La France

Un prélude dauphiné au Tour avec chrono et colosses inclus

Movistar, INEOS et Jumbo-Visma parient fortement sur le Critérium en pensant à la «  Grande Boucle  »

BARCELONE, 29 mai. (EUROPA PRESS) –

Ce dimanche démarre le Critérium du Dauphiné, dont la 73ème édition durera jusqu’au 6 juin en grand prélude au prochain Tour de France et avec un parcours balisé par une montre ascendante et deux grandes étapes de montagne, dans les derniers jours, pour se prononcer sur le vainqueur et successeur d’un absent Daniel Felipe Martínez.

Martinez, l’actuel vainqueur, protège Egan Bernal dans le Giro. Mais INEOS Grenadiers mise aussi beaucoup sur ce Dauphiné avec Geraint Thomas -vainqueur en 2018-, Richie Porte ou Tao Geoghegan Hart. Et le truc est en trios, avec Sepp Kuss, Jonas Vingegaard et Steven Kruisjwijk dans le Jumbo-Visma et Enric Mas, Alejandro Valverde et Miguel Ángel López dans l’équipe Movistar.

Ces trois équipes parient gros pour remporter ce test historique, dans un parcours qui permet de superbes affichages. Mais dans la courte liste, il y a aussi David Gaudu (Groupama-FDJ), Guillaume Martin (Cofidis), Wilco Kelderman (BORA-Hansgrohe) ou Michael Woods (Israel Start-Up Nation), toujours avec la permission des vétérans comme partenaire dans l’équipe israélienne Chris Froome, Nairo Quintana (Arkéa-Samsic) ou l’espagnol Ion Izagirre (Astana).

Un parcours de 1 205,3 kilomètres en huit étapes va très loin. Comme pour avoir un contre-la-montre à l’air de ‘chrono d’escalade’, sans l’être, de 16,4 kilomètres et avoir deux étapes de plat, trois de moyenne montagne et, les deux dernières, de montagne avec un haut de gamme pour décider du concours .

Le Critérium commence par une étape plate de 182 kilomètres au départ et à l’arrivée à Issoire, avec l’une des rares options pour les sprinteurs comme Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step), Alexander Kristoff (UAE-Team Emirates) ou Sonny Colbrelli (Bahreïn-Victorious) , à condition de passer la multitude de petites hauteurs.

La deuxième étape est déjà délicate, partant de Brioude et arrivant à Saugues après 173 kilomètres et une arrivée à deux hauteurs d’affilée, une de 2ème catégorie, où l’on peut concevoir une embuscade. Et, le troisième jour, 172,5 kilomètres supplémentaires avec une arrivée en montée après une étape irrégulière avec deux passes dans la première partie.

Dans la quatrième étape vient le contre-la-montre individuel de 16,4 kilomètres, qui commencera à éclairer le général. Un chrono avec une finition ascendante et qui a tendance à tirer vers le haut. Un itinéraire qui n’est pas réservé aux spécialistes et dont les grimpeurs en profiteront un peu.

Après une «  pause  » dans la cinquième étape, entre Saint-Chamond et Saint-Vallier, la sixième étape revient en moyenne montagne au Sappey-en-Chartreuse, avec une autre arrivée en hauteur et reliant deux cols de 2e classe avec la dernière deux 3ème catégorie.

Et le bien vient. La septième et avant-dernière étape part de Saint-Martin-Le-Vinoux et arrive à la gare de La Plagne, par une montée de 17,1 kilomètres à 2072 mètres avec une pente moyenne de 7,5%. Et avant cela, un «HC» comme le Col du Pré aura été escaladé, entre autres.

Pour finir la course, 147 kilomètres de haute montagne entre La Léchère-Les-Bains et Les Gets, où le champion sera sacré. Sept cols avec l’historique Col de la Colombière ou le ‘HC’ Col de Joux Plane avant la montée finale, descendant vers Morzine, aux Gets.

gestioninclusive@gmail.com