Economie

La Colombie autorise les exportations de fleurs de cannabis séchées à des fins médicinales

Par un décret présidentiel, le pays andin a donné son feu vert aux ventes externes de cet intrant et à l’expansion des ventes de drogues à base de cannabis, comme une étape de plus pour développer cette industrie naissante.

La Colombie a été pionnière dans la réglementation de la possession, de la production et de la distribution de dérivés du cannabis, tels que des substances telles que les huiles ou les crèmes. Mais les investisseurs se plaignent depuis des années du processus tortueux d’approbation des exportations.

Le président colombien, Iván Duque, a signé ce vendredi 23 juillet un décret autorisant l’exportation de la fleur séchée de cannabis à des fins médicinales afin de fournir plus d’incitations à l’industrie pharmaceutique et de garantir l’accès aux médicaments dérivés de la plante.


Le décret permet également l’expansion des ventes de drogues à base de cannabis et rationalise les procédures réglementaires.

« Cela signifie que la Colombie peut entrer pour jouer un rôle important sur le marché international », a déclaré Duque après la signature du décret, ajoutant que les nouvelles règles permettraient à l’industrie colombienne du cannabis de se développer dans des secteurs tels que les cosmétiques, l’alimentation et les boissons, entre autres. . . .

Selon le gouvernement colombien, il s’agit d’un marché qui « d’ici 2024 sera d’environ 6,2 milliards de dollars », donc autoriser l’exportation de la fleur séchée de cannabis « permettra aux investissements qui sont venus dans le pays de se développer. 250 millions. « 

Dans les pays où l’industrie du cannabis médical a une réglementation plus mature, comme les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et Israël, entre autres, le cannabis sec est le secteur le plus développé du marché, représentant plus de 50% de toutes les ventes.

Avec Reuters et EFE