Ecologie

Les clés de l’ONU pour «faire la paix avec la nature»

Une amélioration environnementale commence par la mise en œuvre de changements radicaux dans notre mode de vie. Ceci est rappelé, une fois encore, par le dernier rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), qui propose un plan pour faire face à la triple urgence planétaire: changement climatique, perte de biodiversité et pollution. Le document est basé sur ce que plusieurs études scientifiques internationales ont déjà dit ces dernières années.

Selon António Guterres, secrétaire général de l’ONU, ce rapport intitulé «Faire la paix avec la nature» est le plan de paix pour un programme de reconstruction après la guerre contre la planète dans laquelle nous sommes plongés. Ce conflit a conduit à trois crises environnementales interdépendantes qui menacent la viabilité des êtres humains sur la planète: l’altération du climat, la perte de biodiversité et la pollution. « Le bien-être humain réside dans la protection de la santé de la planète. Il est temps de réévaluer et de rétablir notre relation avec la nature », a déclaré Guterres. Selon lui, le document jette «les fondements de l’espoir» car «il montre la voie vers un monde plus sûr».

En effet, le texte présente un plan scientifique qui explique comment gérer ensemble les trois crises environnementales. Pour ce faire, il expose trois fronts sur lesquels il faut agir et détaille ce que chaque acteur peut et doit faire dans chacun de ces aspects: des politiciens aux médias, en passant par les scientifiques, les citoyens et les institutions financières.

Tous les secteurs ont un rôle à jouer sur la voie d'un avenir durable
Tous les secteurs ont un rôle à jouer sur la voie d’un avenir durable © France 24

Certains des exemples de mesures à prendre par les autorités internationales, nationales, régionales et locales consistent à «adopter des plans et des objectifs conformes à l’Accord de Paris pour la transition vers des émissions nettes de dioxyde de carbone nulles d’ici 2050, réduisant ainsi les émissions de 45% en 2030. par rapport à 2010 « . Le rapport indique également que les entités peuvent également «mettre un prix sur le carbone, supprimer progressivement le financement des combustibles fossiles et supprimer les subventions qu’elles reçoivent, arrêter de construire de nouvelles centrales électriques au charbon et favoriser l’adaptation et la résilience au changement climatique».

D’autres recommandations pour les gouvernements sont liées à la conception de villes durables d’un point de vue social et environnemental, avec des infrastructures économes en énergie, par exemple. On estime que 56% de la population mondiale vit dans les villes, un pourcentage qui atteint 81% en Amérique latine. Le rôle des villes pour un avenir durable est donc crucial.

Les organisations financières, les citoyens et les médias ont également un rôle dans le processus de paix environnementale

On demande aux organisations financières de soutenir les projets de conservation et de restauration de la biodiversité et de s’éloigner du financement des industries qui contribuent au réchauffement climatique et au changement climatique. Aussi qu’ils adoptent la richesse inclusive, qui est la somme du capital produit, naturel, humain et social comme base des décisions d’investissement; et arrêter d’utiliser le PIB comme indice de développement.

Ils demandent au secteur privé plus de pratiques d’économie circulaire: c’est-à-dire réduire les déchets, réutiliser les matériaux et recycler davantage. Le rapport expose l’importance pour les citoyens de participer à l’élection des dirigeants politiques et d’exiger des responsabilités de ces responsables en matière d’environnement, et que nous sommes conscients de nos décisions quotidiennes concernant la consommation d’énergie, les ressources, les transports que nous utilisons ou la nourriture que nous mangeons. .

Les médias ont également un rôle important dans ce plan de paix: refuser les fausses informations, documenter et rendre compte de la relation directe entre la destruction de la nature et l’aggravation de nos conditions de vie. Parmi de nombreuses autres fonctions, l’appel aux journalistes est de rendre compte des impacts négatifs de certaines subventions imposées par les gouvernements sur les industries qui endommagent la planète.

La conclusion, selon les termes du Secrétaire général des Nations Unies, « est que nous devons transformer la façon dont nous voyons et valorisons la nature. Nous devons refléter la véritable valeur de la nature dans toutes nos politiques, plans et systèmes économiques. … est un changement fondamental dans la manière dont nous mesurons l’économie, dans la manière dont nous nous comportons en tant que citoyens et dans la manière dont nous nous comportons en tant que pays. Et sans ce changement fondamental, les objectifs que nous nous sommes fixés en matière de biodiversité, de pollution et de climat le changement ne sera pas réalisable. Et nous sommes proches du point de non-retour … Faire la paix avec la nature est la tâche la plus importante que nous entreprendrons dans les décennies à venir. « 

Le rapport avec les solutions pour éviter de nouvelles pandémies

Le document souligne que la pandémie de Covid-19 est une conséquence directe de la destruction des habitats et que les plans de relance économique doivent être mis à profit pour se reconstruire, en s’éloignant des pratiques non durables et en orientant l’argent vers des infrastructures et des programmes qui réduisent les risques et les impacts de pandémies à l’avenir.

La prévention de la destruction de l'habitat est un moyen de garantir qu'il n'y aura pas de nouvelle pandémie à l'avenir
La prévention de la destruction de l’habitat est un moyen de garantir qu’il n’y aura pas de nouvelle pandémie à l’avenir © France 24

Avec ce document, l’ONU entend établir une base à partir de laquelle émerger une série de solutions concrètes lors des rencontres clés sur l’environnement qui auront lieu en 2021 et qui arriveront avec un an de retard en raison de l’épidémie de coronavirus. Il s’agit du sommet sur la biodiversité dans la ville chinoise de Kunming du 17 au 30 mai et du sommet sur le changement climatique à Glasgow, en Écosse, qui se tiendra les 12 premiers jours de novembre.

gestioninclusive@gmail.com