Première modification: Dernière modification:

Les catastrophes liées au climat sont la principale cause des déplacements internes: près de 25 millions de personnes ont dû quitter leur domicile en raison des inondations, des tempêtes, des incendies ou des sécheresses en 2019. Ce chiffre est trois fois plus élevé que celui de ceux qui ont fui leur domicile pour violence ou conflit armé. Bien que le risque de déplacement dû à des catastrophes naturelles soit de plus en plus courant en raison du réchauffement climatique, le terme "réfugié climatique" n'existe pas encore dans le droit international.

En 2019, il y a eu au total 33,4 millions de nouveaux déplacements internes (personnes qui ont dû quitter leur domicile, mais sont toujours dans le même pays) en raison de conflits ou de catastrophes. C'est le chiffre le plus élevé depuis 2012. La violence a causé 8,5 millions de nouveaux déplacements l'année dernière alors que près de 25 millions étaient dus à des catastrophes naturelles telles que des inondations, des tempêtes, des incendies ou des sécheresses, soit une augmentation de 48% par rapport à 2018. Sur les 24,9 millions de personnes déplacées par des catastrophes, moins d'un million de personnes ont été contraintes de se déplacer en raison de phénomènes tels que les tremblements de terre ou les volcans.

Près de 25 millions de personnes ont été déplacées par des catastrophes naturelles en 2019
Près de 25 millions de personnes ont été déplacées par des catastrophes naturelles en 2019 © France 24

Les catastrophes causées par les conditions météorologiques sont la principale cause des déplacements internes. Cependant, les personnes déplacées par le changement climatique ou les catastrophes naturelles ne sont pas considérées comme des réfugiés. Le terme réfugié climatique n'existe pas dans le droit international et n'est pas reconnu par le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés. Seule une personne "qui a traversé une frontière internationale par crainte fondée d'être persécuté pour des raisons de race, de religion, de nationalité, d'appartenance à un groupe social particulier ou d'opinion politique" est considérée comme réfugiée. Cependant, la ligne devient de plus en plus floue car les conditions climatiques provoquent ou aggravent le plus souvent des conflits violents à l'intérieur des pays.

Par région, les pays d'Asie de l'Est et du Pacifique suivis de ceux d'Asie du Sud sont ceux qui ont subi le plus de déplacements en raison des catastrophes climatiques. Près de 20 millions de personnes ont dû quitter leur domicile. Ces chiffres incluent les plus de cinq millions de personnes qui ont été évacuées de manière préventive en Inde et au Bangladesh par l'arrivée des cyclones Fani et Bulbul.

Les cinq pays les plus déplacés par des catastrophes naturelles en 2019. Source: Centre de surveillance des déplacements internes
Les cinq pays les plus déplacés par des catastrophes naturelles en 2019. Source: Centre de surveillance des déplacements internes © France 24

Sur le continent américain, un million et demi de personnes ont été touchées par des catastrophes naturelles et quelque six cent mille par la violence. La majorité des personnes déplacées par les événements climatiques, près d'un million, se trouvaient aux États-Unis, qui est le cinquième pays au monde avec le plus de personnes déplacées par le climat. Ces déplacements sont survenus à la suite de l'ouragan Dorian ou des incendies en Californie.

Selon le HCR, les risques de déplacement dus à des catastrophes naturelles ont doublé depuis 1970 et cette situation va empirer. 2019 a mis fin à la décennie la plus chaude jamais enregistrée, et l'organisation météorologique mondiale a averti plus tôt cette année que 2020 pourrait voir plus d'événements météorologiques extrêmes que par le passé, en raison d'une concentration croissante de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. qui contribuent au réchauffement climatique.

Chaque minute, 40 terrains de football dans la forêt tropicale disparaissent

Depuis 2017, le 22 juin, la Journée mondiale des forêts humides est célébrée. Une date qui, bien que non reconnue par l'ONU, est toujours cruciale pour l'avenir de la planète. Plus de la moitié des forêts tropicales se trouvent en Amérique latine et le Brésil abrite un tiers mondial de ces écosystèmes. L'Asie du Sud-Est et les îles du Pacifique en contiennent 25% et en Afrique de l'Ouest les 18% restants.

L'Amérique latine abrite plus de la moitié des forêts tropicales humides du monde, l'Asie du Sud-Est et les îles du Pacifique en contiennent 25% et en Afrique de l'Ouest les 18% restants.
L'Amérique latine abrite plus de la moitié des forêts tropicales du monde, l'Asie du Sud-Est et les îles du Pacifique en contiennent 25% et en Afrique de l'Ouest les 18% restants. © Wikimedia Commons

Ces écosystèmes absorbent et conservent le dioxyde de carbone, aident à réguler le climat mondial et sont le lieu où une grande partie de l'eau douce dont nous disposons est née. De plus, bien qu'ils ne couvrent que 2% de la surface de la planète Terre, ils abritent plus de la moitié des espèces végétales et animales du monde et sont à l'origine d'au moins un quart des ingrédients utilisés en médecine occidentale. .

Cependant, l'activité humaine détruit une grande partie des forêts tropicales du monde. Selon le Rainforest Partnership, une superficie équivalente à 40 terrains de football est perdue chaque minute en raison de l'exploitation forestière aveugle, de la conversion des terres en pâturages agricoles ou d'élevage ou des incendies de forêt qui, selon Mitch Anderson, directeur exécutif et fondateur de l'ONG Amazon Frontline " ce sont des incendies intentionnels, causés par une politique gouvernementale extractiviste, qui défait les réglementations environnementales et qui met fondamentalement en danger la santé et la survie des cultures et des vies indigènes, met en danger la forêt tropicale et met notre climat tout entier en danger (…) Ce cycle de déforestation, de devenir plus sec, conduit à ce que les scientifiques appellent la sabanisation de la jungle amazonienne. Et ce serait une condamnation à mort pour le climat. Si le point est atteint que les forêts ne peuvent pas être autosuffisantes comme il ne peut pas produire de pluie, ce qui se passe, c'est qu'un point de non-retour est atteint. "