La France

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, brigue la présidence française pour 2022

L’annonce a été faite ce dimanche par Anne Hidalgo elle-même originaire de la région Normandie, dans le nord du pays. Sa confirmation a mis fin aux mois au cours desquels il était supposé qu’il briguerait l’investiture socialiste et aussi les années au cours desquelles Hidalgo elle-même a affirmé que le conseil municipal de Paris ne servirait pas de tremplin pour le poste le plus élevé du pays.

Hidalgo, 62 ans, qui a été réélue pour un second mandat à la mairie de Paris l’année dernière, a été à la fois applaudie et vilipendée pour sa gestion verte de la capitale française, qui a poussé les automobilistes hors du centre-ville pour privilégier les pistes cyclables et les espaces verts. .

Aux yeux du monde, le mandat d’Hidalgo à la mairie de Paris a traversé une période de défis exceptionnels pour la ville : une série d’attentats terroristes dévastateurs en 2015, d’énormes protestations des gilets jaunes contre le gouvernement, l’enfer catastrophique de 2019 en La cathédrale Notre-Dame et la pandémie de Covid-19, encore plus effrayante pour une capitale mondiale du tourisme.

Cependant, il y a aussi eu de brillants triomphes : le sommet COP21 où l’Accord de Paris sur le climat a été généré en 2015 et la candidature réussie de la ville pour accueillir les Jeux olympiques de 2024. Hidalgo a récemment pris la scène mondiale au Japon, où il a accepté les drapeaux des Jeux olympiques et paralympiques à les cérémonies de clôture de Tokyo 2020.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, brandit le drapeau olympique lors de la cérémonie de clôture à Tokyo, au Japon, le 8 août 2021.
La maire de Paris, Anne Hidalgo, brandit le drapeau olympique lors de la cérémonie de clôture à Tokyo, au Japon, le 8 août 2021. © Amr Abdallah Dals / Reuters

Social-démocrate autoproclamé, Hidalgo entre officiellement dans la course présidentielle française comme l’un des prétendants les plus immédiatement reconnaissables, dans un champ fracturé de gauchistes disparates. Chacun aspire à échanger des mois de sondages et d’opinions d’experts qui ont montré que les sondages d’avril prochain sont plus susceptibles de pencher vers la droite du centre politique français. En attendant, le rêve que nourrissent certains gauchistes de voir un seul de leurs candidats se battre pour le pouvoir semble de plus en plus lointain.

Alors que le centriste Emmanuel Macron, qui n’a pas encore officiellement déclaré sa candidature à sa réélection, et la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen ont longtemps dominé les sondages avant les élections de 2022, les candidats conservateurs Les Républicains se sont-ils maintenus à la troisième place des les intentions de vote. Dans les sondages spéculatifs, quant à lui, Hidalgo a chuté entre 7% et 9%

Mais avant de pouvoir envisager de donner son avis sur la course finale, Hidalgo doit d’abord remporter l’investiture socialiste. Le Parti socialiste, encore peiné par une défaite dévastatrice en 2017 lorsque le candidat du parti Benoît Hamon n’a obtenu que 6,36 % des voix au premier tour et a terminé cinquième, a promis de choisir son candidat au moyen d’un vote interne d’environ 50 000 électeurs. Celui-ci aura lieu quelque temps après votre convention de match les 17 et 18 septembre.

Pour peaufiner son attractivité et se débarrasser de toute association élitiste à Paris, Hidalgo n’a pas annoncé sa candidature dans la capitale, mais depuis la ville normande de Rouen. Cette décision intervient après avoir passé le printemps et l’été à visiter des lieux à travers le pays pour se préparer à l’avenir.

En fait, comme le dit l’Andalou Hidalgo, l’étiquette élitiste de Paris est myope. Après tout, il dit être « monté » dans la capitale « pour travailler, comme beaucoup de Parisiens ».

La famille d’Hidalgo a fui l’Espagne de Franco

« Je suis né en Espagne d’un père électricien et d’une mère couturière », a-t-il déclaré à l’agence AFP. Elle est née Ana María Hidalgo Aleu à San Fernando, près de Cadix, en 1959. À l’âge de deux ans et demi, sa famille déménage dans un quartier populaire de Lyon. Naturalisée avec sa famille en 1973, Ana, 14 ans, adopte officiellement le prénom français Anne.

« Je ne fais pas partie de ces gens qui sont nés dans les centres du pouvoir », a-t-il déclaré. « J’ai pu bénéficier de cette promesse républicaine… de cette réelle égalité à travers l’école. »

« Maintenant, je constate avec tristesse que s’il était arrivé en France aujourd’hui, dans les mêmes conditions, il n’aurait pas les mêmes opportunités », a-t-il déclaré en attribuant ce constat à la motivation de sa candidature à la présidence.

Cette photo prise en 1962 montre Anne Hidalgo (2e en partant de la droite) avec sa sœur Marie (2e en partant de la gauche) et ses parents María (en partant de la gauche) et Antonio place Bellecourt à Lyon.
Cette photo prise en 1962 montre Anne Hidalgo (2e en partant de la droite) avec sa sœur Marie (2e en partant de la gauche) et ses parents María (en partant de la gauche) et Antonio place Bellecourt à Lyon. © AFP Photo, courtoisie de la famille

Hidalgo ne serait pas le premier maire de Paris à franchir le pas de la tête de la capitale française à la tête du pays. L’ancien président Jacques Chirac a accompli l’exploit en 1995, lorsqu’après 17 ans au conseil municipal de Paris, il s’installe à l’Elysée. Pour le reste, le curriculum vitae de Chirac l’avait préparé à la plus haute fonction de France : le conservateur avait auparavant servi au parlement, au cabinet et deux fois premier ministre, dont deux ans dans les années 1980 où il conservait son poste de maire de Paris, même en dirigeant le gouvernement français.

