Economie

Joe Biden contre Big Tech: une bataille de titans?

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Joe Biden a commencé à donner des assurances aux partisans grandissants de mettre des limites aux géants de la technologie. Le mandat du président américain pourrait-il se transformer en cauchemar pour Google, Facebook ou Amazon?

Les nuages ​​se rassemblent à l’horizon des géants de l’Internet. D’une part, les PDG des trois principales plateformes -Google, Facebook et Twitter- étaient de retour sur la scène du Congrès le jeudi 25 juillet et ont pris la parole à propos de la désinformation omniprésente sur les réseaux sociaux.

Mais ce n’est que ce qui se passe à la lumière du public. Un autre combat semble se préparer dans les coulisses, peut-être plus dangereux pour Mark Zuckerbergs (PDG de Facebook), Sundar Pichai (patron de Google) ou Jeff Bezos (PDG d’Amazon) que les affaires des représentants.

Du dit au fait

L’administration Joe Biden semble s’armer pour mettre une limite sur les titans de la technologie et réduire leur influence qui après plusieurs sondages Cela semble trop gros aux Américains.

«Après la présidence Obama, marquée par une coopération entre le gouvernement et la Silicon Valley, celle de Donald Trump, qui a exprimé une certaine hostilité à l’égard de ces entreprises, essentiellement par rapport aux questions de liberté d’expression, Joe Biden semble également vouloir se confronter pour des raisons plus profondes que leurs prédécesseurs, qui concernent notamment le droit à la concurrence », résume Thibault Schrepel, spécialiste du droit de la concurrence aux universités de droit d’Utrecht et de Stanford, contacté par France 24.

Pendant la campagne, Joe Biden s’est prononcé en faveur de nouvelles règles pour limiter le risque d’abus de position dominante par Google et Amazon. Il a également affirmé que Facebook ou Twitter devraient être tenus légalement responsables du contenu haineux ou du la désinformation circulant sur leurs plateformes.

Sundar Pichai, PDG de Google, Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, et Jack Dorsey, PDG de Twitter, ont été entendus au Congrès le 25 mars 2021 au sujet de la désinformation sur les plateformes sociales.  (Photo illustrative)
Sundar Pichai, PDG de Google, Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, et Jack Dorsey, PDG de Twitter, ont été entendus au Congrès le 25 mars 2021 au sujet de la désinformation sur les plateformes sociales. (Photo illustrative) © Fabrice Coffrini, Andrew Caballero-Reynolds, Jim Watson, AFP

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, le démocrate a commencé à passer du dire au fait. D’abord par de petites actions, nommant Tim Wu et Lina Khan, militants anti-Big Tech, connu pour ses attaques véhémentes contre Amazon, dans les fonctions de conseiller économique du président et commissaire de la FTC (Federal Trade Commission, l’autorité de régulation du commerce). «C’est un signal important car c’est la première fois qu’un président nomme de véritables spécialistes de ces sujets dans des fonctions où ils peuvent avoir un impact», souligne Martin Moore, spécialiste de la régulation des médias et de la communication politique au King’s College de Londres .

Ce n’est que le début. «Pour l’instant, j’espère voir ce qui se passe. Il est intéressant de noter, par exemple, qu’il n’a pas nommé Lina Khan au poste de directrice de la FTC, qui est toujours libre. Je ne sais donc pas encore dans quelle mesure ces titans de la technologie devraient avoir peur de la nouvelle administration », estime Thibault Schrepel.

En tout cas, Joe Biden est poussé à gauche par certains démocrates qui veulent se battre. En octobre 2020, la majorité démocrate à la Chambre des représentants a publié un rapport étonnant de 440 pages jeter les bases d’une politique agressive qui pourrait conduire au démantèlement du Gafam.

