Ecologie

la planète a atteint un réchauffement jamais vu depuis 2000 ans

Le nouveau rapport de l’ONU sur le changement climatique avertit que le monde est dangereusement proche d’un réchauffement incontrôlable. Le document indique que dans les années 2030, la planète franchirait la barre d’une augmentation de température de 1,5 degré Celsius. Seule une réduction à grande échelle et durable de la production de gaz à effet de serre peut en limiter la portée dévastatrice, dont l’homme est « incontestablement » responsable.

L’humanité fait face à une course contre l’horloge vitale. Après les actions accumulées, il y a une forte probabilité que le monde franchisse le niveau de 1,5 degré de réchauffement dans les 20 prochaines années. Une marque fondamentale pour laquelle il n’y a pas d’attente. Agir dans l’immédiat est la clé sinon d’ici les années 2030 il n’y aura pas de retournement et il sera impossible de contenir la hausse des températures avec les dégâts profonds qu’elle entraîne.

Cette mise en garde est l’une des principales conclusions du dernier rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique (GIEC), des Nations Unies (ONU), dévoilé ce 9 août.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a qualifié les conclusions des scientifiques de « code rouge pour l’humanité », exhortant à mettre fin à l’utilisation du charbon et d’autres combustibles fossiles hautement polluants.

L’accumulation d’activités humaines est responsable d’amener la planète au bord du gouffre. Les émissions de gaz à effet de serre ont déjà produit un réchauffement de la planète de 1,1 ° Celsius, quelque chose de jamais vu en 2000 ans, de la période 1850-1900 à nos jours.

Certains dommages sont « irréversibles »

Les changements en cours seront irréversibles pendant des milliers, voire des centaines de milliers d’années, selon le rapport basé sur les données recueillies dans plus de 14 000 études scientifiques.

Si le monde réduit considérablement ses émissions au cours de la prochaine décennie, les températures moyennes pourraient encore augmenter de 1,5 °C d’ici 2040 et éventuellement de 1,6 °C d’ici 2060 avant de se stabiliser.

Cela signifie que, même dans un scénario éventuel dans lequel les sociétés s’éloigneraient des combustibles fossiles, les températures augmenteraient à nouveau en raison de la perte de ces polluants dans l’air.

Ce rapport doit sonner comme une condamnation à mort pour le charbon et les énergies fossiles

Le réchauffement de 1,1 degré Celsius atteint a suffi à déclencher un climat désastreux. L’évaluation de plus de 3 000 pages réalisée par 234 scientifiques souligne que le réchauffement accélère déjà l’élévation du niveau de la mer, la fonte des glaces et l’aggravation des extrêmes comme les vagues de chaleur, les sécheresses, les inondations et les tempêtes.

Les cyclones tropicaux deviennent plus forts et plus humides, tandis que la banquise arctique diminue en été et que le pergélisol (couche de sol gelée en permanence) fond.

DOSSIER - Des hommes sont assis dans des bateaux stationnaires sans moteur au repos dans le port sec de l'île de Chisi, sur le lac Chilwa, à l'intérieur du district de Zomba, dans l'est du Malawi, au milieu de la hausse des températures mondiales, du niveau de la mer et de l'intensification des événements météorologiques extrêmes.  Image prise le 18 octobre 2018.
DOSSIER – Des hommes sont assis dans des bateaux stationnaires sans moteur au repos dans le port sec de l’île de Chisi, sur le lac Chilwa, à l’intérieur du district de Zomba, dans l’est du Malawi, au milieu de la hausse des températures mondiales, du niveau de la mer et de l’intensification des événements météorologiques extrêmes. Image prise le 18 octobre 2018. © AFP / Amos Gumulira

Bien qu’il y ait déjà des dommages certains, tout réchauffement supplémentaire augmentera également l’intensité et la fréquence des chaleurs extrêmes et des fortes pluies, ainsi que des sécheresses dans certaines régions. Étant donné que les températures fluctuent d’une année à l’autre, les scientifiques mesurent le réchauffement climatique en termes de moyennes sur 20 ans.

Un exemple des changements est que le type de vague de chaleur qui se produisait auparavant seulement une fois tous les 50 ans se produit maintenant une fois par décennie, mais toutes ces tendances peuvent s’aggraver. Si le monde se réchauffe d’un autre degré Celsius, cela se produira deux fois tous les sept ans, soulignent les experts.

« Les sonnettes d’alarme sont assourdissantes (…) Ce rapport doit sonner comme une condamnation à mort pour le charbon et les combustibles fossiles, avant qu’ils ne détruisent notre planète », a déclaré Guterres dans un communiqué.

Il y a encore une mince chance d’éviter de nouvelles catastrophes

Les experts cités dans le rapport conviennent qu' »une réduction vigoureuse et durable des émissions de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre peut limiter l’ampleur du changement climatique ».

Ces diminutions apporteraient rapidement des avantages pour la qualité de l’air. Le problème est que cela peut prendre 20 à 30 ans pour que les températures de la Terre se stabilisent.

« Les principales conclusions de ce rapport sont que le changement climatique s’aggrave et avance plus vite que prévu (…) Ce que ce rapport montre, c’est essentiellement que la fenêtre de temps dont nous disposons pour remplir cet engagement qui a été pris à Paris est de plus en plus courte , a déclaré John Sauven, PDG de Greenpeace UK.

DOSSIER-Un hélicoptère atterrit sur l'iceberg au nord de Dunedin, en Nouvelle-Zélande, le 16 novembre 2006. Des réductions à grande échelle et durables des gaz à effet de serre au cours des 20 prochaines années seront vitales pour empêcher un nouveau réchauffement climatique avec des dommages irréversibles, souligne un rapport de l'ONU publié le 9 août 2021.
DOSSIER-Un hélicoptère atterrit sur l’iceberg au nord de Dunedin, en Nouvelle-Zélande, le 16 novembre 2006. Des réductions à grande échelle et durables des gaz à effet de serre au cours des 20 prochaines années seront vitales pour empêcher un nouveau réchauffement climatique avec des dommages irréversibles, souligne un rapport de l’ONU publié le 9 août 2021. © AFP / Stephen Jaquiery

Les conclusions de ce rapport sont fondamentales pour les négociations et la prise de décision des différents gouvernements face au changement climatique. Principalement, la nécessité de respecter les engagements à grande échelle de réduction des gaz à effet de serre, énoncés dans l’Accord de Paris.

Et c’est que le 1er août, l’ONU a signalé que près de la moitié des pays n’ont pas respecté le délai de renouvellement de leurs engagements d’émissions de CO2, prévu jusqu’au 30 juillet.

La Chine et l’Inde, qui se classent respectivement au troisième et au premier rang pour les émissions de carbone les plus élevées, n’ont pas soumis leurs propositions actualisées pour atteindre cet objectif. Mais ils n’étaient pas les seuls.

L’Arabie saoudite, l’Afrique du Sud, la Syrie et 82 autres pays n’ont pas non plus mis à jour leurs contributions déterminées au niveau national, pour que l’ONU les inclue dans un rapport qu’elle prépare pour la conférence internationale sur le changement climatique, qui se tiendra en novembre à Glasgow.

« Nous avons déjà changé notre planète et nous devrons vivre avec certains de ces changements pendant des siècles et des millénaires à venir », a déclaré le co-auteur du rapport Joeri Rogelj, climatologue à l’Imperial College de Londres.

Cependant, il a souligné que la question est maintenant de savoir combien de changements irréversibles supplémentaires l’humanité peut-elle éviter. « Nous avons encore des choix à faire », a-t-il conclu.

Avec Reuters, AP et AFP