La France

Ils permettent des terrasses en France, qui lance un plan de réouverture

A partir de ce 19 mai, les Français reviennent peu à peu sur les terrasses des cafés et restaurants, après six mois de restrictions et plus d’un an de pandémie. La mesure, qui vise à réactiver l’économie et à ouvrir les loisirs aux citoyens, couvre également les sites culturels et les commerces. Par ailleurs, l’Union européenne se prépare à accueillir les touristes vaccinés et l’Inde a connu un autre bilan record de décès dû au virus.

Les campagnes de vaccination commencent à porter leurs fruits dans divers territoires du monde, avec des ouvertures progressives et la levée des restrictions qui sont venues et disparues depuis plus d’un an en raison de la pandémie de Covid-19. Mais ces avancées sont disparates, car si certaines puissances célèbrent les faibles niveaux d’infections et de décès, d’autres pays agissent avec prudence en l’absence de vaccins pour immuniser leur population.

Dans le monde, 164 millions d’infections ont été confirmées et 3,4 millions de personnes sont décédées du virus. Selon Our World In Data, plus de 720 millions de personnes ont reçu au moins une dose du vaccin contre le coronavirus.

Suivez ici quelques-unes des nouvelles les plus pertinentes sur la pandémie du 19 mai:

  • La France ouvre ses terrasses traditionnelles, premier signe de réouverture

Certains propriétaires de cafés et de restaurants se préparent depuis des jours à recevoir leurs clients, et bien que de la pluie soit prévue dans une grande partie du pays, les citoyens ont déjà épuisé les réservations. C’est l’excitation pour ce retour à «la vie, la vraie», raconte Amélie, une parisienne de 32 ans.

Les autorités redonnent progressivement la «liberté» à leurs citoyens, après six mois de restrictions à la mobilité. Le couvre-feu en France passe de 19h00 à 21h00. Les cinémas sont également ouverts, avec une capacité limitée à 35% de leur capacité, ainsi que les musées, qui doivent restreindre les entrées pour qu’il y ait huit mètres carrés par visiteur.

Les visiteurs se promènent dans le musée du Louvre à Paris alors que les sites culturels rouvrent pour la première fois en près de 200 jours.
Les visiteurs se promènent dans le musée du Louvre à Paris alors que les sites culturels rouvrent pour la première fois en près de 200 jours. © Thibault Camus, AP

Si la situation face à la pandémie s’est améliorée en France, le gouvernement insiste pour que la garde ne soit pas abaissée. Il est à noter que sur plus de 67 millions d’habitants, 5,88 millions ont contracté le virus et 108 000 personnes sont décédées, l’un des pires chiffres d’Europe.

Cependant, les décès, les admissions aux USI et les infections sont en baisse, c’est pourquoi ils peuvent poursuivre le plan de désescalade. Ceci, grâce à un plan de vaccination efficace: environ 40% de la population adulte du pays a déjà reçu au moins une dose du vaccin Covid-19.

  • L’Union européenne se prépare à recevoir les touristes vaccinés

Bonne nouvelle pour les voyageurs invétérés. Les 27 de l’Union européenne ont convenu ce mercredi de rouvrir leur frontière aux touristes vaccinés contre Covid-19, dans des pays qui ont l’agrément de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Pfizer / BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen sont les vaccins homologués par le bloc. Cependant, la liste pourrait être étendue à d’autres vaccins reconnus par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’obligation pour les voyageurs d’entrer sur ce territoire est que le calendrier de vaccination complet ait été administré au moins 14 jours avant leur voyage. Celle-ci a été établie par les Etats lors d’une réunion au niveau des ambassadeurs à Bruxelles, bien qu’elle doive être officialisée au niveau des ministres. Il devrait avoir lieu ce jeudi lors d’une réunion prévue des responsables du commerce et entrera en vigueur dès sa publication au Journal officiel de l’Union européenne.


Pour le moment, les pays de l’UE ont une liste réduite de pays auxquels ils ouvrent leurs frontières, considérant qu’ils ne présentent pas de risque, car leur situation épidémiologique est la même ou meilleure qu’en Europe.

Les itinéraires avec départ ou arrivée vers l’Australie, Israël, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Corée du Sud, Singapour, la Thaïlande et la Chine sont autorisés, bien que dans ce dernier cas, ils soient soumis à la condition de réciprocité que Pékin ne respecte pas pour le moment.

Malgré le fait qu’il existe des pays qui ont une vaccination efficace, reflétée dans la diminution des cas et des décès, le virus est toujours en vigueur, et donc chaque pays doit rester prudent dans son processus de réouverture, recommande l’OMS.

  • Inde: le nombre de morts dépasse les 4500 cas quotidiens pour la première fois

Ce mercredi, il y avait un nouveau record du nombre de morts en Inde, qui pour la première fois a dépassé la barrière quotidienne de 4500, ajoutant un total de près de 300000 décès depuis que le premier cas de coronavirus a été enregistré.

Le système de santé indien s’est effondré. Le manque d’oxygène, de lits de soins intensifs et de médicaments aggrave une crise sans précédent, et bien que la communauté internationale les aide, cela semble ne pas avoir de fin.

Chaque cause a un effet, et dans ce cas, l’effet est que le Premier ministre, Narendra Modi, a perdu l’approbation des citoyens. En fait, il est tombé à 63%, son plus bas niveau depuis que la société de données américaine Morning Consult a commencé à suivre sa popularité en août 2019. La grosse baisse, cependant, est survenue en avril lorsque son approbation nette a chuté. est devenu incontrôlable.

Photo d'archive du Premier ministre indien Narendra Modi s'adressant à une foule à Ahmedabad.  12 mars 2021.
Photo d’archive du Premier ministre indien Narendra Modi s’adressant à une foule à Ahmedabad. 12 mars 2021. © REUTERS / Amit Dave

De manière générale, la situation a révélé le manque de préparation des dirigeants pour faire face à la pandémie. Sur les 164 millions d’infections dans le monde, 25,5 millions se sont produites en Inde, une statistique alarmante.

Avec Reuters et EFE

gestioninclusive@gmail.com