Economie

Un mois de Brexit: qu’est-ce qui a changé d’un côté à l’autre de la Manche?

Ce 1er février 2020, marque un mois depuis la rupture entre le Royaume-Uni et l’Union européenne et la débâcle que les pires présages prédisaient ne s’est pas produite, mais les problèmes se sont multipliés sur plusieurs fronts.

À peine un mois s’est écoulé depuis que la séparation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne est devenue effective, qui, après de nombreux allers-retours, a fini par être amicale. Cependant, dans la pratique, tout ne se passe pas comme prévu par les nouveaux divorcés.

Les entreprises qui faisaient auparavant du commerce librement s’habituent à des contrôles frontaliers frustrants, ainsi qu’à des retards et des formalités administratives, qui ont fini par affecter directement leurs poches.

Selon la Manufacturers Guild Make UK, 60% des 189 entreprises manufacturières interrogées ont déclaré avoir subi une «perturbation importante» de leur activité depuis le 1er janvier.

Les exportateurs de viande britanniques affirment que certaines de leurs expéditions ont pourri dans des camions en attendant de coûteux contrôles sanitaires européens. À leur tour, les pêcheurs écossais ont protesté devant le Parlement pour ne pas être en mesure de vendre leurs produits sur le continent en raison de la paperasserie nouvelle et complexe.

Un faux pas qui a frappé l’Irlande du Nord, au cœur d’un divorce difficile

La dimension politique du divorce entre Londres et Bruxelles a montré ses premières fissures sur le flanc le plus fragile, l’Irlande du Nord.

Le vendredi 29 janvier, il a annoncé qu’il imposerait des contrôles à l’exportation de vaccins contre Covid-19, qui a immédiatement été perçu comme une menace pour empêcher l’envoi de doses au Royaume-Uni.

Mais le bloc communautaire a été contraint d’annuler l’annonce en quelques heures, car éviter les contrôles à la frontière entre l’Irlande (membre de l’Union européenne) et l’Irlande du Nord (région britannique), était le principal obstacle au cours des cinq années du Brexit. négociations.

Le gouvernement de Boris Johnson tente d’accentuer le positif

Le gouvernement britannique affirme que les problèmes survenus après le Brexit sont «normaux» et souligne que les embouteillages ne se sont pas accumulés dans les ports de la Manche.

Les partisans du Brexit affirment que tout inconvénient à court terme sera compensé par la liberté retrouvée de la Grande-Bretagne de définir son propre programme économique et de conclure des accords commerciaux dans le monde entier.

Lundi, le pays a demandé à rejoindre le Partenariat transpacifique global et progressiste, un bloc commercial de 11 pays, dont le Japon, Singapour, l’Australie, le Canada et le Mexique.

Avec AP, EFE et Reuters

gestioninclusive@gmail.com