Economie

Selon la Banque mondiale, l’inflation mondiale continuera d’augmenter jusqu’en 2024

La guerre en Ukraine ou le monde post-pandémique sont des facteurs qui coopèrent, selon la Banque mondiale, pour étayer ses mauvaises prévisions sur l’augmentation du coût de la vie à l’échelle mondiale. Une augmentation qui, selon les estimations de l’organisation multilatérale, sera prolongée jusqu’en 2024. De plus, l’inflation va également aggraver la crise d’insécurité alimentaire dans de nombreux pays.

« Processus économique causé par le déséquilibre existant entre la production et la demande, qui provoque une hausse continue des prix de la plupart des produits et services et une perte de la valeur de l’argent pour pouvoir les acquérir ou les utiliser ». C’est ainsi que l’Académie royale de la langue espagnole (RAE) définit l’inflation.

En traduisant cette définition dans le langage courant, on parle de coût de la vie. Selon les projections les plus récentes de la Banque mondiale, cela continuera d’augmenter jusqu’en 2024.

Les conséquences de la pandémie de Covid-19 ; les effets de la guerre en Ukraine, qui a fait grimper les prix de l’énergie et des denrées alimentaires ; et même les derniers confinements dus aux épidémies de coronavirus dans des villes chinoises comme Shanghai, stratégiques pour l’économie et le commerce mondial, sont quelques-unes des principales causes de l’inflation croissante à l’échelle mondiale.

Selon les données fournies par l’organisation multilatérale, dans près de la moitié des économies les plus prospères du monde, l’inflation est actuellement supérieure à 5 %.


Aujourd'hui, les gens achètent de la nourriture sur un marché de la place Borodianka, en Ukraine.  Cela ne fait pas un mois que les troupes russes se sont retirées de la ville de Borodianka, dans la région de Kiev, laissant des centaines de morts, de décombres et de destructions, mais ses habitants tentent de reprendre leurs habitudes.  Ce jeudi était le premier jour du marché.

Aujourd’hui, les gens achètent de la nourriture sur un marché de la place Borodianka, en Ukraine. Cela ne fait pas un mois que les troupes russes se sont retirées de la ville de Borodianka, dans la région de Kiev, laissant des centaines de morts, de décombres et de destructions, mais ses habitants tentent de reprendre leurs habitudes. Ce jeudi était le premier jour du marché. EFE – MIGUEL GUTIERREZ

Le durcissement de la politique monétaire des banques centrales pour freiner la hausse des taux inflationnistes était déjà présent avant le début de l’invasion russe le 24 février.

Cependant, la guerre aux portes de l’Europe, dont les protagonistes sont deux des plus grands exportateurs mondiaux de produits de base et de ressources énergétiques, a encore plus fait grimper les prix des matières premières, ce qui, finalement, a une traduction négative pour les poches des citoyens .

« Si la guerre en Ukraine se poursuit ou si de nouvelles sanctions sont imposées à la Russie, les prix pourraient continuer à augmenter et être plus volatils que prévu actuellement », a déclaré la Banque mondiale.



L’agence a également souligné dans son rapport que la guerre sur le sol ukrainien est le facteur économique le plus néfaste pour le monde en termes d’inflation depuis les années 1970, même au-dessus de la crise économique de 2008, qui a dévasté bon nombre des grandes économies mondiales.

Et c’est que la guerre, principalement, mais pas seulement, génère des restrictions dans le commerce du carburant, de la nourriture et des engrais agricoles, ce qui fait augmenter le coût de ces biens.

Avant que l’invasion russe en Ukraine ne fasse exploser toute projection, début 2022 la Banque mondiale parlait déjà d’un « ralentissement prononcé » de l’économie mondiale après l’effet rebond qu’elle a subi après les confinements stricts qui ont été vécus en 2020 lors de la premiers mois de la pandémie.

« L’économie mondiale est simultanément aux prises avec le Covid-19, l’inflation et l’incertitude politique, les dépenses publiques et les politiques monétaires évoluant en territoire inconnu. La montée des inégalités et les problèmes de sécurité sont particulièrement préjudiciables pour les pays en développement », a déclaré le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, au début de l’année. Janvier.

