Ecologie

1% de la population mondiale produit 50% des émissions de CO2 émises par l'aviation

Première modification:

Voyager en avion est de plus en plus accessible pour beaucoup, cependant, seulement 11% de la population mondiale a pris l'avion en 2018. Un luxe également assez polluant. L'aviation est responsable de 2% des émissions de CO2 dans le monde, mais la moitié de ces émissions ont été créées par une minorité de la population mondiale appartenant à une classe socio-économique élevée et située principalement aux États-Unis, au Luxembourg, à Singapour , L'Arabie saoudite et le Canada.

Cette année, en raison de la pandémie de Covid-19, les voyages aériens ont été réduits au minimum, mais une étude réalisée avec des données de 2018 donne une idée de l'empreinte environnementale laissée par les voyages aériens et qui est responsable de la majorité émissions.

Les résultats révèlent que 1% de la population mondiale émet la moitié du CO2 causé par l'aviation de passagers, qui à son tour représente environ 2% des émissions mondiales de dioxyde de carbone. L'étude avertit également que voyager en classe affaires ou en première classe crée entre 5 et 9% d'émissions de plus qu'en classe économique.

La région Asie-Pacifique représente plus de 32% de la demande aérienne mondiale, l'Amérique du Nord plus d'un quart et l'Europe 23%. En revanche, l'Amérique latine et le Moyen-Orient ne représentent chacun que 6% des voyages et l'Afrique 2%.

Graphique illustrant l'impact de l'aviation sur la production de CO2 par régions du monde.
Graphique illustrant l'impact de l'aviation sur la production de CO2 par régions du monde. © France 24

Si l'on regarde ces données en tonnes de CO2 par habitant, l'ordre du tableau varie considérablement avec l'Amérique du Nord qui arrive en tête, suivie du Moyen-Orient et de l'Europe.

Émissions par habitant des voyages aériens en 2018.
Émissions par habitant liées au transport aérien en 2018. © France 24

L'impact de l'industrie va plus loin, puisque les avions émettent également de nombreux autres éléments, comme la vapeur d'eau, qui accélèrent et aggravent le réchauffement de l'atmosphère.

L'étude demande que cette année pandémique serve d'exemple pour repenser la législation aéronautique et environnementale et que, de cette manière, l'industrie n'aille pas dans la direction opposée à la décarbonisation dont la planète a besoin pour arrêter le réchauffement climatique et le changement climatique

Sentinel-6 tourne déjà autour de la Terre et mesure le niveau de la mer

Le 21 novembre, le satellite Sentinel-6 a décollé de Californie, aux États-Unis. Au cours des cinq prochaines années, ce programme – qui fait partie d'une mission conjointe entre l'Agence spatiale européenne et la NASA – cartographiera 95% de la surface non gelée de l'océan tous les dix jours. Cette carte fournira des informations qui nous permettront de savoir comment évolue le niveau d'eau des mers de la planète. Le satellite recueillera également des données sur l'humidité et la température de l'atmosphère, ce qui aidera à prédire le temps avec plus de précision.

Ces informations étaient auparavant calculées à des points spécifiques de la côte avec un marégraphe ou un marégraphe, mais ces calculs ne donnaient que des informations sur des endroits spécifiques dans le monde et non une vision globale, de sorte que les informations Sentinel-6 sont beaucoup plus précises et il couvre presque toute la surface salée du globe.

Selon le directeur des opérations de l'Agence spatiale européenne, le niveau de la mer augmente d'environ 3,2 millimètres chaque année et on estime qu'à la fin du 21e siècle, la mer aura augmenté de 40 à 80 centimètres. Un chiffre qui pourrait être catastrophique pour des millions de personnes dans le monde qui vivent dans les zones côtières.

L'érosion touche 60% des côtes du Brésil

Une des conséquences de l'élévation du niveau de la mer est l'érosion côtière. Une réalité pour beaucoup qui voient à quel point les plages se réduisent ou disparaissent peu à peu. Avec eux, les infrastructures côtières sont détruites, ce qui oblige des milliers de personnes à quitter leurs maisons et à s'éloigner de la mer, qui se rapproche de plus en plus.

Au Brésil, selon une étude réalisée en 2018 par le gouvernement, le problème touche 60% du littoral du pays. Atafona, un village de pêcheurs situé à environ cinq heures au nord de Rio de Janeiro, en est un exemple clair. Nos collègues du Brésil Pierre Le Duff et Augusta Lunardi ont visité les lieux et se sont entretenus avec des habitants et des autorités qui observent avec inquiétude la puissance des marées et des dunes de sable dévorant les rues de leur ville. La mer a déjà avalé plus de 500 bâtiments et 2 000 personnes ont été déplacées.

Un problème qui devient un cercle vicieux de destruction, puisque la disparition du littoral emporte aussi la protection qu'elle offre aux populations côtières contre les ouragans et les tempêtes qui, comme on l'a vu cette année, sont de plus en plus nombreux, plus puissants. et ils se produisent plus souvent.