Un consensus politique

Si le président américain suit l’aile gauche de son parti, peut-il vraiment réussir là où ses prédécesseurs ont échoué? C’est-à-dire changer les règles du jeu pour les multinationales ultra-puissantes, qui dépensent sans ménagement en lobbying et qui ne ratent pas une seule occasion de se souvenir de la quantité d’emplois qu’elles ont créées aux États-Unis.

C’est l’un des rares problèmes aux États-Unis où il existe un consensus entre démocrates et républicains.

Leur principal atout «est la dynamique actuelle qui joue au détriment du Gafam», estime Martin Moore. A chaque scandale, l’image de ces géants du web s’est dégradée auprès de l’opinion publique. Mais surtout: «C’est l’un des rares dossiers aux Etats-Unis où il y a un consensus entre démocrates et républicains», souligne le spécialiste du King’s College.

Ce serait une opportunité précieuse pour Joe Biden, qui aime montrer ses talents fédérateurs et sa capacité à conclure des accords avec les républicains, de gagner des points politiques. « C’est un sujet idéal pour Joe Biden », confirme Martin Moore.

Mais nous devons encore savoir quoi faire. Les républicains prônent une abrogation ou une réforme de l’article 230, un règlement qui empêche de juger les réseaux sociaux pour le contenu publié sur les plateformes par les utilisateurs. Les démocrates ne sont pas non plus très favorables à cette règle, puisqu’ils considèrent qu’elle permet à Facebook ou à YouTube de retarder le nettoyage des «fake news» et des contenus racistes qui prolifèrent sur les réseaux sociaux.

Cependant, c’est un champ de mines. «Si des règles y sont ajoutées, le risque est que les grands groupes, qui disposent de moyens financiers et humanitaires adéquats, s’adaptent sans problème alors que les petites plateformes concurrentes ne le feront pas. Au final, cela ne fera que renforcer la position dominante de Facebook ou Twitter », prévient Martin Moore. Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, en est conscient et c’est pourquoi, lors de son discours de jeudi, a préconisé une réforme de l’article 230.

Les Chinois à l’affût?

Attaquer cette réglementation, c’est courir le risque de renforcer le pouvoir de la Big Tech à cause de cette inégalité financière, contrairement à ce que demandent les démocrates. Le président peut reprendre les propositions du rapport d’octobre 2020, qui plaide pour une réforme plus approfondie du droit à la concurrence aux États-Unis.

Cette option court le risque d’un soutien beaucoup plus timide de la part des conservateurs. Les règles actuellement en vigueur ont pris forme sous la présidence de l’une des figures historiques de la droite américaine: Ronald Reagan. C’est une approche très proche de l’abus de position dominante, qui a favorisé l’émergence de grands champions économiques américains.

Pour Thibault Schrepel, il y aurait peut-être une manière plus consensuelle d’aborder ce vaste domaine. Une réforme plus politiquement neutre consisterait à nommer de plus en plus d’experts sur ces questions au sein des autorités compétentes. «L’un des problèmes actuels est que ces agences n’ont pas le pouvoir de détecter les pratiques anticoncurrentielles, et la plupart des cas examinés par les tribunaux proviennent de concurrents qui déposent une plainte. Ces autorités doivent être plus proactives », estime le spécialiste de l’Université d’Utrecht.

Mais même si Joe Biden parvient à trouver un moyen d’affronter les titans de la technologie qui plaît à tout le monde, il y a un autre obstacle qui peut tout contrecarrer: la Chine. « Toute mesure visant à affaiblir le pouvoir des groupes américains risque d’être perçue comme une aubaine pour les concurrents chinois, comme Alibaba et Tencent, qui sont en rôde pour prendre des parts de marché », résume Martin Moore du King’s College de Londres. . Et politiquement, la dernière chose dont Joe Biden a besoin en ce moment de relations tendues avec Pékin est de donner l’impression de faire un cadeau aux concurrents chinois de Google, Facebook ou Amazon.

Cet article a été adapté de son original en français

gestioninclusive@gmail.com