Sport

Palmeiras a battu Santos et a remporté son deuxième titre continental

Le «Verdao», comme Palmeiras est connu dans le football brésilien, a réalisé sa deuxième Copa Libertadores en battant Santos, également du Brésil, 1-0 en finale du tournoi continental. Le duel décisif s’est déroulé au stade Maracana de Rio de Janeiro, auquel ont assisté quelque 5 000 spectateurs. Le duel a servi à baisser le rideau sur un championnat touché par la pandémie de Covid-19 en 2020.

Palmeiras, qui avait remporté sa première Copa Libertadores en 1999 en battant le Deportivo Cali de Colombie, a remporté le plus haut trophée sud-américain pour la deuxième fois de son histoire, battant Santos 1-0 lors de la finale disputée au stade Maracaná de Rio de Janeiro. ., avant que quelque 5 000 spectateurs aient pu assister à la rencontre.

Avec cette victoire, «Verdao» devient le représentant de la Conmebol à la prochaine Coupe du Monde des Clubs qui se jouera au Qatar à partir de la semaine prochaine.

Breno Lopes, entré en seconde période, est devenu un héros pour l’équipe dirigée par le Portugais Abel Ferreira en se convertissant dans le temps additionnel. C’est ainsi qu’il a clôturé un match qui n’a pas montré l’éclat attendu d’une finale du plus important tournoi de clubs d’Amérique du Sud.

Lopes, qui a marqué pour la première fois dans le tournoi, a profité d’un ballon aérien pour l’emmener au fond du filet avec une tête précise sur le temps supplémentaire du match, en particulier à la minute 99, et quand tout indiquait des prolongations. joué.

Abel Ferreira, entraîneur de sauvetage, champion d’Amérique du Sud

Le triomphe de Palmeiras a permis au Portugais Abel Ferreira de devenir le troisième entraîneur européen à remporter la Copa Libertadores après ce qui a été réalisé par Roata Mirko Jozić (avec Colo Colo en 1991) et son compatriote Jorge Jesús (avec Flamengo en 2019).

Mais son arrivée à Palmeiras n’était pas de la manière dont on rêvait. Sur ses épaules était la responsabilité de prendre le relais de Vanderley Luxembourg, qui avait bien performé dans le tournoi continental, avec l’équipe à la première place, mais qui ne montrait pas une performance à la hauteur dans le tournoi national.

L'entraîneur portugais de Palmeiras, Abel Ferreira, fait des gestes lors de la finale de la Copa Libertadores de Brasil contre Santos au stade Maracana de Rio de Janeiro, au Brésil, le 30 janvier 2021.
L’entraîneur portugais de Palmeiras, Abel Ferreira, fait des gestes lors de la finale de la Copa Libertadores brésilienne contre Santos au stade Maracana de Rio de Janeiro, au Brésil, le 30 janvier 2021. © Mauro Pimentel / Piscine / AFP

Le Luxembourg, qui a dirigé l’équipe nationale brésilienne et le Real Madrid, a été limogé après avoir accumulé plusieurs défaites consécutives. Ferreira a pris la relève et a fait ses débuts avec la victoire en Coupe du Brésil, un tournoi dans lequel il disputera la finale contre Gremio de Porto Alegre.

En plus de s’établir comme champion de Libertadores, Ferreira a guidé Palmeiras pour grimper au tableau de Brasileirao (la ligue principale du Brésil) à la cinquième place.

Palmeiras, le club le plus régulier de la Coupe

Dans les Libertadores, la présence de Ferreira ne s’est pas heurtée et Palmeiras a continué à se montrer comme l’une des équipes gagnantes du tournoi.

En huitièmes de finale, lorsque le Portugais a fait ses débuts dans les Libertadores, le club brésilien s’est débarrassé de Delfín de l’Équateur en remportant les deux matchs. En quarts de finale, Libertad du Paraguay a remporté l’un des deux nuls accumulés par ‘Verdao’ dans le concours, tandis qu’en demi-finale, River Plate d’Argentine lui a donné la seule défaite en gagnant en tant que visiteur (0-2) mais Palmeiras avait gagné au match aller, joué à Avellaneda (3-0).

En résumé, Palmeiras a accumulé un total de 10 victoires (y compris la finale), fait match nul deux matchs et n’en a perdu qu’une. Il a marqué 33 buts tout au long du tournoi, ajoutant celui de Breno Lopes, et n’a reçu que quatre annotations contre.

Le ‘Verdao’ devra attendre l’issue du match entre les Tigres de Monterrey (équipe mexicaine et représentant de la Concacaf) et Ulsan Hyundai de Corée du Sud (champion d’Asie de la Ligue des champions) pour rencontrer son rival en demi-finale de la Coupe du monde des clubs. . De l’autre côté de la clé, le puissant Bayern Münich d’Allemagne est le grand candidat.

Palmeiras étend sa domination sur Santos dans le «  classique de la nostalgie  »

Avant le match décisif, qui marquait leur premier affrontement international entre les deux, Palmeiras et Santos avaient disputé un total de 295 matchs du soi-disant «  Classico do Saudade  » («  classique de la nostalgie  »): «  Verdao  » en avait remporté 125 duels contre 93 victoires pour «Peixe» et ils avaient ajouté 77 nuls.

La rivalité, bien qu’elle ne soit pas l’une des plus importantes du Brésil, est l’une des plus longues. Les deux équipes sont parmi les plus anciennes du pays (Santos a été fondée en 1912 et Palmeiras en 1914) et ont fait face à une rude concurrence dans les années 1960, lorsque Santos jouait Pelé et son rival Ademir da Guia.

La nota anecdótica de esta final es que Neymar Jr, exjugador de Santos y actual del París Saint-Germain (Francia), perdió una apuesta con el también brasileño Gabriel Jesús (exjugador de Palmeiras y ficha del Manchester City) y deberá invitarlo a cenar en le futur.

Avec EFE et Reuters

gestioninclusive@gmail.com