Ecologie

la menace d’incendies de forêts « catastrophiques » grandit à travers la planète

Le rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a appelé les gouvernements à repenser les dépenses consacrées aux incendies de forêt, leur recommandant d’allouer 45 % de leur budget à la prévention et à la préparation, 34 % à la lutte contre les incendies et 20 % au rétablissement.

Le changement climatique et les schémas abrupts d’utilisation des terres signifient qu’au cours des prochaines décennies, il y aura davantage d’incendies de forêt dans de grandes parties du monde, avec une augmentation estimée à 30 % d’ici 2050 et à plus de 50 % d’ici la fin du siècle, selon un Rapport des Nations Unies publié ce mercredi 23 février.

Selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement et le groupe de communication environnementale GRID-Arendal, les incendies éclair causeront des problèmes que les gouvernements ne sont pas prêts à gérer, tels que des pics de pollution dus à une fumée malsaine.

Toute une chaîne qui se traduit par des défis à résoudre par les leaders mondiaux : la pollution atmosphérique qui entraîne des problèmes de santé, principalement pour le système respiratoire ; menace de disparition des arbres qui produisent de l’humidité et des températures plus basses en été et de possibles pertes d’emplois pour les personnes qui vivent à proximité.

De même, l’étude indique que l’ouest des États-Unis, le nord de la Sibérie, le centre de l’Inde et l’est de l’Australie souffrent déjà de plus d’incendies et prévient que les zones qui étaient auparavant considérées comme à l’abri des flammes monumentales « ne seront plus immunisé », y compris les territoires à basse température comme l’Arctique.

Les forêts tropicales d’Indonésie et du sud de l’Amazonie d’Amérique du Sud sont également sensibles à une augmentation des incendies de forêt, soulignent les experts.


Image de fichier - Les pompiers regardent un incendie brûler près des maisons lors de l'incendie de la station à La Crescenta, en Californie, le mardi 1er septembre 2009.
Image de fichier – Les pompiers regardent un incendie brûler près des maisons lors de l’incendie de la station à La Crescenta, en Californie, le mardi 1er septembre 2009. © Jae C.Hong / AP

« Les feux de brousse incontrôlables et dévastateurs deviennent une partie attendue des calendriers saisonniers dans de nombreuses régions du monde », a déclaré Andrew Sullivan de l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth en Australie, l’un des auteurs du rapport.

Pourquoi les incendies de forêt augmentent-ils ?

L’ampleur et le caractère destructeur des incendies de forêt – qu’ils soient allumés intentionnellement, accidentellement ou par des phénomènes naturels – dépendent largement de trois facteurs : les conditions météorologiques, la quantité de combustible disponible pour brûler et l’endroit où ils brûlent.

Le PNUE décrit également un « cycle d’aggravation » qui se répète sans fin : les conséquences d’un changement climatique avancé entraînent davantage de sécheresse et des températures plus élevées, ce qui facilite le déclenchement et la propagation des incendies ; les grandes torches et les panaches de fumée sont responsables de la libération de carbone dans l’atmosphère, ce qui finit par contribuer au changement climatique implacable.

« Le réchauffement climatique transforme les paysages en poudrières, tandis que des conditions météorologiques plus extrêmes signifient des vents plus forts, plus chauds et plus secs pour attiser les flammes », prévient le rapport.


Des maisons sont incendiées par un incendie de forêt alimenté par des vents violents, forçant l'évacuation de la banlieue supérieure de la ville de Boulder, Colorado, États-Unis, le 30 décembre 2021.
Des maisons sont incendiées par un incendie de forêt alimenté par des vents violents, forçant l’évacuation de la banlieue supérieure de la ville de Boulder, Colorado, États-Unis, le 30 décembre 2021. © Eric Anglais/ Reuters

Un autre endroit où la menace d’incendie devrait augmenter est dans les forêts tropicales. Certains d’entre eux pourraient être très nocifs car la production de flammes dans ces écosystèmes n’est pas « quelque chose de naturel » et ils causent de nombreuses difficultés pour leur récupération.

« Il n’est pas normal que des incendies se déclarent dans les forêts tropicales humides », déclare Glynis Humphrey, spécialiste de la conservation des plantes à l’Université du Cap et auteur du rapport.

Comment répartir les ressources pour lutter contre les incendies ?

Pour les chercheurs de l’ONU, certains pays continuent de consacrer trop de temps et d’argent à la lutte contre les incendies et pas assez à leur prévention.

« Dans de nombreuses régions du monde, la plupart des ressources sont consacrées à la réponse, axée sur le court terme », a déclaré Paulo Fernandes, auteur du rapport du PNUE et spécialiste des incendies à l’Université de Trás-os-Montes y Alto Douro au Portugal.

Selon le rapport, rien qu’aux États-Unis, le fardeau économique des incendies de forêt s’élève à 347 000 millions de dollars par an, ce qui se traduit par de l’argent pour les dommages et les pertes causés par les flammes, jusqu’au soutien coûteux de l’ensemble du réseau de pompiers qui répond à urgences.

Les incendies qui ont frappé la province argentine de Corrientes depuis décembre ont fait des ravages, tuant la faune dans le parc national d’Iberá, carbonisant les pâturages et le bétail et décimant des cultures telles que le yerba mate, les fruits et le riz. Les pertes ont déjà dépassé 234 millions de dollars, selon la Société rurale argentine.

« Cela affecte les emplois et les finances des gens », a déclaré Humphrey. « Il est essentiel que le feu soit dans la même catégorie de gestion des catastrophes que les inondations et les sécheresses. C’est absolument essentiel », a-t-il ajouté.

Lutter contre l’abattage des arbres, la déforestation et promouvoir la préservation des ressources naturelles est présenté comme l’une des principales solutions à long terme pour réduire les menaces implacables que représentent les incendies de forêt pour l’humanité.

Avec AP et Reuters