La France

La baguette ou les toits de Paris pourraient entrer dans le patrimoine immatériel de l’Unesco

Le ministre français de la Culture a trois candidats à inscrire au patrimoine immatériel de l’Unesco. Vous devrez choisir entre le pain baguette, les toits de Paris et la fête du vin d’Arbois. La décision finale sera annoncée à la mi-mars.

Pain, vin et Paris. Rien de plus français que les toits de zinc de la capitale, le pain baguette et une fête du vin à Arbois (est de la France). Les trois éléments aspirent à être le candidat que la France inscrit pour être sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité.

Ce sera Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, qui se chargera de choisir entre les trois candidats et ensuite sa décision nécessitera l’aval du président Emmanuel Macron.

La candidature française sera présentée à la commission de l’Unesco qui statuera en 2022. Chaque année, une centaine de candidatures sont inscrites au patrimoine immatériel au titre de la convention de 2003.

Cependant, la France étant l’un des pays ayant le plus de labels «patrimoine mondial» sur la liste de l’Unesco, elle ne peut soumettre des candidatures que tous les deux ans.

Les toitures en zinc, qui couvrent une grande partie des immeubles parisiens, étaient déjà sur la liste présélectionnée. C’est pourtant un bateau yole, un bateau fabriqué sur l’île de la Martinique, qui a fini par être choisi dans le registre dans la catégorie des «bonnes pratiques» du patrimoine immatériel en 2020.

Reconnaissance des connaissances

Ce qui est demandé, c’est la reconnaissance des connaissances de la construction et de la restauration des toitures en zinc. Ce savoir incarne à la fois le travail d’un métier, celui des couvreurs, et d’une palette de couleurs qui donnent l’unité à la capitale vue du ciel. Ces plafonds, qui ont inspiré de nombreux peintres, sont en danger dans certains quartiers de la capitale en raison de nouvelles constructions.

Quant au pain baguette, il est un symbole de la vie quotidienne des Français, immortalisé par la publicité et le cinéma.

De son côté, le Biou de Arbois dans le département du Jura (est du pays), est une fête d’origine médiévale et religieuse. Puis il s’est transformé en parti républicain, célébré chaque premier dimanche de septembre. Lors de cette fête, les vignerons de la région apportent les premières grappes de raisin puis les assemblent pour former un vignoble géant. Ensuite, il est porté par quatre personnes en procession jusqu’à ce qu’il atteigne l’église de San Justo, où une messe est célébrée.

L’une des conditions requises pour être candidat à la liste de l’Unesco est d’être d’abord inscrit à l’inventaire national. C’est le cas des centaines de connaissances et de biens dont dispose la France. Dans un second temps, il doit être considéré comme apte à être présenté à l’UNESCO. Cette approbation (consultative) est donnée par le Comité du patrimoine ethnologique immatériel (CPEI).

Enfin, une candidature doit fédérer une communauté telle que les boulangers français et les couvreurs parisiens. Un autre argument concerne la spécificité ethnologique, comme avec le Biou de Arbois.

Avec l’AFP

gestioninclusive@gmail.com