Mais Hidalgo est convaincue que son propre CV la prépare bien pour la première place. Après tout, la capitale française, avec un budget annuel de plus de 10 milliards d’euros et quelque 50 000 salariés, est une énorme machine administrative. « Il n’y a pas beaucoup de candidats ayant une expérience en gestion à ce niveau », a-t-il déclaré.

Hidalgo, inspecteur en santé et sécurité de profession, a travaillé au cabinet de la ministre de l’Emploi Martine Aubry entre 1997 et 2002, lorsque Aubry était chargé de déployer les 35 heures françaises alors controversées.

Hidalgo a été élue au conseil municipal de Paris en 2001. Elle a rapidement été nommée première adjointe du maire socialiste Bertrand Delanöe, et a remplacé en 2002 son patron après que Delanoë a été poignardé par un agresseur homophobe lors des festivités de la « Nuit Blanche » de la ville.

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, et sa première adjointe, Anne Hidalgo, à la mairie de Paris le 8 janvier 2003.
Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, et sa première adjointe, Anne Hidalgo, à la mairie de Paris le 8 janvier 2003. © Philippe Desmazes, AFP

Après deux mandats comme bras droit et ombre de Delanöe, Hidalgo lui a succédé à la mairie en 2014. Puis, en 2020, Hidalgo a de nouveau gagné, gâchant les pronostics électoraux qui ont vu sa réélection improbable, avec les socialistes au pouvoir aux côtés des Verts, communistes et autres gauchistes.

En tant que maire, Hidalgo a guidé des politiques environnementales controversées et en a fait une réalité. Parmi eux, la piétonnisation de la route longeant la Seine qui a servi de répit temporaire aux automobiles lors de l’événement annuel « Paris Plages », lancé sous le commandement de Delanoë.

L’année dernière, elle a profité de la pandémie de Covid-19 pour redoubler d’efforts et aménager de nouvelles pistes cyclables dans toute la ville. La mairie d’Hidalgo a récemment abaissé les limitations de vitesse à 30 km/h dans tout Paris, imposé des frais de stationnement dissuasifs aux scooters et motos non électriques, et annoncé l’interdiction des véhicules diesel à Paris d’ici 2024.


Elle a été dénigrée pour ses propositions par les automobilistes parisiens, ainsi que par les automobilistes de l’agglomération parisienne qui empruntent les routes de la capitale mais n’ont pas voix au chapitre dans les urnes à la mairie.

Les critiques se plaignent du raisonnement derrière la vision éco-responsable d’Hidalgo pour Paris : un déclin de l’attrait esthétique de la Ville Lumière. Le hashtag #saccageparis (naufrage de Paris) est devenu un slogan viral sur les réseaux sociaux, souvent accompagné de photos de rues délabrées de Paris, de jardins envahis par la végétation, de négligence de la part des conducteurs de scooters électriques et de saleté générale sur les trottoirs.

Les Parisiens de banlieue, qui ont manifesté leur mécontentement envers les opérations d’Hidalgo, et des dizaines de millions d’électeurs français pourraient enfin se faire entendre alors qu’elle se concentre sur le bureau national, s’engageant à faire d’une « transition écologique, la transformation de notre modèle économique et énergétique » une pierre angulaire de sa campagne présidentielle.

« J’ai été caricaturé comme ‘anti-voiture’ alors qu’en fait je suis anti-pollution », écrit-il dans son prochain livre « Une femme française », qui paraîtra mercredi prochain.

Le penchant écologique d’Hidalgo se répand, du moins au sein de sa propre famille. Arthur, son plus jeune de trois enfants et nageur de compétition, est devenu le plus jeune à traverser la Manche en 2018 à 16 ans. Il a nagé les 784 km de Seine cet été pour sensibiliser à la pollution de l’eau. La maire était présente, avec les médias, pour embrasser son fils au bord du fleuve lors de l’étape de son déplacement à Paris le 3 juillet.


Le nouveau livre d’Hidalgo, stratégiquement programmé, abordera également les priorités qu’elle avait pour exercer son rôle de maire. Dans un passage publié vendredi par l’AFP, Hidalgo a par exemple appelé à un « grand mouvement d’augmentation des salaires » dans le secteur de l’éducation à toute personne ayant des contacts avec des étudiants, estimant « possible, au cours d’un quinquennat, à au moins le double du salaire de tout le monde. » Ou, pour commencer, aligner le salaire de départ des nouveaux professeurs sur le salaire médian des titulaires d’un master », a-t-il écrit.

Ce plan n’est pas bon marché, reconnaît Hidalgo, qui a résisté aux critiques du conseil municipal de Paris pour sa gestion fiscale au niveau municipal, mais l’aspirant candidat socialiste « assume ses responsabilités ». « C’est le prix à payer pour transformer l’éducation et réduire le nombre de « décrochages », argumente-t-il.

Habitué à la critique, Hidalgo a également été critiqué pour son tempérament, qu’il a dit un jour être « comme celui de mon père, explosif ». Mais ses défauts l’encouragent, suggérant qu’elle est enracinée dans le sexisme. « Je connais le fossé qui existe entre qui je suis vraiment et comment je suis perçu », écrivait-il dans son précédent livre, « Respirer » (Respirer) de 2018. « L’autorité d’un homme devient l’autoritarisme d’une femme », a fait valoir Hidalgo, trois ans avant de se lancer dans la carrière dans laquelle elle aspire à devenir la première femme présidente de France.

Cet article a été adapté de son original en anglais