Economie

Turquie : un ramadan atypique s’achève, plombé par une inflation galopante

Comme de nombreux pays dans le monde, la Turquie souffre des hausses de prix dues à la pandémie et à la guerre en Ukraine. Mais dans le pays anatolien, la situation encore plus critique s’est accentuée lors de la célébration du ramadan, le mois sacré de l’islam, qui s’est achevée le lundi 2 mai.

Ebru Karhan, une citoyenne turque, avait de grandes attentes lorsqu’elle a découvert il y a quelques mois que la pandémie diminuait. « Tout serait plus facile », pensai-je. Maintenant, elle et son mari pourraient reprendre le travail sans interruption, leurs filles retourneraient à l’école et leur ancienne vie, celle qu’elles avaient ratée, reviendrait.

Ebru, cependant, s’est vite rendu compte qu’il avait tort. « Nous ne pouvons plus acheter de viande, par exemple. Avant, les filles mangeaient de la viande deux fois par semaine. Maintenant, nous n’achetons plus. Ce mois-ci, parce qu’ils jeûnent, nous essayons d’acheter du poulet, mais nous ne pouvons le faire qu’une fois tous les dix jours. C’est difficile », explique Ebru depuis sa maison, où elle célèbre chaque soir le repas d’avril qui marque la fin du jeûne diurne du mois de Ramadan.

Comme elle, de nombreux Turcs, qui voient leurs salaires se déprécier rapidement, ont dû changer leurs habitudes alimentaires. La raison : l’énorme vague d’inflation en Turquie. Officiellement, l’inflation d’une année sur l’autre est de 61 %, mais des études indépendantes l’évaluent à 143 %un chiffre jamais vu depuis le début des années 2000.

« Tout va de mal en pis. Le gouvernement essaie de résoudre le problème avec des slogans, mais cela n’arrange pas les estomacs. Les gens ont besoin d’acheter des fruits, de la viande, des légumes, de la farine », explique l’économiste Veysel Ulusoy, directeur du groupe de recherche responsable du chiffre officieux de l’inflation. Son travail, explique-t-il, est une source de colère pour le gouvernement turc, qui cherche à fermer le groupe et à poursuivre ses dirigeants.

Une vague de grèves contre l’inflation

La situation a fait que, ces derniers mois, des travailleurs de dizaines d’entreprises se sont mis en grève pour demander une amélioration des salaires, qui n’ont pas été ajustés à la tendance inflationniste.

Si certaines entreprises ont accepté une augmentation de salaire, d’autres résistent.


Des femmes transportent des sacs de marchandises dans une rue commerçante d'Istanbul, en Turquie, le jeudi 14 avril 2022.
Des femmes transportent des sacs de marchandises dans une rue commerçante d’Istanbul, en Turquie, le jeudi 14 avril 2022. © Francisco Seco / AP

« Depuis qu’ils m’ont licencié, nous avons cessé d’acheter des choses qui ne sont pas strictement nécessaires. Par exemple, une robe pour ma fille, maintenant j’en achète une au lieu de deux, ou s’il fait chaud, les enfants portent encore des vêtements d’hiver parce qu’on ne peut pas acheter de vêtements d’été. Nous n’avons pas de formulaire. C’est très difficile », raconte Mehmet Aytekin, qui a été licencié pour avoir demandé une augmentation de salaire et avoir adhéré à un syndicat.

Avec ses collègues, il manifeste depuis plus de 100 jours devant l’entreprise où il travaillait. Mais sa capacité à résister est terminée.

« Maintenant, je survis en demandant des prêts à la banque et avec un peu d’aide du syndicat, mais dans les mois à venir, je ne sais pas comment je vais faire (…) En mai, mes prêts expirent et je ne pense pas pouvoir continuer comme ça. Je pense que je vais m’enterrer. Ce sera plus facile ainsi », dit Mehmet, avec un sourire triste.