La France

La France mobilisée contre la «loi de sécurité mondiale» et les violences policières

Plusieurs villes françaises ont accueilli des manifestations contre la nouvelle «loi sur la sécurité mondiale», qui limite l'enregistrement et la diffusion d'images par les forces de police. Selon le ministère de l'Intérieur, 133 000 personnes ont été mobilisées dans tout le pays, mais les organisateurs ont estimé qu'il y en avait en réalité 500 000. La journée s'est terminée par des incidents à Paris et dans d'autres villes.

«Je suis dans la rue pour ma liberté», ont crié des centaines de personnes qui, ce samedi 28 novembre, ont manifesté dans plusieurs villes françaises contre la 'loi de sécurité mondiale' et, plus précisément, contre son article 24 emblématique, qui restreint le tournage de les forces de l'ordre, une réglementation perçue par beaucoup comme une violation de la démocratie.

"Qui va nous protéger de la férocité de l'ordre?", "Baissez vos armes, baissez les caméras" étaient quelques-uns des slogans des manifestants. Le mécontentement, croissant depuis l'approbation du règlement à l'Assemblée nationale la semaine dernière, s'est enflammé après une série de cas de violence policière à connotation raciste survenus cette semaine.

Selon l'estimation du ministère français de l'Intérieur faite à 18 (heure locale), quelque 133 000 personnes se sont mobilisées dans plus de 70 villes du pays. Un chiffre que nient les organisateurs, qui ont calculé une fréquentation de 500 000 personnes sur tout le territoire.

La principale mobilisation a eu lieu à Paris, où quelque 46 000 personnes ont défilé, selon les chiffres de l'exécutif, ou 200 000 selon les organisateurs. Les manifestants se sont d'abord rassemblés sur la place de la République puis sont partis pour la place de la Bastille.

Des personnes mobilisées avec des drapeaux syndicaux rouges, des badges nationaux tricolores et des affiches artisanales pour dénoncer les violences policières, réclamer la liberté de la presse ou demander la démission du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

La foule comprenait des journalistes, des étudiants en journalisme, des militants de gauche, des groupes de défense des droits des migrants et des citoyens de diverses tendances politiques qui ont exprimé leur colère face à ce qu'ils perçoivent comme une tactique policière durcie ces dernières années, en particulier depuis les manifestations de la «  gilets jaunes '' face aux difficultés économiques en 2018.

«Nous avons commencé par démanteler les droits des travailleurs et maintenant nous attaquons les libertés fondamentales et les fondements de notre démocratie, la liberté d'expression, d'information», a dénoncé Sophie Misiraca, avocate en droit social, lors de la marche dans la capitale du pays.

En fin de journée, des altercations ont eu lieu entre certains présents à la manifestation et la police. Des matériaux urbains ont été détruits et les forces de police ont répondu avec des gaz lacrymogènes, tandis que les manifestants leur ont tiré des feux d'artifice, érigé des barricades et lancé des pierres.

Les affrontements se sont poursuivis dans la nuit autour de la place de la Bastille. Les manifestants ont allumé divers incendies, dont la façade de la Banque centrale de France. Les forces de sécurité ont répondu par des canons à eau et plusieurs arrestations.

D'autres rencontres se sont tenues depuis le matin dans des villes comme Bordeaux, Strasbourg, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes et Rennes, entre autres, des appels qui ont rassemblé plusieurs milliers de manifestants.

"Il y a un vrai déni démocratique et nous n'allons pas continuer comme ça. Il y a une dérive autoritaire", a déclaré Maud, 45 ans, rennaise et présente à la manifestation locale.

Des personnes portant des banderoles et des affiches assistent à une manifestation contre la `` loi de sécurité mondiale '' à Paris, le 28 novembre 2020.
Des personnes portant des banderoles et des affiches assistent à une manifestation contre la «  loi de sécurité mondiale '' à Paris, le 28 novembre 2020. © Christian Hartmann / Reuters

A la tombée de la nuit, des affrontements entre manifestants et policiers ont également été enregistrés dans des villes comme Bordeaux, Marseille ou Lyon.

"Et si la police ne pouvait plus être filmée?"

Samedi la semaine dernière, une manifestation similaire a attiré quelque 22 000 personnes à travers le pays, selon les chiffres officiels. Depuis, la polémique autour de cette réglementation, fortement dénoncée par les journalistes et défenseurs des libertés sociales, s'est encore intensifiée dans le pays.

Cela est dû, en grande partie, à deux événements qui ont eu lieu tout au long de la semaine. L'un était l'évacuation brutale d'un camp de migrants à Paris lundi soir dernier. Le second, la publication jeudi d'une vidéo montrant comment quatre policiers ont agressé un producteur de musique noir, ce qui a accru l'indignation populaire.

Les manifestants brandissent des affiches avec des messages comme
Les manifestants brandissent des affiches avec des messages tels que "Police floue, justice aveugle" lors d'une manifestation appelée par le mouvement "Gilets jaunes", pour rejeter le projet de loi "sécurité mondiale" qui vise à limiter le tournage des policiers en service, en Marseille, le 21 novembre 2020. © AFP / Clément Mahoudeau

"Que se passerait-il si la police ne pouvait plus être filmée?", Interrogent les détracteurs de la "loi de sécurité mondiale", qui soulignent que ce règlement pénaliserait les citoyens qui ont filmé des images telles que celles qui se sont produites contre le producteur afro et ceux enregistrés lors de l'expulsion du camp.

Mohamed Magassa, 35 ans, un habitant de Garges-les-Gonesses dans le Val-d'Oise, a assuré que l'article 24 ne porte pas uniquement préjudice aux journalistes, et a souligné l'importance des images qui montrent les actions de la police dans les secteurs marginaux de la société, où, dénonce-t-il, un racisme systématique est vécu. "Ces images sont vitales pour nous dans les quartiers, sinon nous sommes toujours à blâmer", a-t-il déclaré.

Le gouvernement recule au milieu des manifestations

Après que la vidéo de la récente attaque contre le producteur Michel Zecler soit devenue virale, le président Emmanuel Macron a dénoncé qu'il s'agissait d'une "agression inacceptable", a déclaré que ce sont des "images qui nous embarrassent" et a demandé au gouvernement de faire des propositions "pour lutter d'une certaine manière. plus efficace contre toutes les formes de discrimination. "

Au milieu du mécontentement, l'Elysée a tenté d'inclure des garanties sur le «droit d'informer», mais en vain. La polémique a été telle que l'exécutif a dû annoncer une nouvelle réécriture du texte par une «commission» indépendante, avant de revenir en arrière devant la colère des parlementaires, auxquels le Premier ministre Jean Castex a assuré qu'ils auraient le dernier mot sur la affaire.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, principal promoteur de la loi, a été la cible de nombreuses critiques.

L'appel à la manifestation a été promu par les associations de presse, les syndicats et les organisations de défense des droits de l'homme, dans une déclaration commune dans laquelle ils ont assuré que si la réglementation était respectée, la France rejoindrait la liste des pays qui violent la liberté. de presse.

Pour être approuvé, le texte devrait encore avoir l'approbation du Sénat, qui devrait se réunir sur le sujet en janvier.

Avec AFP et EFE

gestioninclusive@gmail.com