Ecologie

les défis pour sa préservation alors qu’il commence déjà à se faire rare en de multiples endroits

En 2010, l’Assemblée générale des Nations Unies a reconnu le droit de l’être humain à l’eau et à l’assainissement. Mais, si dans certains pays ce liquide est abondant, dans d’autres territoires il fait défaut, ce qui fait qu’au moins 2 milliards de personnes dans le monde souffrent de pénuries d’eau, selon les chiffres de l’organisation internationale.

L’eau propre est une source d’énergie pour tous les êtres vivants. Pero, cuando escuchamos que países como China, India o varias naciones en África tienen dificultades para que sus habitantes accedan a fuentes de agua potables, la pregunta que surge entonces es, ¿cómo garantizar este derecho humano, tal y como lo sugiere la Organización de Les Nations-Unies?

L’eau est essentielle au développement socio-économique, à l’énergie, à la production alimentaire, aux écosystèmes et à la survie des êtres humains. C’est l’un des liens les plus importants entre nous et l’environnement. Mais ce lien, qui pour certains ne va pas au-delà de la satisfaction d’un besoin physiologique, est fracturé par le peu de conscience que l’on a d’une ressource qui ne sera pas illimitée longtemps.

D’éventuelles guerres de l’eau sont déjà annoncées à l’avenir et nous voyons que des gouvernements comme le Brésil cherchent des solutions au problème d’accès à cette ressource en eau, transférant la responsabilité que l’État doit assumer aux entreprises privées. Selon Alexander Turra, professeur à l’Université de São Paulo et membre du Réseau des spécialistes de la conservation de la nature (RECN), de la Fondation du groupe Boticário, « la guerre pour l’eau existe déjà, mais pas avec les armes. Elle existe à travers des discussions géopolitiques, entre des pays qui sont reliés par des affluents de rivières, donc cette guerre existe déjà. C’est pourquoi nous devons gérer ce phénomène de manière holistique et globale ».

Malheureusement, nous ne pouvons plus considérer l’eau comme un bien illimité. Mais, selon Turra, « ce n’est pas seulement l’accès à l’eau que beaucoup de gens n’ont pas. Ils n’ont pas non plus accès à la nourriture, au logement, à la paix, à la santé et à la dignité en général. L’eau est un élément de plus dans ce drame vécu par des millions d’exclus et de marginalisés de la planète. Ce que nous devons faire, c’est trouver un moyen de mettre fin à cette exclusion afin que nous puissions mener ces personnes à une vie décente. »

Si certains pays peuvent encore prétendre disposer de sources d’eau inépuisables, d’autres, en revanche, doivent la fabriquer à partir de leurs propres déchets.

L’eau qui vient des excréments humains

Il y a quelques années, nous avons vu Bill Gates boire un verre d’eau qui, cinq minutes plus tôt, était des excréments humains. Cela s’est produit au Sénégal et faisait partie de l’un des projets de la Fondation Bill et Melinda Gates visant à améliorer les conditions sanitaires dans les pays en développement.

L’appel Omniprocesseur Janicki C’est la machine magique qui parvient à convertir les excréments humains en eau potable.

Selon le philanthrope, dans les pays où il n’y a pas de systèmes d’égouts adéquats, les gens sont obligés d’utiliser des latrines qui ne sont pas correctement drainées. Et d’autres défèquent simplement à l’air libre. Cela provoque la contamination de l’eau par les déchets et provoque des maladies mortelles.

Avec le système développé au Sénégal, de nombreux pays pourraient gérer les déchets humains de manière plus intelligente et plus verte. Et, si l’invention qui a été testée dans la nation africaine peut en dégoûter plus d’un, une autre solution qui a également généré la même réaction est le recyclage de l’eau.

La technique, peu exploitée, sait tirer parti de cette ressource. Prenez, par exemple, l’eau que nous utilisons lorsque nous faisons la vaisselle ou lorsque nous prenons une douche. Qu’arrive-t-il à ce liquide une fois qu’il a complètement disparu de notre maison ?

Pour beaucoup, le processus ultérieur est complètement inconnu. Dans plusieurs pays, il existe des technologies qui peuvent rendre l’eau sale potable pour la consommation humaine. Selon l’organisation Ecoembes, « le traitement de purification de l’eau est utilisé pour éliminer les bactéries et les saletés qui peuvent être nocives pour les personnes, les animaux et les plantes ».

Mais peu importe la quantité de solides éliminés, les particules éliminées et l’eau stérilisée pour être réutilisée, la proposition continue de dégoûter de nombreuses personnes.

L’eau des excréments ou de son propre recyclage sont quelques-unes des nombreuses propositions qui existent pour apporter une solution aux pays où il y a des sécheresses extrêmes ou des systèmes sanitaires précaires.

Par contre, dans d’autres endroits où la ressource en eau abonde, les problèmes pour sa consommation se posent différemment.

La plus grande usine d’eau au monde est constamment menacée

Avec 333 420 hectares, le páramo de Sumapaz en Colombie est la source d’eau la plus étendue de la planète. Et c’est grâce à ce qui s’y passe.

Le páramo est un écosystème de montagne unique que l’on trouve dans peu de pays. C’est un lieu stratégique dans les zones d’altitude pour la rétention d’eau et la régulation de l’eau tout au long de l’année. Pendant les périodes de sécheresse ou d’étés forts, l’eau se dépose sur le sol du páramo qui agit comme un coussin d’eau dans lequel le liquide s’égoutte vers les basses terres, formant des rivières, des ruisseaux, des aqueducs ou des ruisseaux.

Cette usine d’eau naturelle possède une végétation que l’on ne trouve que là-bas, comme le frailejón, une plante qui ne pousse qu’un centimètre par an et qui s’adapte aux basses températures et au rayonnement solaire. Les feuilles du Espeletia ils ont des villosités qui absorbent l’eau de la brume et la stockent. Le voyage se poursuit à l’intérieur de son tronc, qui l’emmène sous terre pour rejoindre l’eau déposée par d’autres plantes de la lande, comme la mousse.

Le voyage de chaque goutte d’eau qui tombe du frailejón aux sources d’eau pourrait être tout un spectacle si l’œil humain y avait accès.

Mais, cet événement unique qu’offre l’écosystème est devenu vulnérable pour différentes raisons. L’un d’eux est l’utilisation de produits chimiques pour la culture de pommes de terre ou de légumes. Une autre menace est le genêt épineux, une plante envahissante qui pousse très vite et qui a été introduite dans le páramo Sumapaz d’Europe. L’extractivisme et l’exploitation minière menacent également la production d’eau dans d’autres paramos du pays.

L’usine d’eau colombienne souffre constamment de ces dommages causés par l’homme ou par la nature elle-même. Pour l’instant, le pays sud-américain peut profiter des bienfaits de cet écosystème, mais les menaces continuent de progresser, certaines silencieusement, et pourraient affecter l’approvisionnement en eau qui y est né à moyen terme.

gestioninclusive@gmail.com