Ecologie

Tout est prêt pour la COP26, un possible tournant dans la lutte contre la crise climatique

Ce dimanche débute la conférence à laquelle participeront pratiquement tous les dirigeants du monde et sera la deuxième qui réunira physiquement les dirigeants depuis la pandémie après le G20. La Russie et la Chine le feront à partir de la virtualité et la reine Elizabeth II, pour des raisons de santé, ne pourra pas être présente à l’événement que le Royaume-Uni accueille. « On ne peut pas se permettre un échec », a déclaré le président du Parlement européen, David Sassoli.Cependant, le désespoir règne dans le précédent.

Glasgow est le lieu du sommet COP26, qui rassemble les politiciens les plus importants du monde pour définir les lignes directrices avec lesquelles ils combattront la crise climatique dans les années à venir.

Cependant, l’enthousiasme est en chute libre. Récemment, le Premier ministre britannique Boris Johnson a avoué ses craintes que le sommet n’atteigne pas ses objectifs et les militants écologistes doutent de l’efficacité de la réunion, compte tenu du manque de volonté politique des dirigeants.

Il y a quelques semaines, lors du ‘Youth4Climate’ qui s’est tenu à Milan en septembre, la jeune Greta Thunberg avait déclaré qu’en matière de climat, les gouvernants ne se consacraient qu’à « bla, bla, bla, bla ».

Après la décevante COP25 à Madrid en 2019, la conférence au Royaume-Uni apparaît comme une occasion unique de marquer un avant et un après, et d’éviter que la crise environnementale ne s’aggrave.

David Sassoli, président du Parlement européen, a déclaré ce samedi que le monde « ne peut pas se permettre un échec de la COP26 ». Cependant, il a précisé que la « transition verte » doit être progressive et ne pas être une raison supplémentaire d’augmenter les inégalités, mais, au contraire, elle doit les réduire.

« Le rapport de l’ONU sur les écarts d’émissions indique clairement que les plans nationaux actuels de lutte contre le changement climatique sont loin d’être considérés comme suffisants », a-t-il déclaré.

Il a également affirmé que si l’intention est de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré, ils doivent prendre les ambitions au sérieux, « les rendre claires et réalisables » et ceux qui doivent diriger ces prémisses sont les nations du G20, puisqu’elles sont responsables de 80 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Sassoli a appelé à « suivre l’exemple » de l’Union européenne pour atteindre la neutralité climatique d’ici 2050 et, aux pays les plus développés, à honorer leur promesse de lever 100 milliards de dollars pour aider ceux qui se développent à faire face à l’urgence climatique.


Les États-Unis reviennent du côté «vert» avec l’administration de Joe Biden

L’un des géants mondiaux est sans aucun doute les États-Unis. Sa puissance tant sur le plan économique qu’en termes d’influence fait de lui un acteur incontournable du duel pour préserver les indices climatiques en place.

« C’est un partenaire qui prend au sérieux la menace posée par le changement climatique », a déclaré Sassoli à propos du président Joe Biden. Sous son mandat, il reviendra sur le côté écologique qu’il avait sous l’ère Barack Obama et qu’il a laissé avec Donald Trump et son déni du réchauffement climatique.

Sous Obama, le pays a été l’un des moteurs de la signature de l’Accord de Paris, mais avec l’administration Trump, la nation a radicalement changé sa position et s’est retirée unilatéralement du pacte climatique.

Les États-Unis sont l’un de ceux qui ont pris l’initiative le plus intensément, du moins en théorie, après avoir annoncé le projet de réduire de 50 % les émissions de méthane d’ici 2030 et d’augmenter ce nombre au fil du temps.

La Chine ne voyage pas et défendra virtuellement ses propositions

Le président chinois Xi Jinping était l’un des grands absents du G20 qui s’est tenu à Rome. C’était le premier sommet mondial post-pandémique qui pouvait se tenir en personne. Cependant, le président du géant asiatique ne faisait pas partie de la délégation et est apparu à distance.

Maintenant, à Glasgow, la même chose se produira après avoir demandé aux membres du G20 lors de la comparution de samedi d’être « un exemple » dans la réduction des émissions de carbone après avoir déclaré que la Chine était déjà dans la « transition verte ».

Parmi les objectifs environnementaux chinois figure l’« effort » pour réduire les émissions de CO2 à zéro d’ici 2060.

Une autre victime est le président russe Vladimir Poutine, qui a demandé à distance aux dirigeants du G20 d’accélérer la reconnaissance mutuelle des vaccins Covid-19. En matière d’environnement, Poutine interviendra également en visioconférence lors de la COP26. Le président avait déclaré être conscient « de l’importance » de lutter contre la crise climatique et engagé la Russie, quatrième pays aux émissions de gaz à effet de serre les plus élevées, à atteindre la neutralité en 2060.

Qui ne sera pas non plus la reine Elizabeth II après ce vendredi dernier Le palais de Buckingham a annoncé que le monarque aura deux semaines de repos par précaution médicale. De cette façon, vous ne pourrez pas accueillir le sommet qui se tiendra en Écosse sous le drapeau du Royaume-Uni.

Des militants écologistes sont descendus dans les rues de Glasgow à l’approche de la COP26

Des militants écologistes sont également sur le sol britannique pour exiger des dirigeants mondiaux des décisions concrètes afin de prévenir les effets dévastateurs d’un réchauffement climatique incontrôlable.

Ce samedi, six marches différentes ont convergé dans le centre de l’Écosse – parmi lesquelles celles promues par le mouvement Extinction Rebellion, Ecologists in Action et l’Alliance for Climate Emergency – auxquelles ont participé des centaines de personnes à la veille du sommet.

Par ailleurs, s’est achevée la ‘Marche à Glasgow pour le climat’, le pèlerinage des militants qui ont parcouru 1000 kilomètres à pied de Saragosse à la capitale écossaise pour demander aux politiciens de prendre note des urgences environnementales.

Enfin, la jeune suédoise Greta Thunberg est également arrivée au rendez-vous. Elle a été accueillie par une grande masse de manifestants qui l’attendaient à la gare de Glasgow.

Avec EFE et Reuters