Ecologie

Partout dans le monde, les manifestants réclament une action « audacieuse » contre la crise climatique

Dans le cadre d’une mobilisation mondiale contre le « manque de vitesse pour lutter contre le réchauffement climatique » lors du sommet de l’ONU sur le climat, la COP26, une deuxième journée de manifestations se déroule à Glasgow, alors que, depuis diverses villes du monde, plus de 200 événements sont prévues pour exiger une action immédiate pour arrêter le réchauffement climatique et apporter des solutions aux communautés déjà touchées par celui-ci.

Des milliers d’étudiants, de militants et de citoyens soucieux du climat sont partis samedi d’un parc de la capitale écossaise, Glasgow, pour défiler dans la ville accueillant la conférence des Nations Unies sur le climat, la COP26, et réclamer une « action mondiale ambitieuse ».

Les organisateurs des marches et la police ont déclaré que jusqu’à 50 000 personnes devaient manifester dans les rues jusqu’à ce qu’elles atteignent le Scottish Event Campus, le site du sommet, qui est soumis à de lourdes mesures de sécurité.

L’activiste belge Bram Deraedermaker a déclaré au micro de France 24 que « les jeunes ont montré ces dernières années et montrent encore aujourd’hui, qu’ils n’arrêteront pas tant que le changement (de politique) n’aura pas pris effet ».

« Ils font de nombreuses promesses, mais nous serons là pour que ces promesses se réalisent », a-t-il averti, remettant en question la véritable volonté des États de tenir leurs promesses une fois annoncées.

« Les manifestants demandent que la crise (climatique) cesse d’être traitée comme quelque chose de purement économique ou météorologique », a rapporté depuis Glasgow Marina Colorado, envoyée spéciale de France 24. « Les droits de l’homme et les inégalités sociales que cette crise provoque doivent être au centre de la conversation », a-t-il expliqué.

Les délégués de 196 pays se réunissent pour convenir de remplir les objectifs de l’Accord de Paris et de limiter l’augmentation de la température à 1,5 degré Celsius.

A mi-parcours des négociations, certains pays se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz avec des accords sur la neutralisation carbone, la fin du financement des énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon) et la réduction de 30% des émissions de méthane jusqu’en 2030.

Les promesses sont intervenues après une évaluation majeure qui a montré que les émissions mondiales de dioxyde de carbone devaient rebondir en 2021, aux niveaux d’avant Covid-19.

Des mesures difficiles à convaincre les écologistes

« Nous sommes nombreux à manifester aujourd’hui dans le monde pour exiger une action immédiate et sérieuse », a déclaré à l’agence de presse AFP la militante écossaise Mikaela Loach.

« Nous sommes clairs sur le fait que les mots ne suffisent pas et que la semaine prochaine de pourparlers devrait voir une augmentation sérieuse des plans concrets », a-t-il déclaré.

« Ils ne peuvent pas ignorer le consensus scientifique et ils ne peuvent pas nous ignorer », a déclaré Greta Thunberg. « Ce n’est plus une conférence sur le climat. C’est maintenant un festival mondial de greenwashing » critique.

Alors que de nombreux pays n’ont pas encore décidé de tourner le dos aux combustibles fossiles, la militante ougandaise pour la justice climatique Vanessa Nakate a plaidé pour l’abandon de la combustion de combustibles, principale cause de la hausse des températures mondiales.

« La crise climatique signifie la faim et la mort pour de nombreuses personnes dans mon pays et dans toute l’Afrique », a-t-il souligné.

Manifestations dans diverses villes du monde

En parallèle, ce même samedi, des répliques de la manifestation se tiennent dans 200 parties du monde, de Séoul à Rio de Janeiro, en passant par Manille, Mexico, Lisbonne, Los Angeles ou Nairobi.

Plus de 1 000 manifestants sont venus dans les villes australiennes de Sydney et Melbourne pour dénoncer les pourparlers en cours au sommet, les qualifiant de « farce » et qualifiant la position du Premier ministre du pays, Scott Morrison, de fervent défenseur de l’industrie minière. , de « honte absolue ».

« Plus de bla bla bla. Une vraie action climatique maintenant », pouvait-on lire sur une banderole lors d’une manifestation à Sydney. « Nous sommes ici pour exiger plus de notre gouvernement », a déclaré Georgia, l’un des manifestants, à l’agence de presse Reuters.

Ailleurs en Australie, plusieurs petits événements ont eu lieu. La manifestation de Melbourne était plus petite que celle de Sydney, avec seulement quelques centaines de personnes se rendant à un rassemblement qui mettait également en vedette un koala géant émettant des panaches de fumée et des manifestants déguisés en squelettes à vélo.

Pendant ce temps, à Séoul, la capitale sud-coréenne, quelque 500 manifestants sont descendus dans la rue pour exiger une action immédiate pour les communautés déjà touchées par les conséquences du réchauffement climatique.

La Corée du Sud dispose de peu de ressources énergétiques propres et dépend du charbon importé pour environ 40% de l’électricité qui alimente le pays, selon les chiffres de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Le pays vise à être neutre en carbone d’ici 2050, mais les militants locaux affirment que l’objectif ne peut être atteint sans davantage de changements structurels.

Les négociations sont encore loin d’atteindre les objectifs souhaités

Les pourparlers de la COP26 se poursuivront samedi avant de s’arrêter dimanche et de reprendre lundi.

Les pays doivent encore déterminer comment les engagements pris dans l’Accord de Paris fonctionneront dans la pratique, y compris les règles régissant les marchés du carbone, les délais communs et la transparence.

Un enfant tient une affiche alors que les gens protestent lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26), à Glasgow, en Écosse, le 6 novembre 2021.

Un enfant tient une affiche alors que les gens protestent lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26), à Glasgow, en Écosse, le 6 novembre 2021. REUTERS – YVES HERMAN

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement a signalé avant la COP26 que tous les plans pour 2030 placent la planète sur une trajectoire de 2,7 degrés Celsius d’ici la fin du siècle, et de 2,2 degrés Celsius si les objectifs de neutralité carbone.

Avec seulement 1,1 degré Celsius de réchauffement jusqu’à présent, les communautés du monde entier sont déjà confrontées à des incendies, des inondations, des sécheresses et des déplacements de plus en plus intenses, ainsi que des crises économiques causées par l’urgence climatique.

Selon l’AIE, pour être en ligne avec l’objectif de 1,5 degré Celsius, il faudrait – entre autres mesures – arrêter immédiatement tous les investissements dans les combustibles fossiles. Cependant, la plupart des gouvernements prévoient, au contraire, d’augmenter leur production.

Reuters, AFP et médias locaux