Economie

Petrobras augmente les prix du diesel pour la deuxième fois en deux mois malgré les critiques de Bolsonaro

Il y a à peine une semaine, le président brésilien avait exhorté la compagnie pétrolière nationale à ne plus augmenter les prix du carburant. Cependant, la société a décidé de s’en tenir à sa politique actuelle consistant à lier les prix intérieurs aux tarifs internationaux.

Le géant pétrolier étatique brésilien, Petrobras, accumule trois présidents en un peu plus d’un an, un changement promu depuis la présidence qui a eu un facteur commun : la politique des prix du carburant.

Le président Jair Bolsonaro a accusé à plusieurs reprises l’entreprise de faire des profits excessifs au détriment de l’intérêt public, et ses anciens dirigeants de ne pas en faire assez pour contenir les prix à la consommation.

Il y a tout juste deux mois, Petrobras a annoncé une augmentation de 7 % du prix du diesel, qui a coûté le travail à l’ancien PDG Joaquim Silva e Luna, qui n’était en poste que depuis un an et a été remplacé par José Mauro Coelho.

Dans sa dernière décision, la société a annoncé qu’elle augmenterait les prix, pour la deuxième fois en deux mois, de 8,9 %, à 4,91 reais (0,9580 $) le litre ; afin de s’adapter à un marché international de plus en plus tendu.

Il y a une semaine, le président brésilien avait exhorté l’entreprise à ne plus augmenter les prix du carburant, arguant que cela pourrait mettre le Brésil en faillite.


Hausse des prix, point de discorde entre Petrobras et Bolsonaro

Le départ des deux prédécesseurs de Coelho a été promu par Bolsonaro au milieu de différends sur les prix intérieurs du carburant, bien que la capacité du gouvernement à contrôler les prix se soit estompée ces dernières années à la lumière de ses nouvelles lois qui limitent ce pouvoir. .

La société a été critiquée par le chef de l’État pour avoir réalisé des milliards de dollars de bénéfices alors que les Brésiliens ressentent le pincement de la hausse des prix de l’essence.

En effet, sur le seul premier trimestre 2022, cette firme a obtenu des bénéfices nets de près de 9 milliards de dollars, une valeur 38 fois supérieure à celle du premier trimestre 2021 et la plus élevée pour un trimestre de toute son histoire.

Pour le nouveau PDG de Petrobras, « les inquiétudes du président Bolsonaro sont légitimes », mais « les dirigeants de Petrobras doivent suivre la stratégie de prix actuelle », qui lie les variations aux comportements internationaux.

Le gouvernement est le principal actionnaire de Petrobras et nomme la majorité des membres du conseil d’administration, mais la société compte 700 000 autres actionnaires minoritaires qui, a souligné l’exécutif, en bénéficient également.

Avec EFE et Reuters