La France

Plusieurs pays mettent en garde contre la « rupture de l’ordre démocratique » au Nicaragua

Au total, huit pays, dont les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, ont mis en garde contre la situation au Nicaragua, un pays qui connaît une « situation extraordinaire de détérioration de l’État de droit, de l’ordre constitutionnel et de l’effondrement de ses institutions démocratiques ».

Dans une déclaration conjointe, également signée par le Canada, le Chili, la Colombie, l’Équateur et la République dominicaine, ces nations ont expliqué que la situation décrite ci-dessus est matérialisée par « des détentions, du harcèlement et des restrictions arbitraires » qui affectent « considérablement » la participation politique et la le respect et la garantie des Droits de l’Homme.

En ce sens, ils ont rejeté « l’intimidation et la menace » envers les membres de l’opposition, la presse et les défenseurs des droits humains, ainsi que les « pratiques restrictives » de la participation politique. Ainsi, ils ont appelé à la « libération immédiate » et à la « restitution des droits politiques des dirigeants détenus sans procédure régulière, conformément aux normes internationales, et à la « cessation immédiate » du « harcèlement » de ces groupes.

Ils ont également demandé au gouvernement du Nicaragua de garantir « pleinement » la « jouissance de la liberté d’expression, de réunion, d’association et le droit à la participation politique », tous « essentiels » pendant le processus électoral, pour permettre des élections libres et transparentes. , équitable et avec des observateurs internationaux.

En référence aux élections, ces pays ont réaffirmé que les mesures adoptées par l’exécutif nicaraguayen « ne remplissent pas les conditions nécessaires » pour la tenue d’un processus électoral libre et équitable, ce qui « remet en cause la validité et la légitimité des élections de novembre, car actuellement organisé. »

Par conséquent, ils ont exhorté l’État nicaraguayen à mettre en œuvre des mesures législatives et institutionnelles conformes aux normes internationales applicables pour réaliser des élections libres, justes, transparentes et crédibles, tout comme les Nicaraguayens « le méritent ».

Ils font notamment allusion à la réforme électorale approuvée en mai 2021, qui « ne répond pas aux exigences de l’opposition, de la société civile et de la communauté internationale en n’incorporant pas de garde-fous pour garantir l’impartialité des autorités électorales ».

En ce sens, ils ont également demandé à la communauté internationale de promouvoir l’observation du processus électoral de manière « impartiale » pour permettre la participation de tous les candidats, partis politiques et médias qui ont fait l’objet de restrictions.

« Nous exhortons le Nicaragua à s’engager avec la communauté internationale et à tirer parti de l’assistance technique multilatérale et régionale, afin d’aider à rétablir le dialogue et à renouveler la confiance dans la démocratie », ont-ils conclu.