Russie et Ukraine : deux principaux exportateurs de ressources en guerre

La Russie et l’Ukraine sont deux des principaux exportateurs mondiaux de ressources énergétiques et de matières premières.

Pour sa part, la Russie est le principal exportateur d’engrais azotés et de gaz naturel, et le deuxième exportateur de pétrole brut à l’échelle mondiale. Pendant ce temps, en Ukraine, sa production de blé représente un tiers des exportations mondiales de cette céréale, en plus de produire 80 % de l’huile de tournesol et 19 % du maïs dans le monde.


Des gens regardent des produits dans un supermarché, aujourd'hui à Buenos Aires, en Argentine.
Des gens regardent des produits dans un supermarché, aujourd’hui à Buenos Aires, en Argentine. EFE – Juan Ignacio Roncoroni

Le blocus des routes d’exportation terrestres et maritimes de l’Ukraine en raison des attaques des troupes russes ou des sanctions imposées par une partie de la communauté internationale au régime de Vladimir Poutine compliquent encore la situation inflationniste délicate.

Selon les prévisions de la Banque mondiale, l’interruption des exportations de ces biens signifiera que le prix de l’énergie augmentera de plus de 50 % cette année, bien que, parallèlement, l’agence s’attende à ce que les prix se stabilisent et commencent à baisser au cours de 2023 et 2024.

En outre, jusqu’en 2024, le coût des produits agricoles et miniers devrait augmenter de 20 %, bien que cela dépende de la durée du conflit armé en Ukraine et de la durée des sanctions économiques contre la Russie.


File-A achat sur un marché à Nice, France, le 3 avril 2019.
File-A achat sur un marché à Nice, France, le 3 avril 2019. © Reuters/Eric Gaillard

En ce moment, les banques centrales cherchent des alternatives à travers des propositions de réduction ou de gel des prix de certains biens dans le but de stimuler les marchés et de favoriser les investissements directs.

Avant le déclenchement de la guerre, ce mécanisme était déjà promu, par exemple, par le gouvernement argentin du progressiste Alberto Fernández, qui proposait en octobre 2021 de geler les prix de 1 247 produits pendant 90 jours pour faire face à la flambée de l’inflation.

Argentine, crise sur crise

Dans ce pays du Cône Sud, le prix des denrées alimentaires a augmenté de 20 % en seulement trois mois. Malgré les efforts pour contenir l’inflation, son taux interannuel s’est établi à 55,1 %, soit 2,8 points de pourcentage de plus que la variation de février.

Matías Kulfas, ministre argentin du Développement productif, a annoncé ce samedi que les prévisions de l’indice d’inflation pour le mois d’avril « ne sont pas utiles » non plus.

« Il y a eu une hausse disproportionnée du prix du blé. Là on a compris qu’il fallait avoir une action plus forte et plus énergique car sinon le prix du pain allait se multiplier dans des termes inhabituels », a expliqué Kulfas.


L'inflation d'une année sur l'autre en Argentine a augmenté de 55,1 %, a rapporté l'Institut national des statistiques et des recensements.
L’inflation d’une année sur l’autre en Argentine a augmenté de 55,1 %, a rapporté l’Institut national des statistiques et des recensements. ©France 24

Ces dernières semaines, l’exécutif argentin a annoncé une « guerre contre l’inflation » à travers la mise en place de subventions aux moulins, chargés de transformer la farine, afin de réduire le coût du pain et des autres produits qui en sont dérivés.

Au Mexique, les tortillas ont augmenté de plus de 17 % par rapport à l’année précédente

Au Mexique, l’inflation en glissement annuel s’élève à 7,72 %, la plus élevée des deux dernières décennies.

Cette hausse du prix de la vie a des conséquences sur l’un des aliments les plus précieux de la gastronomie mexicaine, les tortillas.



Le prix de ceux-ci a augmenté de 17,42 % par an au cours de la première quinzaine d’avril, de sorte que, pour le même prix, les Mexicains peuvent désormais acheter moins de tortillas qu’il y a un an.

Le gouvernement d’Andrés Manuel López Obrador a annoncé qu’il promouvra un « plan anti-inflation » pour contenir les prix de plus de vingt produits du panier familial de base, parmi lesquels, précisément, le maïs et les tortillas.

