Sport

Le Brésil, l’Argentine et une finale de Copa América qui alimente la rivalité

Les deux géants sud-américains se retrouveront face à face dans le duel décisif de l’édition en cours du tournoi continental où ils définiront qui est le champion. Scratch veut son troisième double championnat et la confirmation de sa domination dans la région. L’Albiceleste, en revanche, en est à sa septième tentative pour mettre fin à une séquence de 28 ans sans titres. Scaloni hésite en défense, Tite a presque tout préparé. Le Maracana sera le décor de samedi prochain.

Ce week-end, la Copa América aura sa fermeture, mais pas avant d’avoir offert un spectacle à la hauteur. La finale la plus attrayante que ce concours pourrait offrir sera la réalité. L’Argentine et le Brésil, dans une nouvelle version de la Classique des Amériques, décrocheront la ceinture du championnat.

Ce sera la quatrième fois que les deux se rencontreront dans une définition de ce type, avec une différence de 2-1 en faveur du Brésil, victorieux lors des deux derniers duels décisifs l’un contre l’autre. Trois si l’on compte la Coupe des Confédérations 2005.

La riche histoire compte 107 matchs et Canarinha la domine également avec 42 victoires, deux de plus que l’Argentine. Les 25 matchs restants se sont terminés à égalité. Sur les dix derniers, quatre ont été des joies pour l’Albiceleste, mais tous en matches amicaux internationaux. Les autres, un marron et cinq remportés par le Brésil.

Le mythique Maracana de Rio de Janeiro donnera le siège dans lequel la Verdeamarelha et l’Albiceleste s’affronteront. Avec l’arbitrage de l’Uruguayen Esteban Ostojich, les géants sud-américains mettront un terme à un championnat avec un démarrage faible, mais qui a sauvé toutes les émotions pour la phase décisive.


Brésil : le favori, à domicile et avec des statistiques imbattables

Scratch, qui a remporté le trophée en 2019, vise son double championnat dans cette compétition, ce qu’il a réalisé à deux autres reprises. Le premier était quand il a été couronné en Bolivie ’97 et au Paraguay ’99 ; le second après le Pérou ’04 et le Venezuela ’07.

Il y a un fait qui décrit parfaitement la force du Verdeamarelha à chaque fois que le tournoi se déroule dans votre pays : dans les cinq éditions qui s’y sont déroulées, il a été proclamé vainqueur. Inscription – sans compter celle en cours – 21 victoires, huit nuls et une seule chute.

Les seules compétitions seniors dans lesquelles il n’a pas été champion sont les Coupes du monde de 1950 (quand il était vice-champion) et 2014 (qui est arrivé à la quatrième place). Ensuite, toute la Copa América et la Coupe des Confédérations 2013 sont restées dans la plus grande nation de la région.

Également les Jeux Olympiques de 2016 et les Tournois Pré-Olympiques de 1976 et 2000, bien que ces compétitions soient bien sûr réservées aux footballeurs de moins de 23 ans.

Neymar est la grande figure du Brésil dans le tournoi, où il s'est distingué par sa grande contribution offensive.  C'est l'espoir de la finale contre l'Argentine.  Photo prise à Rio de Janeiro, Brésil, le 23 juin 2021.
Neymar est la grande figure du Brésil dans le tournoi, où il s’est distingué par sa grande contribution offensive. C’est l’espoir de la finale contre l’Argentine. Photo prise à Rio de Janeiro, Brésil, le 23 juin 2021. © Ricardo Moraes / Reuters

En matchs officiels, le Brésil traîne une choquante invaincue face à ses rivaux sud-américains : il n’a pas chuté sur son territoire national depuis 80 matchs. La dernière défaite a eu lieu contre le Pérou lors de la Copa América 1975.

Argentine : Messi et les rêves de couper le paludisme

Cette finale est aussi importante pour l’Albiceleste que pour Lionel Messi lui-même. Les deux souffrent de leurs propres stigmates et frustrations accumulés. Le mal subi par l’équipe nationale argentine remonte à 1993, année où elle a soulevé son dernier trophée officiel en Copa América en Équateur aux mains de Gabriel Batistuta et avec Alfio Basile comme entraîneur.

Depuis, il n’y a plus de joie dans les compétitions Senior. Onze techniciens, de Basile lui-même lors de la Coupe du monde 1994 à Lionel Scaloni lors de l’édition 2019 de cette compétition, ont échoué dans leur volonté de doter l’équipe nationale d’une nouvelle étoile.

