Ecologie

Avec sa Semaine du climat, l’Amérique latine se prépare à la COP26

Du 11 au 14 mai, s’est tenue la Semaine du climat de l’Amérique latine et des Caraïbes. Cet espace fait partie des semaines régionales créées par la Convention des Nations Unies sur le changement climatique dans le but que les locaux commencent à préparer des idées pour le sommet des Nations Unies sur le climat, la COP26, qui se tiendra à Glasgow.

Selon le bureau des Nations Unies, plus de 5 000 personnes ont assisté aux discussions virtuelles, auxquelles ont participé les gouvernements de la région, des membres du secteur privé et des dirigeants de la société civile. Bien que les réunions aient eu lieu à distance en raison de la pandémie de Covid-19, la République dominicaine était le pays qui a organisé l’événement.

Au cours de la semaine, ils ont discuté des mesures prises par chaque pays d’Amérique latine pour lutter contre le réchauffement climatique jusqu’aux stratégies de résilience au changement climatique. L’une des sessions, par exemple, a porté sur le financement de l’atténuation et de l’adaptation au changement climatique.

Toutes ces discussions serviront de contributions à la COP26, qui se tiendra en novembre. Ce sommet sera le moment clé pour chaque pays de préciser quels seront ses engagements par rapport aux objectifs énoncés dans l’Accord de Paris et, en outre, il marquera le début de la mise en œuvre dudit pacte.

« 2021 est l’année où nous approchons de la mise en œuvre de l’Accord de Paris et l’année où nous libérons enfin sa puissance et son potentiel réels, quand le monde en a le plus besoin », a expliqué Patricia Espinosa lors du forum d’ouverture, Secrétaire exécutive de l’ONU. Convention sur les changements climatiques (CCNUCC).

Sur l’autre front, Espinosa a encouragé les gouvernements d’Amérique latine et du monde entier à prendre des engagements plus ambitieux. Sinon, a-t-il dit, l’objectif de réduction des gaz à effet de serre proposé par l’Accord de Paris pour lutter contre le réchauffement climatique ne sera pas atteint.

«Au rythme actuel, les pays réaliseront moins de 1% de réduction des émissions d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 2010. Le GIEC propose que cette réduction soit de 45%. Donc, dire que les niveaux actuels sont insuffisants est un euphémisme », a-t-il déclaré.

La fonte des glaciers andins et la déforestation en Amazonie, deux visages du changement climatique en Amérique latine

En Bolivie, les habitants de Khapi ressentent directement le réchauffement climatique. Le glacier d’Illimani fond au point que ceux qui vivent en dessous manquent d’eau. Certains agriculteurs ont même dû changer de culture en raison du manque de liquide.

En fait, tous les glaciers des Andes fondent. En moyenne, ils ont perdu près d’un mètre d’épaisseur de leur glace chaque année depuis 2000 en raison du réchauffement climatique. Cela fait de la chaîne de montagnes la région montagneuse du monde qui a perdu le plus de glace par rapport à sa taille.

Du côté brésilien, la crise vient de la déforestation en Amazonie, qui ne cesse d’augmenter. Selon le rapport du 7 mai de l’Institut national de recherche spatiale (INPE), la déforestation dans la forêt amazonienne du pays a augmenté de près de 43% en avril par rapport au même mois l’année précédente.

C’est le pire avril jamais enregistré depuis le début du suivi sur le sujet en 2015 et le pire moment est encore à venir. Normalement, les saisons des pluies au début de l’année font qu’il est difficile pour les bûcherons et les éleveurs de pénétrer dans la forêt pour abattre. Cela change avec les saisons sèches entre mai et octobre, lorsque la déforestation a historiquement explosé en Amazonie.

Ce sont les hectares qui sont déboisés chaque année en Amazonie brésilienne, depuis 2015, selon l'INPE.
Ce sont les hectares qui sont déboisés chaque année en Amazonie brésilienne, depuis 2015, selon l’INPE. © France 24

En outre, les données de l’INPE montrent que chaque année, davantage d’hectares de forêt amazonienne sont coupés au Brésil. Des records historiques ont été battus en 2020 avec plus de 11 000 hectares de forêt coupés.