Ecologie

Juillet a été le mois le plus chaud de l’histoire de la Terre, selon les archives de la NOAA

La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis a déclaré que juillet était le mois le plus chaud jamais enregistré au cours des 142 dernières années. Le record a été confirmé alors que les États-Unis et l’Europe sont frappés par des vagues de chaleur extrêmes qui ont alimenté des centaines d’incendies de forêt.

Juillet 2021, le mois le plus chaud que la Terre ait jamais enregistré. Le changement climatique n’est pas une menace mais un fait qui affecte tous les coins de la planète.

Selon un rapport de la National Oceanic and Atmospheric Administration des États-Unis – publié ce vendredi – les températures terrestres et océaniques étaient de 16,73°C. Il s’agit de 0,93 degrés Celsius de plus que la moyenne du 21e siècle, lorsqu’elle indiquait 15,8 ºC.

Cela dépasse même tous les indicateurs que l’agence américaine a commencé à enregistrer il y a 142 ans.

« Dans ce cas, la première place est le pire endroit où être (…) Ce nouveau record s’ajoute à la voie inquiétante que le changement climatique a tracée pour le monde », a déclaré l’administrateur de la NOAA, Rick Spinrad, dans un communiqué de presse.


La hausse des températures en juillet est attestée par des vagues de chaleur extrêmes qui continuent de frapper les États-Unis et l’Europe, où des centaines d’incendies de forêt font rage. Alors que certains gouvernements attribuent la situation à des déflagrations causées par l’homme, les scientifiques disent qu’il ne fait aucun doute que la situation est due au réchauffement climatique.

« C’est le changement climatique … C’est un point d’exclamation dans un été très chaud, une sécheresse, des incendies de forêt et des inondations sans précédent », a déclaré Michael Mann, climatologue à l’Université d’État de Pennsylvanie.

Les températures dans l’hémisphère nord étaient supérieures d’un tiers de degré (0,19 °C) au précédent record, établi en juillet 2012. Cette différence représente « une large marge » pour les records de température, a déclaré Sánchez-Lugo.

Cependant, la situation climatologique du mois dernier comprend les situations présentées en Amérique du Nord, et dans certaines parties de l’Europe et de l’Asie ; Ce qui a le plus élevé le record du réchauffement climatique, ce sont les phénomènes enregistrés dans l’hémisphère nord, a déclaré la climatologue de la NOAA, Ahira Sánchez-Lugo.

L’ONU a mis en garde contre un réchauffement sans précédent depuis 2 000 ans et a appelé à l’action contre les combustibles fossiles

Le 9 août, le rapport le plus récent du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies a mis en garde contre l’aggravation du changement climatique causée par la combustion de charbon, de pétrole, de gaz naturel et d’autres activités humaines.

DOSSIER - Des hommes sont assis dans des bateaux sans moteur stationnaires au repos dans le port sec de l'île de Chisi, sur le lac Chilwa, à l'intérieur du district de Zomba, dans l'est du Malawi, au milieu de la hausse des températures mondiales, du niveau de la mer et de l'intensification des événements météorologiques extrêmes.  Image prise le 18 octobre 2018.
DOSSIER – Des hommes sont assis dans des bateaux sans moteur stationnaires au repos dans le port sec de l’île de Chisi, sur le lac Chilwa, à l’intérieur du district de Zomba, dans l’est du Malawi, au milieu de la hausse des températures mondiales, du niveau de la mer et de l’intensification des événements météorologiques extrêmes. Image prise le 18 octobre 2018. © AFP / Amos Gumulira

Le prestigieux rapport, basé sur plus de 3 000 pages par 234 scientifiques, expliquait que le monde avait atteint un réchauffement sans précédent depuis 2 000 ans et soulignait que les êtres humains en sont « incontestablement » responsables.

Le document indiquait que dans les années 2030, la planète franchirait la barre d’une augmentation de température de 1,5 degré Celsius, une limite que les dirigeants mondiaux espèrent contrecarrer pour éviter de plus grandes catastrophes.

Les dommages accélèrent déjà l’élévation du niveau de la mer, la fonte des glaces et l’aggravation des phénomènes extrêmes comme les vagues de chaleur, les sécheresses, les inondations et les tempêtes sans précédent. Cependant, ils augmenteront en intensité et en fréquence s’il n’y a pas d’actions immédiates.

Ces diminutions seraient bénéfiques pour la qualité de l’air. Le problème est que cela peut prendre 20 à 30 ans pour que les températures de la Terre se stabilisent.

Avec AP et EFE