Economie

La grande majorité de l’OCDE soutient la taxe mondiale de 15 % sur les multinationales

Au total, 139 pays négocient au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques une révision du cadre fiscal mondial qui vise à empêcher les grandes entreprises d’échapper à l’impôt en transférant leurs bénéfices vers des pays à taux plus bas.

Lorsque le président des États-Unis, Joe Biden, a déclaré début avril de cette année que les grandes multinationales devraient être taxées avec un impôt mondial minimum de 15 %, sa proposition a commencé à faire rapidement des adeptes.

Le groupe des sept économies les plus développées du monde (G7) lui a donné son feu vert en juin et l’Union européenne y a toujours été favorable, tandis que le G20 espère en discuter en profondeur en octobre, espérant le lancer en 2023. .

Mais peut-être que l’étape la plus décisive de l’initiative à ce jour a été franchie ce jeudi 1er juillet 2021, lorsqu’elle a reçu l’approbation de 130 des 139 pays qui composent le soi-disant Cadre inclusif, au sein duquel se déroule la négociation.


Parmi les neuf pays qui n’ont pas signé figurent la Hongrie, l’Estonie et l’Irlande. El ministro de Finanzas de este último dijo que el acuerdo “aún no era aceptable”, pues la tasa impositiva del 12,5 % lo ha ayudado a convencer a algunas de las multinacionales más grandes del mundo a emplear a uno de cada ocho trabajadores en le pays.

Décourager les paradis fiscaux, un des objectifs

L’idée originale d’instaurer un impôt minimum mondial sur les sociétés est débattue à l’OCDE depuis des années, mais elle a refait surface en avril aux États-Unis, dont le président a voulu porter sur la scène mondiale son « ras-le-bol » des grandes entreprises qui ne ne paient pas juste assez pour l’activité qu’ils exercent. .

En effet, l’organisation basée à Paris estime qu’environ 240 milliards de dollars sont perdus chaque année en raison de l’évasion fiscale des grandes multinationales.

Par conséquent, les gouvernements cherchent à éliminer une vieille coutume : les entreprises qui utilisent des schémas comptables et juridiques pour transférer leurs bénéfices vers des pays à faible taux d’imposition (appelés paradis fiscaux) et ainsi éviter les impôts plus élevés dans leurs pays d’origine.

Selon l’accord signé ce jeudi, les pays auront le droit d’imposer les bénéfices étrangers de leurs entreprises locales chez eux, s’ils ne paient pas le bon montant d’impôts via des filiales dans d’autres territoires.

La proposition exclut les entreprises extractives telles que les sociétés pétrolières et minières, ainsi que les banques réglementées, et se concentre principalement sur les grandes entreprises technologiques.

L’accord a encore un long chemin à parcourir. Debe completar su revisión en el G20, que representa alrededor del 80 % del Producto Interno Bruto mundial (PIB), primero por parte de los ministros de finanzas que se reúnen la próxima semana en Venecia, Italia, y después en la cumbre de líderes de octobre.

La proposition nue : qui paiera et qui ne paiera pas ?

L’accord soutenu par la plupart des pays repose sur deux piliers : le premier s’adresse aux multinationales du numérique, bien qu’il ne se limite pas à elles. Ceux qui ont un chiffre d’affaires mondial de plus de 20 000 millions d’euros et ont une rentabilité (rapport entre bénéfices et revenus) de plus de 10 %, seraient soumis à l’impôt.

Les pays dans lesquels ces groupes (parmi lesquels seraient des géants technologiques comme Facebook, Twitter ou Alphabet) obtiendraient des revenus de plus d’un million d’euros (ou 250 000, dans le cas des petits États) auront le droit de percevoir une partie de ce impôt.

En d’autres termes, les pays dans lesquels ils opèrent pourraient avoir une partie de ce qui reste après que le pays où l’entreprise a son siège a conservé la taxe correspondant à 10 % de la rentabilité.

Le deuxième pilier s’appliquera aux entreprises réalisant un chiffre d’affaires d’au moins 750 millions d’euros, auxquelles un taux minimum d’impôt sur les sociétés d’au moins 15 % sera appliqué, bien que la proportion soit encore en négociation.

L’OCDE estime qu’un impôt mondial sur les sociétés d’au moins 15 % pourrait générer environ 150 milliards de dollars de recettes fiscales supplémentaires par an.

Avec EFE, AP, Reuters

gestioninclusive@gmail.com