Sport

Ouverture des Jeux Paralympiques : vont-ils changer le regard sur le handicap au Japon ?

Bien que les Jeux Paralympiques de Tokyo, qui débutent ce mardi 24 août, se joueront presque entièrement à huis clos en raison de la pandémie, beaucoup au Japon espèrent que l’événement sera un « tremplin » pour améliorer l’inclusion des personnes handicapées en japonais société.

Tokyo (AFP)

« C’est un événement qui en vaut la peine », a déclaré Masaaki Suwa, un canoéiste japonais de 35 ans.

Environ 4 400 athlètes de 162 délégations du monde entier participeront aux Jeux Paralympiques jusqu’au 5 septembre. Comme les Jeux Olympiques organisés précédemment, l’événement a été reporté d’un an en 2020 en raison de la pandémie.

Les paralympiens « font de grandes choses, mais ce ne sont pas des super-héros. Je veux que les gens sachent qu’ils sont des êtres humains, comme tout le monde », a ajouté cet athlète, qui n’a pas pu se qualifier pour les Jeux.

Des barrières invisibles malgré les progrès

Depuis l’attribution des Jeux à Tokyo en 2013, le Japon a fait des efforts importants pour améliorer l’accessibilité aux transports publics, mais cela était déjà élevé dans le passé, surtout par rapport à d’autres pays.

96 % des stations de métro et des gares de Tokyo sont équipées d’ascenseurs, contre 91 % en 2013.

Mais ces avancées techniques quantitatives masquent des barrières invisibles mais importantes à la pleine intégration des personnes handicapées dans la société japonaise.

« En termes de nombre d’installations accessibles, le Japon apparaît en position de leader » dans ce domaine, reconnaît Miki Matheson, l’un des responsables de la délégation japonaise aux Jeux Paralympiques.

Équipement paralympique
Équipement paralympique Bertille LAGORCE AFP

Mais « je suis souvent traité comme une personne handicapée à mon retour au Japon », explique cet ancien paralympien aux trois médailles d’or aux Jeux paralympiques d’hiver de Nagano en 1998, qui vit actuellement au Canada.

« Au Canada, je vis sans que mon handicap soit mis en évidence, explique la femme de 48 ans qui voyage en fauteuil roulant.

Les personnes handicapées sont très souvent exclues du monde du travail au Japon et une part de seulement 2,3% des salariés handicapés est typique des entreprises de plus de 40 salariés.

Et loin de donner l’exemple au secteur privé, de nombreux ministères et agences étatiques ont artificiellement gonflé leurs ratios de travailleurs handicapés, un scandale dont le gouvernement a dû s’excuser en 2018.

Impact de la porte fermée ?

Motoaki Fujita, professeur de sociologie du sport à l’université Nihon Fukushi, près de Nagoya (centre du Japon), estime que la société de son pays est devenue plus inclusive qu’avant, mais que ce changement « est encore marginal ».

Environ 57 % des personnes interrogées par son équipe de recherche en 2020 estimaient que les personnes handicapées sont des êtres humains fragiles et qu’elles ont des difficultés à vivre avec des personnes non handicapées, contre 61 % dans une enquête identique réalisée en 2014.

« Les Jeux Paralympiques sont une très bonne occasion de changer les mentalités », déclare Shigeo Toda, directeur d’un institut de recherche de Tokyo qui étudie le mode de vie des personnes handicapées.

Le drapeau japonais, lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Paralympiques à Tokyo, Japon, le 24 août 2021
Le drapeau japonais, lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Paralympiques à Tokyo, Japon, le 24 août 2021 Philip Fong AFP

« Mais la dynamique pourrait reculer si les gens ne peuvent pas assister en personne » pour assister aux tests, prévient ce chercheur.

Les Jeux Paralympiques se joueront avec pratiquement aucun spectateur en raison de la vague actuelle de Covid-19 au Japon. Les organisateurs et les autorités locales souhaitent cependant que les écoliers puissent y assister tant que leurs parents et les centres éducatifs sont d’accord.

Saki Takakuwa, une sprinteuse paralympique japonaise de 29 ans, a avoué ses réticences au journal japonais ‘Mainichi’ : « Par rapport aux Jeux précédents, il est difficile pour moi d’attendre que les gens ressentent quelque chose », étant absente des sites de compétition. .

Dans une récente interview à l’AFP, le président du Comité international paralympique (CIP), Andrew Parsons, a également reconnu que le huis clos représentait « un défi », même s’il était confiant dans l’ampleur de l’événement paralympique.

« Nous pensons pouvoir toucher plus de quatre milliards » de téléspectateurs, « nous atteindrons plus de nations et plus de personnes que jamais », y compris le Japon, a-t-il déclaré.