Ecologie

Toutes les crypto-monnaies ne sont pas conçues de la même manière et n’ont pas toutes le même impact environnemental

Bien que l’utilisation des crypto-monnaies ne soit pas encore répandue parmi la population, son existence est déjà un fait et sa présence est de plus en plus répandue. Plus sa popularité augmente, plus sa consommation d’énergie augmente, ce qui se traduit par des émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Dans ce programme, nous essaierons d’expliquer pourquoi elles consomment autant d’électricité et pourquoi toutes les monnaies numériques ne sont pas comparables en termes d’impact environnemental.

Le fonctionnement de la plupart des monnaies virtuelles est basé sur la technologie de la ‘blockchain’ ou chaîne de blocs. Un modèle pour effectuer des transactions sans avoir besoin d’intermédiaires dans lequel chaque bloc, ou transaction, contient certaines informations qui doivent être vérifiées par d’autres utilisateurs avant de pouvoir être exécutée. Une fois le bloc validé, il est enregistré de manière décentralisée et encodé dans une chaîne qui devient une base de données avec toutes les transactions effectuées dans le monde. Une technologie qui rend tous ces échanges d’informations beaucoup plus transparents et difficiles à falsifier.

Cependant, bien que toutes les crypto-monnaies utilisent cette technologie, toutes ne sont pas conçues de la même manière et c’est là que l’empreinte environnementale de chacune diffère.

Le fonctionnement de la technologie blockchain et des crypto-monnaies
Le fonctionnement de la technologie blockchain et des crypto-monnaies ©France24

Mauro Accurso, responsable du développement commercial chez South Pole, souligne qu’il est essentiel que les cryptomonnaies réfléchissent à leur empreinte environnementale dès leur conception afin qu’elles choisissent le système de validation ou de légitimation ayant le moins d’impact environnemental. C’est-à-dire qu’ils optent pour le système dit de preuve de participation ou preuve de participation, en anglais.

Bitcoin, et actuellement Ethereum également, utilisent le système de minage, ou preuve de travail, qui nécessite que de nombreux ordinateurs travaillent en même temps pour essayer de résoudre des opérations mathématiques complexes pour valider une seule transaction. Celui qui le résout en premier est récompensé par du bitcoin, mais toute l’énergie utilisée par ceux qui ne sont pas les premiers à résoudre ce casse-tête est gaspillée.

La preuve d’enjeu est un protocole de consensus beaucoup moins intensif en termes de consommation d’énergie, car seuls ceux qui ont un intérêt dans la crypto-monnaie elle-même peuvent participer à la résolution des algorithmes qui valident les transactions afin d’obtenir une récompense. De plus, seuls certains validateurs sont choisis pour réaliser cette opération, ce qui réduit la quantité d’électricité nécessaire.

L’avancée des crypto-monnaies pourrait accélérer le développement des énergies renouvelables

La consommation d’énergie n’est pas mauvaise en soi, le problème est que cette électricité provient de sources non renouvelables, comme le charbon, l’essence, le diesel ou le gaz naturel, entre autres.

Bien qu’on estime que 40% du Bitcoin est alimenté par des énergies renouvelables, pour l’instant la grande majorité consomme des combustibles fossiles. En effet, l’entreprise japonaise consomme plus d’énergie que des pays comme l’Argentine ou les Pays-Bas et émet autant de CO2 que regarder YouTube pendant plus de 137 000 heures ou utiliser une carte VISA dans plus de 1 800 000 transactions.

La crypto-monnaie Bitcoin consomme plus d'énergie par an que l'Argentine
La crypto-monnaie Bitcoin consomme plus d’énergie par an que l’Argentine ©France24

L’énergie consommée est telle que la Chine, un pays où jusqu’à récemment la majorité de l’extraction de bitcoins était réalisée, a temporairement interdit l’extraction de crypto-monnaie car la consommation d’électricité créait des coupures de courant dans certaines régions et, selon le gouvernement, éloignait la nation asiatique. d’atteindre son objectif d’être neutre en carbone d’ici 2060.

Cependant, il existe d’autres monnaies virtuelles dont la consommation d’énergie est beaucoup plus faible : parmi elles, on trouve SolarCoin, BitGreen ou ADA Cardano. Ethereum, le deuxième plus pertinent après Bitcoin, entrera dans le système de « preuve de participation » dans les prochains mois, ce qui entraînera une baisse de sa consommation d’énergie de plus de 99,9%.

L’industrie s’associe pour passer aux énergies renouvelables d’ici 2025

Le Crypto Climate Accord est une initiative portée par le secteur privé et inspirée de l’Accord de Paris, qui vise à accélérer le développement de solutions vertes pour ces types de devises et pour la technologie blockchain en général. Mauro Accurso, dans une interview à France 24, a précisé que l’objectif de cet accord, qui est volontaire, est d’atteindre 100 % d’utilisation d’énergies renouvelables avant 2025 et de pouvoir évoluer vers des émissions nettes en 2050. De plus, ils veulent développer des logiciels open source afin que les entreprises sachent combien d’énergie elles consomment et combien d’émissions d’équivalent CO2 elles sont responsables afin de résoudre ce problème.

Si Bitcoin, qui utilise la méthode d’exploitation minière la plus polluante appelée « preuve de travail », utilisait de l’électricité provenant d’énergies renouvelables, cela pourrait accélérer le développement d’énergies propres dans le monde.

Au-delà de son utilisation dans les crypto-monnaies, la technologie blockchain est une grande alliée pour protéger l’environnement, puisqu’elle pourrait empêcher la perte d’informations, augmenter la transparence des comptes du secteur public ou renforcer la mise en œuvre d’accords multilatéraux. Il aide aussi à la traçabilité des services ou à l’origine des produits comme le bois ou la pêche, pour savoir s’ils proviennent de l’industrie illégale.