Economie

Champagne, le différend entre la France et la Russie qui menace d’atteindre l’OMC

Une nouvelle loi russe réserve le mot « champagne », en russe « shampanskoe », aux produits nationaux ; tandis que les Français de la région champenoise, dans le nord-est du pays, devront se contenter d’inscrire le mot « vin mousseux » au dos de leurs étiquettes.

Pour les connaisseurs, un vin mousseux ne peut être appelé « champagne » que s’il provient de la région de France qui porte ce nom et s’il est élaboré selon certaines réglementations. En fait, le mot a une protection légale dans environ 120 pays.

Cependant, une nouvelle loi signée par le président russe Vladimir Poutine précise que dans ce pays les importations de champagne devront être étiquetées comme « vin mousseux », une décision qui affecte les exportateurs français et qui a suscité le mécontentement du gouvernement.

La polémique a amené les producteurs reconnus à suspendre leurs expéditions vers la Russie et a atteint le niveau diplomatique, le gouvernement d’Emmanuel Macron prévenant qu’il porterait l’affaire devant l’Organisation mondiale du commerce, si nécessaire.

Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, a assuré mardi 6 juillet à l’Assemblée nationale qu’« une fois que nous aurons considéré toutes les limites que représente la législation russe, nous agirons dans les prochains jours, au travers des relations bilatérales, mais aussi au niveau européen. niveau, pour défendre les intérêts de nos producteurs, en particulier les intérêts de nos appellations d’origine ».

Le responsable a ajouté que « nous espérons pouvoir résoudre ces difficultés par le dialogue ».

« La position de la France est très claire : le mot champagne vient de cette région française où il est produit et qui a une appellation d’origine », avait déclaré plus tôt le ministre français de l’Agriculture, Julien Denormandie.

Le Kremlin a défendu la loi controversée : « Cette histoire des confessions est très ancienne, c’est une histoire qui vient de l’époque soviétique. La loi a été approuvée, elle doit être respectée », a déclaré lundi le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

Leonid Popovich, président de l’Union des producteurs de vin de Russie, a déclaré à son tour que « ce que nous disons, c’est: prenez votre champagne, apportez-le dans notre pays, apportez-le à un laboratoire et le laboratoire vérifiera s’il s’applique aux normes du vin . pétillant ou pas. »

Depuis l’époque soviétique, le champagne (« shampanskoye » en russe) a été utilisé comme terme générique pour une large gamme de vins, dont certains contredisent l’image de luxe du champagne, se vendant aussi peu que 150 roubles (2 $) la bouteille.

Avec EFE, AP et Reuters

gestioninclusive@gmail.com