La France

Plus de 30 migrants tués après le naufrage d’un navire au large de Calais

Plus de 30 migrants sont morts après le naufrage du bateau dans lequel ils traversaient la Manche, de la France au Royaume-Uni, mercredi 24 novembre. Le président français Emmanuel Macron a promis de retrouver les responsables du drame, tandis que son homologue britannique, Boris Johnson, a annoncé une réunion d’urgence.

Au moins 31 personnes traversant la Manche à destination du Royaume-Uni sont mortes ce mercredi 24 novembre dans un naufrage près des côtes nord de la France, a déclaré à la presse le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Selon le responsable, parmi les morts, il y a cinq femmes et une fille et deux personnes pourraient être secourues par les équipes de secours qui étaient présentes sur le site du naufrage.

Les garde-côtes locaux ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas encore confirmer le nombre de morts et ont confirmé qu’ils avaient trouvé environ 20 personnes dans l’eau, dont seulement deux étaient au courant.

La préfecture maritime de la Manche a décrit la tragédie comme le « pire accident » du genre pour les migrants tentant d’atteindre le Royaume-Uni. En réaction, le Premier ministre britannique Boris Johnson présidera ce mercredi une réunion d’urgence, selon son porte-parole.


Emmanuel Macron promet de trouver les coupables du drame

Le président français Emmanuel Macron a assuré que la France ne permettrait pas au Canal de devenir un « cimetière » et a promis de découvrir qui était responsable de la situation.

« Ce sont les valeurs les plus profondes de l’Europe, l’humanisme, le respect de la dignité de chaque personne, ceux qui sont en deuil », a déclaré le président, qui a appelé à un sommet européen d’urgence sur les migrations.

Le Premier ministre français Jean Castex a qualifié ce qui s’est passé de « tragédie ». « J’adresse mes pensées aux nombreux disparus et blessés, victimes de trafiquants criminels qui exploitent le désespoir et la misère des immigrés », a-t-il déclaré sur Twitter.

De son côté, le ministre français de l’Intérieur s’est rendu dans la ville de Calais, dans le nord du pays. « Forte émotion devant le drame des nombreux décès dus au chavirement d’un bateau de migrants dans la Manche », a écrit Gérald Darmanin dans un tweet.

« Le caractère criminel des passeurs qui organisent ces traversées ne peut être surestimé », a ajouté le responsable, qui a indiqué que quatre personnes soupçonnées d’être « directement liées » à l’accident avaient été interpellées.

Des trafiquants auraient profité des bonnes conditions de mer pour quitter les côtes de France

Les nationalités des victimes et les circonstances exactes de l’accident n’ont pas été divulguées. Cependant, deux hélicoptères et trois canots de sauvetage étaient sur les lieux, selon les autorités locales.

Le parquet de Dunkerque a également indiqué qu’une enquête avait été ouverte pour « aide à l’entrée et au séjour irréguliers en bande organisée » et « homicide aggravé ».

Les autorités locales avaient précédemment mentionné que cinq migrants s'étaient noyés, mais que le nombre augmenterait probablement car plusieurs des personnes secourues étaient dans un état grave.

Les autorités locales avaient précédemment mentionné que cinq migrants s’étaient noyés, mais que le nombre augmenterait probablement car plusieurs des personnes secourues étaient dans un état grave. © Gonzalo Fuentes / Reuters

Un pêcheur, Nicolas Margolle, a déclaré à l’agence de presse Reuters avoir aperçu mercredi matin deux petits bateaux, l’un avec des personnes à bord et l’autre vide. Il a ajouté qu’un autre pêcheur avait appelé l’opération de sauvetage après avoir vu un bateau vide et 15 personnes flotter à proximité, immobiles.

La tension migratoire continue à Calais

Le drame intervient à un moment de regain de tension migratoire à Calais et ses environs, après les pics de 2015 et 2016. Au cours des dix premiers mois de cette année, 24 655 personnes ont tenté de traverser irrégulièrement la Manche par voie maritime pour rejoindre les États-Unis. Royaume, alors qu’en 2020, il y en avait eu 9 551.

Le gouvernement britannique a accepté de verser à la France 62,7 millions d’euros pour renforcer la sécurité sur sa côte nord, mais estime que la situation reste « inacceptable ».

La Manche est l’une des routes maritimes les plus fréquentées au monde, malgré ses forts courants océaniques. Les bateaux surchargés restent souvent à peine à flot, laissés à la merci des vagues.

Avec l’AFP, l’EFE et Reuters