Economie

Polémique sur la viande en Argentine: le gouvernement suspend les exportations et les producteurs annoncent une grève

Avec la suspension, pendant un mois, des ventes externes de viande bovine, le gouvernement d’Alberto Fernández entend faire face à la flambée des prix intérieurs. Les entités agricoles menaçaient de se mettre en grève depuis jeudi 20 mai.

La chose la plus importante dans une famille argentine se passe généralement autour d’un grill avec du bœuf. Mais ce produit central de l’alimentation locale est désormais au centre d’un conflit entre le gouvernement et les éleveurs.

L’indice des prix à la consommation dans un pays déjà inflationniste a grimpé de 46,3% au cours des 12 derniers mois jusqu’en avril. Rien que ce mois-ci, le prix de la viande a augmenté encore plus, de 65,3%, a déclaré l’Institut argentin pour la promotion de la viande (IPCVA).

Pour contenir la progression rapide des prix de ce produit, l’exécutif a annoncé la suspension pour 30 jours de ses exportations, décision présentée à la presse locale par le président Alberto Fernández comme une « mesure d’urgence » pour « remettre de l’ordre dans le secteur., restreindre les pratiques spéculatives et éviter la fraude fiscale dans le commerce extérieur « .

Immédiatement, la Commission de liaison des entités agricoles, qui représente les producteurs et les entreprises agricoles, a déclaré «l’arrêt de toutes les catégories de commerce du bétail» de minuit jeudi au 28 mai.


La mesure gouvernementale n’aurait probablement pas suscité un tel niveau de controverse, n’eût été du fait que les ventes de viande de bœuf à l’étranger sont l’un des moteurs de son économie.

L’Argentine est le cinquième produit et le quatrième exportateur mondial, après le Brésil, l’Australie et l’Inde. En 2020, ses ventes à l’étranger, principalement vers la Chine, étaient de 819000 tonnes, selon le ministère de l’Agriculture des États-Unis. En échange, le pays a reçu 3 368 millions de dollars.

Mais le bœuf n’est pas seulement l’une des plus importantes sources de devises dans ce pays. C’est également un aliment de base de l’alimentation argentine. En fait, l’Argentine est le principal consommateur de ce type de viande par habitant dans le monde, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

La consommation de viande bovine est cependant passée de 69,3 kilos par personne et par an en 2009 à 49,2 kilos en moyenne aujourd’hui, selon la Chambre de l’industrie et du commerce de la viande et des produits dérivés (CICCRA).

Ce n’est pas la première fois que l’industrie agricole se met en grève pour protester contre les mesures gouvernementales.

Une grève de quatre mois a été organisée en 2008 lorsque la présidente de l’époque, Cristina Kirchner, actuelle vice-présidente, a annoncé un plan visant à augmenter les taxes sur les exportations. Mais la tension s’est apaisée lorsque l’initiative a finalement été rejetée par le Congrès.

Avec AFP, Reuters, EFE et AP

gestioninclusive@gmail.com