à une élimination accélérée des subventions sur le charbon et les combustibles fossiles, des spoilers, comme les gouvernements d’Arabie saoudite et d’Australie, s’efforceront d’écraser cette partie avant la clôture de cette conférence. Les ministres ont maintenant trois jours pour renverser la vapeur et faire le travail ici à Glasgow au lieu de repousser à nouveau la question climatique dans le futur », a souligné Morgan.

Une image aérienne montre des gaz en combustion près de réservoirs de stockage de pétrole à San Antonio, Texas, États-Unis, le 31 octobre 2021.

Une image aérienne montre des gaz en combustion près de réservoirs de stockage de pétrole à San Antonio, Texas, États-Unis, le 31 octobre 2021. © EFE / EPA / Tannen Maury

L’expert a indiqué que le texte doit être beaucoup plus robuste en termes de financement et d’adaptation et inclure des chiffres réels de milliards de dollars pour atténuer la crise, avec un plan de mise en œuvre dans lequel les pays les plus riches soutiennent les nations les moins développées. « Nous devons voir un accord qui engage les pays à revenir chaque année avec de nouveaux et meilleurs plans jusqu’à ce qu’ensemble ils brisent la barre et que nous puissions rester en dessous de 1,5 ° C de réchauffement », a-t-il déclaré.

Il est encore possible que des modifications soient apportées avant la publication du texte final, lorsque le sommet se terminera ce vendredi 12 novembre, à 18h00, heure locale, selon le Royaume-Uni, même si comme cela s’est produit lors de réunions précédentes, il est-ce que cela peut durer jusqu’au week-end.

Avec AP, Reuters et les médias locaux