Première modification:

Le 19 octobre, le gouvernement français a annoncé des opérations de police contre «des dizaines d'individus», retenues pour avoir diffusé des messages haineux en soutien à la mort de l'enseignant, Samuel Paty, décédé décapité vendredi dernier à Paris. Paty a été attaquée quelques jours après avoir montré à ses élèves des images du prophète Mahomet, dans un cours sur la liberté d'expression, ce qui a suscité la fureur de plusieurs musulmans.

La France ordonne «une action concrète» et rapide pour contrer la propagande islamiste radicale. Ce lundi, le gouvernement a lancé des opérations de police contre les djihadistes présumés et ceux qui les soutiennent.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a expliqué que les autorités avaient ouvert l'enquête contre 80 auteurs présumés de messages de soutien aux jeunes tchétchènes qui ont décapité le professeur Samuel Paty, 47 ans, vendredi dernier dans une banlieue parisienne.

Par ailleurs, les services de l'Etat effectueront des «visites» d'associations liées au fondamentalisme islamique et le Conseil des ministres décidera de la dissolution de certaines d'entre elles, à la demande du président français.

Dans le cadre de ce plan, les autorités ont également décidé de renforcer la sécurité dans les écoles.

Les annonces ont été faites à l'issue d'une réunion d'urgence du Conseil de défense présidée par le président français Emmanuel Macron, qui a duré jusqu'aux petites heures de lundi.

"Il n'y aura pas de répit pour ceux qui s'organisent pour s'opposer à l'ordre de la République", a déclaré le chef de l'Etat lors de la réunion.

Comment se déroulent les enquêtes sur le meurtre de Samuel Paty?

Jusqu'à présent, la police a signalé avoir arrêté 11 personnes qui seraient liées au crime.

Parmi les personnes arrêtées, il y a un militant islamiste qui a participé à une campagne de haine sur Internet contre l'enseignant, avant le meurtre, et un parent d'un élève de l'école où Paty a enseigné, qui s'est plaint à l'institution et a appelé au renvoi de l'enseignant. enseignant pour avoir montré des dessins animés de Muhammad dans une classe de liberté d'expression. Ce dernier aurait donné l'adresse de l'école dans une publication sur les réseaux sociaux quelques jours avant le crime.

Hommage au professeur d'histoire et de géographie Samuel Paty, à Lille, France, le 18 octobre 2020.
Hommage au professeur d'histoire et de géographie Samuel Paty, à Lille, France, le 18 octobre 2020. © AFP / François Lo Pesti

Samedi, le procureur antiterroriste, Jean-François Ricard, a confirmé que cela aurait été la motivation du meurtre, puisque l'enseignant a fait l'objet de fortes menaces pour l'action de sa classe, considérée par plusieurs musulmans comme un blasphème.

Quatre membres de la famille de l'agresseur identifiés comme Abdullakh Anzorov, qui a été abattu par la police après avoir attaqué Paty, ont également été arrêtés. Une photo du professeur et un message dans lequel le jeune homme a avoué le crime ont été retrouvés sur son téléphone portable.

L'ambassade de Russie à Paris a rapporté que la famille d'Anzorov est venue de Tchétchénie en France pour demander l'asile à l'âge de six ans.

Les habitants d'Évreux, ville de la région normande où vivait l'attaquant, l'ont décrit comme une personne discrète. Ils ont affirmé qu'il s'était impliqué dans des combats de rue quand il était enfant, mais qu'il s'était calmé ces dernières années alors qu'il devenait de plus en plus religieux.

On ne sait pas encore si Anzorov avait des liens directs avec l'école où Paty travaillait ou s'il a agi de manière indépendante en réponse à la campagne contre lui en ligne. Certains témoins ont déclaré que le suspect avait été vu à l'institution vendredi pour demander aux étudiants où il pouvait trouver l'enseignant.

Des Français ont manifesté pour protester contre le meurtre de Samuel Paty

Dimanche, des foules nombreuses à Lyon, Marseille, Lille et Paris, entre autres villes, ont protesté pour le rejet de ce meurtre et pour la défense de la liberté d'expression, avec des messages tels que «Je suis un enseignant» ou «Nous sommes tous Samuel».

"Tout le monde est en danger aujourd'hui" (…) "Les choses doivent changer", a déclaré Valentine Mule, une manifestante de 18 ans, qui a assisté à un rassemblement à Nice.

Il s'agit de la deuxième attaque du genre qui a retenu beaucoup d'attention après l'assaut de l'hebdomadaire Charlie Hebdo il y a six ans, au cours duquel 12 personnes sont mortes et dont le choc a retenti dans le monde entier avec des paroles de soutien telles que «Je suis Charlie». .

Avec Reuters et EFE