Sport

Philipsen remporte l’étape 15; Vingeard toujours leader malgré la journée mouvementée

Le coureur belge a devancé Wout van Aert et Mads Pedersen dans les derniers mètres à Carcassonne au sprint et battu l’échappée menée par le Français Benjamin Thomas. La lutte pour le maillot jaune n’a pas connu d’attaques de Tadej Pogacar, mais ce fut une journée difficile pour Jumbo-Visma, avec Jonas Vingaard tombé et deux abandons clés en vue de l’étape des Pyrénées. Daniel Martínez était le meilleur des Colombiens.

Ce 17 juillet, Jasper Philipsen a remporté pour la première fois la victoire dans le « Tour » après avoir mené le quinzième parcours qui reliait la commune de Rodez à Carcassonne, dans un parcours étendu de 202,5 ​​kilomètres sur terrain plat.

Le Belge s’est imposé pour la première fois dans cette édition de la compétition la plus importante du cyclisme en franchissant la ligne d’arrivée au sprint pur face à son compatriote Wout van Aert et au Danois Mads Pedersen, qui cherchaient leur deuxième laurier.

Après le dernier virage, à 500 mètres de l’arrivée, les trois ont exploité leur puissance pour devancer le Français Benjamin Thomas, seul rescapé d’une échappée infructueuse qui n’a jamais pu faire perdre plus de 90 secondes au peloton.

Philipsen considérait cette performance comme « une récompense pour la patience » après avoir été au bord de la victoire à plusieurs reprises. « Ça n’a pas été facile de garder espoir », a-t-il reconnu.

« C’est la plus belle victoire que l’on puisse remporter en tant que sprinteur. J’ai travaillé dur, j’étais proche l’année dernière et cette année il n’y avait eu que deux arrivées massives. Il a fallu attendre et je commençais à sentir la pression, je suis soulagé », a-t-il dit.

Le sociétaire d’Alpecin, vainqueur de trois étapes du Tour d’Espagne, a été le meilleur dans un circuit marqué par des températures élevées et le nombre de chutes.

En revanche, l’équipe Jumbo-Visma a été la plus touchée par les accidents. En premier lieu, ce sont Van Aert et Steven Kruijswijk qui se sont retrouvés au sol. Le Néerlandais, l’un des principaux grégaires montagnards, a dû quitter le Tour de France en ambulance en raison de graves coups à l’épaule.

Quelques minutes plus tard, ce sont Jonas Vingegaard et Tiesj Benoot qui ont eu une mésaventure et se sont écrasés sur l’asphalte, bien que tous deux aient terminé en bonne forme. « J’ai une blessure au côté gauche. Ça fait un peu mal, mais c’est normal après une chute », a rassuré le propriétaire du maillot jaune.

La défaite de Kruijswijk s’ajoute à celle de Primoz Roglic, l’un des membres les plus importants de l’équipe, qui l’a annoncé avant l’étape d’aujourd’hui, alléguant de graves maux suite à son coup sûr le cinquième jour.

« Je quitte le ‘Tour’ pour permettre à mes blessures de guérir correctement », a-t-il écrit sur Twitter. « Je suis convaincu que l’équipe atteindra nos ambitions pour le maillot jaune et le maillot vert », a-t-il ajouté.

Sans Roglic ni Kruijswijk, Vingegaard se retrouvera avec le même nombre de domestiques que Tadej Pogacar (le Norvégien Vegad Stake Laengen et le Néo-Zélandais George Bennett ont été mécontents du Covid-19) et le panorama de Jumbo-Visma est modifié.

« Nous avons perdu deux coéquipiers importants, deux grands cyclistes. Ce n’est pas quelque chose que j’aime, c’est certainement une difficulté de plus, mais nous allons nous battre tout au long de la course vers Paris », a déclaré le Danois.


Alors que Van Aert a déclaré que perdre deux hommes « changera » la performance de l’équipe sur le Tour de France. « Nous ne changerons peut-être pas notre stratégie, mais bien sûr cela nous affectera. Nous avons été très malchanceux aujourd’hui. Nous avions une équipe solide, mais elle le restera », a-t-il déclaré à Carcassonne.

Le plus grand bénéficiaire sera les Emirats Arabes Unis de Pogacar, qui ont averti qu’ils seraient désormais sur un pied d’égalité et « il y aura un match ». « Nous avons perdu deux hommes importants et maintenant eux aussi », a-t-il confirmé.

L’étape s’est déroulée sans attaques du Slovène qui a inquiété Vingaard dans la recherche de raccourcir la distance au classement général. Le Danois continue à mener par 2:22 minutes.

Martínez retrouve sa forme et est le meilleur Latino du jour

Daniel Martínez a été le coureur sud-américain le plus remarquable de Rodez-Carcassonne ce dimanche, après avoir été l’un des tireurs du peloton des Ineos Grenadiers.

Le Colombien, comme Rigoberto Urán et Nairo Quintana, a fait partie du groupe massif dans la plaine française pendant une grande partie de la journée.

Le membre de l’équipe britannique a déclaré que les résultats du week-end lui ont redonné « un peu de moral » et souligné qu’ils sont « préparés » pour les étapes des Pyrénées la semaine prochaine.

Martínez et Urán ont ressenti l’usure dans les derniers kilomètres et ont terminé 95 et 96 à près de quatre minutes de Philipsen. Alors que Nairo était 33e à l’arrivée massive du peloton, sans aucune seconde d’écart avec le vainqueur.