Première modification:

Le gouvernement d'Alberto Fernández a envoyé au Congrès un projet de loi établissant une taxe extraordinaire sur ceux qui ont un capital social de 2,7 millions de dollars ou plus avec une coupure au 31 décembre 2019.

Il a déjà été promu par le Chili et maintenant l'Argentine: une taxe sur les plus riches du pays pour collecter des ressources qui contribuent à atténuer la crise économique dérivée du coronavirus.

Dans les deux cas, il est proposé d’instituer un prélèvement unique sur ceux qui amassent les fortunes les plus élevées. La seule différence est la position de chaque gouvernement.

Alors que dans le pays du sud l'initiative est parlementaire, en Argentine elle vient du gouvernement d'Alberto Fernández, qui défend cette solidarité et cette contribution extraordinaire pour couvrir une partie des dépenses de l'Etat dues à la pandémie.

Qui paye?

Si elle est approuvée telle qu'elle est proposée, la taxe sera payée, une seule fois, par les personnes dont la richesse déclarée est supérieure à 200 millions de pesos argentins (2,7 millions de dollars).

Selon le projet de loi présenté par le bloc des députés du Frente de Todos au pouvoir, cela vaut également pour les actifs qu'ils ont à l'étranger et la valeur de l'impôt varie en fonction de la fortune.

France 24
France 24 © France 24

Les frais sont divisés par fourchettes. Ceux qui ont des capitaux propres entre le minimum soumis à la taxe (200 millions de pesos argentins ou 2,7 millions de dollars au prix d'aujourd'hui), doivent payer 2%.

Mais si la fortune est plus élevée, l'impôt le sera aussi. Par exemple, s'ils ont 3000 millions de pesos ou plus (40 millions de dollars), ils paieront une taxe de 88,5 millions de pesos (1,2 million de dollars) plus 3,5% sur l'excédent (s'ils ont plus de cette somme).

Pendant ce temps, les personnes qui possèdent des actifs à l'étranger doivent payer une taxe de 50% plus élevée, selon l'initiative du parti au pouvoir.

Comment les ressources sont-elles réparties?

On estime que cette taxe sur les «super riches», comme ils l’appellent officieusement, couvrira quelque 12 000 personnes et générera des ressources proches de 4 000 millions de dollars.

L'objectif est de les distribuer dans l'achat de matériel médical, les subventions aux petites et moyennes entreprises, l'éducation, la protection sociale des quartiers populaires et les programmes de développement du gaz naturel.

France 24
France 24 © France 24

Avec une boîte frappée au milieu de la pandémie de coronavirus, l'Argentine se dirige vers une contraction économique estimée à 12,5% cette année, dans ce qui serait la troisième année consécutive de récession.

France 24 avec Reuters et EFE