Sept Coupes du Monde, neuf Coupes de l’America (hors Colombie ’01, où elle n’a pas participé) et deux Coupes des Confédérations se sont écoulées depuis cette conquête en Equateur. Cependant, il a accumulé des finalistes au cours de ces décennies, étant sept fois où la gloire lui a échappé.

La première, dans les Confédérations de 95 – quand on l’appelait encore la « Coupe du Roi Fahd » -. Ceux qui étaient alors menés par Daniel Passarella se sont inclinés 2-0 face au Danemark sur des buts de Michael Laudrup et Peter Rasmussen. Ils ont dû attendre la Copa América au Pérou ’04 pour avoir une autre chance : avec Marcelo Bielsa sur le banc, ils étaient deux fois devant le Brésil grâce aux buts de Cristian González et César Delgado, mais ont fini aux tirs au but pour les nuls de Luisao et Adriano à la fin de chaque fois. Là, ils ont perdu 4-2.

Un an plus tard, Canarinha était à nouveau le bourreau, mais en Coupe des Confédérations : à Francfort, ils les ont battus 4-1 avec un doublé d’Adriano et les annotations de Kaká et Ronaldinho (au rabais Pablo Aimar). Lors de la Copa América 2007, le Brésil a de nouveau frustré l’Argentine. Au Venezuela, les hommes de Basile se sont inclinés 3-0 après les cris de Julio Baptista, Roberto Ayala sur son propre but et Daniel Alves.

Le plus douloureux fut sans aucun doute la finale de la Coupe du monde 2014, avec Alejandro Sabella comme entraîneur. A Maracana, l’Allemagne s’est imposée 1-0 en prolongation grâce à un but de Mario Götze après que l’Albiceleste ait gâché des occasions claires dans le temps réglementaire. Les Copa América de 2015 (au Chili) et 2016 (États-Unis), dans le cycle de Gerardo Martino, étaient les plus récentes : dans les deux, il a fait match nul 0-0 et est tombé contre La Roja aux tirs au but, respectivement 4-1 et 4-2.

Maintenant, de retour dans le Maracana, vous aurez l’opportunité de mettre fin à cette sécheresse de 29 ans. C’est aussi une chance pour Messi, présent lors des quatre dernières finales perdues par l’Argentine. Il n’a qu’une seule Coupe du monde U-20 et une médaille d’or aux Jeux olympiques à son actif, mais il lui manque ce titre en Séniors qu’il consacre, le compte en suspens de la star.

Lionel Messi est le buteur actuel et le meilleur assistant du tournoi.  Contre le Brésil, il cherchera à régler sa dette avec l'Albiceleste.  Photo prise à Brasilia, Brésil, le 7 juillet 2021.
Lionel Messi est le buteur actuel et le meilleur assistant du tournoi. Contre le Brésil, il cherchera à régler sa dette avec l’Albiceleste. Photo prise à Brasilia, Brésil, le 7 juillet 2021. © Ueslei Marcelino / Reuters

Après un championnat qui l’a montré à un très haut niveau et prenant la tête de l’équipe nationale comme jamais auparavant, lançant des images épiques telles que sa cheville sanglante contre la Colombie, étant buteur, assistant et figure du tournoi, La Pulga va pour son étoile la plus désirée.

Scaloni et Tite commencent leur partie d’échecs

En pensant au « match » déterminant, le commandant brésilien semble avoir plus de certitudes que l’Argentin. En prenant les deux équipes, le seul footballeur qui est déjà sorti est l’attaquant Gabriel Jesús (il doit une date de suspension pour son expulsion contre le Chili).

Très probablement, Tite répétera les hommes qui ont battu le Pérou, tandis que Scaloni attend le défenseur Cristian Romero et hésite sur le flanc droit de la défense après le mauvais match de Nahuel Molina Lucero et Gonzalo Montiel contre la Colombie. De plus, sur le côté gauche, l’inconnu entre Marcos Acuña et Nicolás Tagliafico est déjà courant. Même situation pour Leandro Paredes ou Guido Rodríguez au milieu de terrain. Les autres vont répéter.

Les stratèges en sont déjà au stade où ils peaufinent les détails du combat qui sera d’obtenir le titre samedi prochain au Maracana.

gestioninclusive@gmail.com