Economie

Première union Starbucks en Amérique ? Les travailleurs votent sur l’initiative dans trois magasins

Les travailleurs de trois sites situés dans le comté de Buffalo, New York, devraient commencer à voter par correspondance ce mercredi 10 novembre, pour décider d’adhérer ou non à l’Union internationale des employés de service, le plus grand syndicat du secteur des services à New York.

Jamais au cours de ses 50 ans d’histoire, la multinationale Starbucks n’a fait appel à des travailleurs syndiqués pour servir ses cafés aux États-Unis. Mais certains baristas veulent changer cette situation.

Les travailleurs de trois de leurs magasins du comté de Buffalo à New York tentent de créer ce qui serait le premier syndicat de cette chaîne, qui, selon eux, a jusqu’à présent déjoué toute tentative de syndicalisation.

Le bureau régional du Buffalo National Labor Relations Board devrait envoyer mercredi soir aux employés des bulletins de vote qui définiront s’ils souhaitent être représentés par Workers United, une filiale du Service Employees International Union.

Starbucks

Starbucks ©France24

Les 128 travailleurs de ces trois établissements auront jusqu’au 8 décembre pour voter par courriel. Le dépouillement est prévu le 9 décembre.

« Je pense que si nous élevons la barre chez Starbucks, nous en ferons non seulement une meilleure entreprise, un meilleur lieu de travail, mais nous améliorerons également l’industrie », a déclaré Jaz Brisack, qui a travaillé pendant environ un an dans un magasin Starbucks. au centre-ville de Buffalo.

Brisack a également aidé à organiser un effort d’organisation réussi chez Spot Coffee, une petite chaîne de ce comté, en 2019.

Une tentative parmi tant d’autres

Le géant du café a mené une poignée d’efforts d’organisation aux États-Unis au cours des deux dernières décennies.

Le plus grand syndicat du secteur des services à New York a dénoncé que cette fois ce n’était pas différent et a assuré qu’il y a une « campagne de menaces, d’intimidation et de surveillance » contre ceux qui font partie de l’initiative.

« Lorsque les entreprises se présentent comme de bons employeurs qui se soucient des travailleurs, cela crée souvent des attentes pour les travailleurs », a déclaré Rossann Williams, président de Starbucks North America, dans une récente lettre aux employés exhortant à voter « non ». À Buffalo.

Starbucks n’est pas le seul

Le vote Starbucks intervient également à un moment de troubles croissants parmi les travailleurs américains avec d’autres multinationales.

Dan Graff, directeur du programme de travail Higgins à l’Université de Notre Dame, a déclaré que de nombreux travailleurs sont épuisés et fatigués de suivre des règles de travail qui datent même d’avant le déclenchement de la pandémie de coronavirus.

Pendant ce temps, alors que des milliers de travailleurs syndiqués de Deere & Co. et Kellogg Co. aux États-Unis sont en grève, les employés des entrepôts d’Amazon à New York cherchent également à obtenir une élection syndicale après la tentative d’échec de leurs collègues en Alabama.

Le droit du travail américain favorise largement les employeurs, avec de faibles sanctions pour ceux qui interfèrent dans les élections syndicales. Par conséquent, environ 6 % seulement des employés du secteur privé sont syndiqués, comparativement à environ un tiers des employés du secteur public.

Avec AP et EFE