États-Unis, l’inflation la plus élevée depuis quatre décennies

L’inflation aux États-Unis en glissement annuel était de 8,5 % en mars 2022, soit près de 6 % de plus que le chiffre de la même période en 2021, marquant la plus forte hausse des prix en 40 ans.

Jeudi 28 avril dernier, le gouvernement de Joe Biden a annoncé que l’économie du géant nord-américain s’était contractée de 0,4 % au cours du premier trimestre 2022. Les autorités américaines ont imputé la contraction économique à la variante omicron et à l’inflation.


L'inflation en glissement annuel pour mars était de 8,5 %, la plus élevée en 1981.
L’inflation en glissement annuel pour mars était de 8,5 %, la plus élevée en 1981. ©France 24

Pourtant, le coût de la vie élevé n’aurait pas eu, du moins pour l’instant, d’impact sur la consommation des Américains, dont l’indice a progressé de 2,7 % au premier trimestre 2022.

La Banque centrale européenne reconnaît avoir échoué dans ses prévisions

Jeudi dernier également, la Banque centrale européenne (BCE) a fait une déclaration en publiant son bulletin économique dans lequel elle reconnaissait avoir « substantiellement » sous-estimé la hausse de l’inflation.

Déjà au cours du premier trimestre 2021, des sous-estimations ont été enregistrées, qui se sont accentuées au troisième trimestre de l’année dernière, selon les dirigeants de la BCE.


Des billets en euros sur une table à Munich, en Allemagne, le 30 mars 2022.
Des billets en euros sur une table à Munich, en Allemagne, le 30 mars 2022. AP – Matthias Schrader

Cependant, la sous-estimation du premier trimestre de 2022 représentait la plus grande erreur d’inflation d’un trimestre observée depuis le début des projections en 1998. Une différence de 2 points de pourcentage entre les données réelles et la projection préparée en décembre 2021.

Ce mois de mars a été le record avec la plus forte hausse depuis le début des mesures et depuis l’unification monétaire sur le territoire de l’Union.

L’inflation a atteint 7,50%, nettement au-dessus des estimations qui la plaçaient à 6,60%.

La Turquie dégrade ses prévisions : l’inflation pourrait dépasser 42% sur un an en 2022

Le gouverneur de la Banque centrale turque, Sahap Kavcioglu, a annoncé jeudi dernier que la prévision d’inflation en glissement annuel pour 2022 dans le pays ottoman est déjà à 42,8 %, 19 points de plus que les calculs qui étaient en vigueur jusqu’à présent. Au mois de mars, l’inflation en glissement annuel a grimpé à 61,1 %, la plus élevée des deux dernières décennies.

Kavcioglu a assuré que l’inflation devrait toutefois diminuer progressivement dans les années à venir : à 12,9 % en 2023 et 3,8 % en 2024.


Un homme pousse un chariot avec des marchandises le long d'une allée commerçante près du bazar égyptien à Istanbul, en Turquie, le lundi 11 avril 2022.
Un homme pousse un chariot avec des marchandises le long d’une allée commerçante près du bazar égyptien à Istanbul, en Turquie, le lundi 11 avril 2022. AP – Francisco Seco

Les projections de l’entité bancaire étaient de 49% pour l’inflation alimentaire d’ici fin 2022 et de 15% d’ici 2023.

L’indice des prix à la consommation (IPC) a connu une forte hausse en mars de 5,46 % par rapport à février.

L’inflation parle aussi le langage de la crise alimentaire

L’augmentation du coût de la vie, exacerbée par la post-pandémie et la guerre en Ukraine, pose également un défi à la crise alimentaire pressante dont souffrent les pays les plus inégalitaires de la planète.

La Banque mondiale a déclaré que l’inflation est à son plus haut depuis 2011 dans les économies émergentes et les pays en développement, où les citoyens dépensent 50 % de leurs revenus pour se nourrir.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a souligné que l’indice des prix des denrées alimentaires avait atteint un niveau record en mars 2022 avec une hausse de 12,6% par rapport au mois précédent.



Avec des informations de l’EFE, de l’AP et des médias locaux